Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Richard Francis, Jason Kahn, Bruce Russell : Dunedin / Richard Francis : Warmth (CMR, 2012)

richard francis jason kahn bruce russell dunedin le son du grisli

C'est à l'occasion d'un séjour néo-zélandais de Jason Kahn (synthétiseur analogique, radio, table de mixage) que ce concert du 28 janvier 2011, en compagnie de Richard Francis (synthétiseur modulaire, ordinateur) et Bruce Russell (électronique), à Dunedin, a été enregistré.

Si Francis avait déjà collaboré (séparément) avec l'un et l'autre de ses partenaires, la rencontre des trois univers avait tout de même de quoi intriguer... et l'improvisation de moins de quarante minutes, cachée ici sous une bien sévère pochette, comble largement les attentes : non seulement en dépassant la contemplation atteinte dans le duo avec Kahn (paru en 2009 chez Monochrome Vision), mais en proposant également une interaction différente de celle arrangée avec Russell pour Garage Music (sur Alone at Last).

Variées, les textures – poussiéreuses ou électriques, vibratoires – que le trio génère se mêlent, se couvrent puis s'imbriquent, dans un mouvement de propulsion auquel on ne se soustrait pas, immergé que l'on est dans ce flux complexe. Délicatement puissante, évoluant au rythme des faisceaux qui traversent son épaisseur, crachée de trois turbines sensibles, cette musique fait mieux que satisfaire, elle conquiert.

Richard Francis, Jason Kahn, Bruce Russell : Dunedin (CMR)
Enregistrement : 28 janvier 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Dunedin
Guillaume Tarche © Le son du grisli

richard francis warmth le son du grisli

Élaboré (à l'aide des synthétiseur, ordinateur et field recordings de Richard Francis) à Auckland début 2012, ce bref recueil se présente comme une collection de vignettes évocatrices de souvenirs, d'impressions ou de « moments sonores » ; néanmoins, rien d'explicite ni d'illustratif dans ces sourds empilements qui grésillent, comme des lambeaux s'entre-parasitant. Austère et intrigant.

Richard Francis : Warmth (CMR)
Enregistrement : 2012. Edition : 2012.
CD : 01/ Love Sounds 02/ Rainy Dub 03/ Rivet 04/ Generational Radio 05/ Let Noise In
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Richard Francis, Bruce Russell : Garage Music (Alone at Last, 2012)

richard francis bruce russell garage music

La troisième et dernière production du label Alone At Last est une collaboration entre le néo-zélandais Bruce Russell (guitariste de The Dead C, et ce n’est pas rien) et son compatriote électronicien Richard Francis. Résultat d’échange de fichiers (les trois morceaux Garage), captation de concert (Live) ou juxtaposition de deux sets solo (Undead), Garage Music fait totalement honneur à l’excellente réputation de la scène noise improv du pays des All Blacks.

Finalement assez éloignée d’une abstraction sonore qui pourrait effrayer, notamment sur le second titre, la manière de Russell et Francis expose un faux calme – une des caractéristiques des sorties AAL – où les grincements et grésillements font jaillir des profondeurs un entrelacs abrupt et brinquebalant. Very nice indeed.

Bruce Russell, Richard Francis : Garage Music (Alone at Last)
Edition : 2012.
CD : 01/ Garage 2 02/ Garage 3 03/ Undead 04/ Garage 1 05/ Live
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jason Kahn, Richard Francis : s/t (Monochrome Vision, 2009)

sansgrisli

L’illustration de pochette et le nom du label, en sus de leur adéquation et de leurs convergences, semblent opérer comme une mise en condition : non pas un avertissement à l’auditeur, mais un accompagnement, au seuil de ce recueil de pièces enregistrées en public à Auckland, Zürich et Grenoble, entre 2007 et 2008 par Jason Kahn (percussion, synthétiseur analogique) et Richard Francis (ordinateur, electronics).

Cette délicate suite – sablier qui chuinte et laisse le temps couler – qu’on écoute comme un continuum, tisse un admirable tweed gris de gouttes tambourinant, serrées à en disparaître, et invite à la contemplation, songeant à l’Eloge de l’ombre de Tanizaki. Lents panoramiques sans afféterie, parcourus d’ondes, paysages densément gris donc, mais jamais mous, puissants de toutes leurs résonances, de leurs nombreuses aspérités. Traînées anthracite, ardoise, rehaussées d’oxydations. Pénétrant.


Jason Kahn, Richard Francis, s/t (extrait). Courtesy of Monochrome Vision.

Jason Kahn, Richard Francis : s/t (Monochrome Vision / Metamkine)
Enregistrement : 2007-2008. Edition : 2009.
CD : 01-04/ s/t
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Francisco López, Richard Francis : In de Blaauwe Hand (Brombron, 2009)

francislopsli

C’est à un voyage en capsule jusqu’au centre la terre que nous convient Francisco López et Richard Francis sur In De Blaauwe Hand. De très loin, des vents et des infrabasses arrivent sur les parois du vaisseau qui réagissent difficilement aux diverses pressions : fortes bourrasques, tentations d’aller voir dans des univers parallèles et monochromes, couches sonores vacantes qui rendent le voyage chaotique et la musique qui en découle récalcitrante.

Après avoir été soumis à ces déferlements, l’auditeur ayant embarqué avec López et Francis retrouve un peu de paix. Mais alors que le son se fait moins impressionnant, la question du devenir des voyageurs se pose : auraient-ils été avalés à tout jamais pour être allés trop loin ?

Francisco López, Richard Francis : In De Blaauwe Hand (Brombron / Metamkine)
Edition : 2009.
CD : 01/ In De Blaauwe Hand
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>