Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Pietro Riparbelli : Three Days of Silence (GruenRekorder, 2012)

pietro riparbelli three days of silence

J’ai eu la chance de passer quelques heures au sanctuaire de la Verna, en Toscane. Les nuages étaient noirs et semblaient contenus par la forêt et la roche qui donnent son caractère au lieu. Pietro Riparbelli y a passé trois jours, lui, partageant la vie des moines, enregistrant les respirations de cette bâtisse fondée par Saint-François d’Assise pour en faire ce CD, Three Days of Silence.

Le titre est trompeur. On n’entend pas de silence ici mais l’air qui tourne autour des lourdes pierres, des pas et des portes qui se referment sur les cellules, un chœur ou un orgue qui chante dans l’ombre… Avec tout cela, Riparbelli a composé une ode à la retraite en tressant des drones et en taillant dans les sons. C'est noir et c'est profond. C’est pourquoi ce n’est pas La simplicité du cœur que l’on conseillera de lire en écoutant Three Days of Silence, mais Une saison en Enfer. Rimbaud n’y a-t-il pas écrit : « Si j’ai du goût, ce n’est guère que pour la terre et les pierres » ?

EN ECOUTE >>> Trois extraits

Pietro Riparbelli : Three Days of Silence. The Mountain of the Stigmata (Gruenrekorder)
Enregistrement : 2011.
CD : 01/ First Day 02/ Stillness 03/ Second Day 04/ Duration 05/ Third Day 06/ Aletheia
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>