Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Remi Álvarez, Mark Dresser : Soul to Soul (Discos Intolerancia, 2010)

gritosli

A la rondeur de l’Américain répond le tracas du Mexicain. L’américain c’est Mark Dresser. On ne le présente plus. Le mexicain c’est Remi Álvarez, un saxophoniste très actif en son pays et déjà remarqué aux côtés de William Parker et de la Gonzalez Family.

Ce duo est sage, sobre. Il refuse tout lyrisme daté, tout excès et débordement. Le ténor d'Álvarez est rugueux, siffleur. Il ne laisse rien traîner, multiplie les effets, ne s’installe jamais en une seule attitude mais varie les angles : convulsif ici (Do Nothing), salivaire là (True Self), ample ailleurs (Maka-Paka). Au soprano, il opte pour des attaques douces, des phrasés longs et rassurants (Transformation) puis trouve, en solitaire, une inquiétude toute lacyenne avant de s’en aller citer Ornette quelques minutes plus tard (Spark). Mark Dresser est ce contrebassiste fidèle et bienveillant qu’il a toujours été. Parfois son archet crisse, s’emballe et évacue le ronron qui pointait (Eternal Present). Toujours, il est magnifique de présence et d’écoute. Une première rencontre me dit-on. Ici, les bases sont solidement posées. A suivre donc…

Remi Álvarez, Mark Dresser : Soul to Soul (Discos Intolerancia)
Enregistrement : 2008. Edition : 2010.   
CD : 01/ Eternal Present 02/ Do Nothing 03/ Maka-Paka 04/ Recreation 05/ Transformation 06/ True Self 07/ Spark
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>