Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

@c : Music for Empty Spaces (Baskaru, 2010)

acsli

Fondateurs de l’important label Crónica, acteurs majeurs de la scène electronica contemporaine, Miguel Carvalhais et Pedro Tuleda forment depuis  une dizaine d’années le duo @c – dont c’est la première sortie sur l’officine Baskaru. Basée sur des enregistrements captés dans des endroits aussi divers qu'Alost – votre serviteur était au concert –, Glasgow, Lisbonne, Nagoya, Paris, Porto, sao Miguel et Stirling, l’entreprise oscille entre musique concrète identifiable et ambient hydratée.

Prenant le risque de tourner à vide, le projet semble malheureusement hésiter entre les multiples lignes de fuite qui le traversent. Avide de slalom spécial entre les ombres portées de Francisco López et Jana Winderen, sans même parler de l’évidence d’un Stephan Mathieu ou d’un Lawrence English, Music for Empty Spaces paie hélas le prix d’un à peu près stylistique – un peu de tout, beaucoup de tics. Il en résulte une absence de personnalisation fâcheuse – hormis sur l’incroyable troisième piste, absolument sensationnelle de richesse harmonique. En dépit de la très grande qualité sonore des sept pistes proposées – c’est impressionnant de maîtrise technique – on n’est pas sûr d’en faire notre disque de chevet.

@c : Music for Empty Spaces (Baskaru)
Edition : 2010.
CD : 01/ 76.1 02/ 76.2 03/ 76.3 04/ 76.4 05/ 76.5 (listening to K. J.) 06/ 76.6 07/ 76.7
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

@c: Up, Down, Charm, Strange, Top, Bottom (Cronica Electronica - 2008)

cronicastrangegrisli

Les Portugais Miguel Carvalhais et Pedro Tudela, ou @c, travaillent à une musique électroacoustique en passe de perdre son acoustique mais convaincante quand même.

Sur Up, Down, Charm, Strange, Top, Bottom, trouver quelques combinaisons malignes : de field recordings européens et de reverses velléitaires, de souffles effacés par le mouvement soudain d’un archet sur violoncelle, et de digressions électroniques qui refusent la fadeur généralement partagée par les défenseurs d’ambient nébuleuse. 

Ailleurs, retravaillés, une guitare, un saxophone et quelques percussions, et le fruit étrange du travail minutieux d’un réducteur de voix, parachèvent la performance.

CD: 01/ 62 02/ 71 03/ 72 04/ 61 >>> @c - Up, Down, Charm, Strange, Top, Bottom - 2008 - Cronica Electronica.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>