Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Philip Jeck : An Ark for the Listener (Touch, 2010)

anarkforthegrisli

C’est en s’inspirant d’un poème de Gerard Manley Hopkins et en réutilisant des enregistrements de ses concerts que Philip Jeck a accouché d’An Ark for the Listener. Le disque a été fait à la maison et c’est peut-être pour cela qu’on y trouve des choses familières à Jeck et que nous avons maintenant en commun avec lui.

Dans l’atmosphère par exemple il y a des drones qui jouissent d’un espace réverbéré hors du commun mais il y a aussi des carillons naïfs. Dans l’atmosphère pour prendre un autre exemple il y a d’énormes basses et des loops tonitruantes mais il y a aussi une propension du grand tout à verser dans une pop gentillette. D’un titre à l’autre, on passe d’une musique dérangée à une musique dérangeante, selon que Jeck préfère le son à la mélodie ou la mélodie au son. Ce qui est dommage, c’est qu’on sait qu’il peut mieux faire.

Philip Jeck : An Ark for the Listener (Touch / Metamkine)
Enregistrement : 2010. Edition : 2010.
CD : 01/ Pilot/Dark Blue Night 02/ Ark 03/ Twentyninth 04/ Dark Rehearsal 05/ Thirtieth/Pilot Reprise 06/ The All of Water 07/ The pilot (among our Shoals) 08/ Coda (All That's Allowed) 09/ Coda (Chime, Chime)
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Gavin Bryars: The Sinking Of The Titanic (Touch - 2007)

Bryarsgrislititanic

2000 exemplaires (soit un peu moins que le nombre de passagers du bateau) de cette nouvelle version de The Sinking Of The Titanic redisent l’élégant mariage sous les eaux des musiques expérimentale, contemporaine et électronique.

Donnée par Gavin Bryars, Philip Jeck et l’ensemble Alter Ego, au Festival international de musique contemporaine de Venise en 2005, cette version renoue donc avec le drame gigantesque, partie au son de craquements inquiets et de l’air de musique entonnée, sur le pont, par l’orchestre. Grésil ensuite réinventé sur lequel prennent place quelques touches signifiantes : onde grave, appel lointain d’une cloche, et chape d’espoirs retombés.

Un baroque sur-lent se lève alors, sur lequel on imbrique des voix enregistrées, les notes infimes d’un piano électrique paraphrasées par un groupe de cordes tenace. Grande partie de violon avant d’imaginer une fin en profondeurs : ce traitement obscur d’imbroglio post-minimaliste. Réactualisé, et indispensable.

CD: 01/ The Sinking Of The Titanic

Gavin Bryars - The Sinking Of The Titanic - 2007 - Touch. Distribution La baleine.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Steve Lacy : New Jazz Meeting Baden-Baden 2002 (HatOLOGY, 2006)

steve lacy new jazz meeting baden-baden 2002

Enregistré en studio à Baden-Baden (excepté le cinquième titre, solo de Steve Lacy attrapé en concert), New Jazz Meeting imbrique comme il l’entend les membres d’un trio acoustique – mené par le saxophoniste et comprenant aussi le contrebassiste Peter Herbert et le batteur Wolfgang Reisinger – à ceux d’un autre trio, plongé celui-là en tourne-disque (Philip Jeck) et matériel électronique (Christof Kurzmann et Bernhard Lang).

Sur une masse grondante commandée par Lang, Lacy confronte son soprano à une tension allant crescendo, poussée par les accents vifs de Reisinger et renforcée par l’insertion de chocs minuscules et de répétitions insistantes (dw 1.2 remix 6.8). Face à Kurzmann, le trio acoustique fomente une plage atmosphérique chaleureuse, sur laquelle le saxophoniste semble moins à l’aise -  bémol relativisé par les interventions inspirées d’Herbert (dc 1.2 remix 10.2).

Lorsqu’il décide de gestes moins prudents, Lacy transcende véritablement ses rencontres : improvisant sur quelques boucles de piano confectionnées par Jeck (dw 1.2 remix 7.7), qui fait ensuite front avec Lang dans le but de déstabiliser le maître au moyen de la charge frénétique, mais pas suffisante pour arriver à ses fins, qu’est dw 1.2 remix 7.4 ; menant ses hommes, pour finir, le temps d’une composition dense et lancinante, pièce maîtresse de ces quelques rencontres provoquées à Baden (dw 1.2 remix 6.1).

Deux ans avant sa disparition, Lacy aura ainsi su conduire une entreprise délicate pour n’être pas de son champ d’action habituel, mais qui relevait pourtant, comme d’autres, de ses compétences.

Steve Lacy : New Jazz Meeting (HatOLOGY / Harmonia Mundi)
Enregistrement : 2002. Edition : 2006.

CD : 01/ dw 1.2 remix 6.8 02/ dw 1.2 remix 7.4 03/ dw 1.2 remix 10.2 04/ dw 1.2 remix 7.7 05/ dw 1.2 remix karlsruhe 3.3 06/ dw 1.2 remix 6.1
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>