Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Sei Miguel : Salvation Modes (Clean Feed, 2014) / Parque Earworm Versions (Clean Feed, 2013)

sei miguel salvation modes

D’une horizontalité qu’il ne quittera jamais, on retiendra de Sei Miguel son amour des longs silences. Comme si, aimanté par quelque drone céleste, il ne sortait de son repère que pour étirer jusqu’à l’excès des phrasés livides, à la limite de l’effacement. L’absence d’aventure (mais l’aventure doit-elle être tonitruante ?), les éclaboussures souterraines, les solos parcimonieux (Fala Mariam, César Burago, Pedro Gomes), une évanescence de (presque) tous les instants, feront fuir les tenants du sonique à tout prix.

Les autres, ceux pour qui la nonchalance est bonne conseillère, se réjouiront de ces trois compositions aux longs fleuves tranquilles. Ils aimeront sans doute Cantata Mussurana et la douce voix de Kimi Djabaté. Plus proche d’un Don Cherry ou d’un Jacques Coursil que d’un John Cage qu’il semble pourtant vénérer, Sei Miguel poursuit, inlassablement, un chemin peu balisé, peu documenté, peu commenté. Il serait grand temps que l’on s’intéresse à ce compositeur aux tendres desseins.

Sei Miguel : Salvation Modes (Clean Feed / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2005-2012. Edition : 2014.
CD : 01/ Preludio e cruz de sala 02/ Fermata 03/ Cantata Mussurana
Luc Bouquet © Le son du grisli

 

parque earworm versions

Lorsqu’il n’accompagne pas Sei Miguel, le saxophoniste Nuno Torres peut soutenir le travail artistique de Ricardo Jacinto. Conceptuel, celui-ci, qui convoque une électroacoustique tortueuse trop illustrative peut-être, si ce n’est sur Peça de Embalar : trois plages de soupçons, certes post-AMM, que les percussions de Dino Recio portent avec un esprit nouveau.

Parque : The Earworm Versions (Clean Feed/ Orkhêstra International)
Edition : 2013.
CD : Earworm Versions
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

 

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sei Miguel, Pedro Gomes : Turbina Anthem (NoBusiness, 2011)

turbinagrisli

Turbina Anthem, c'est une trompette de poche et des guitares. Ce sont surtout Sei Miguel et Pedro Gomes qui réduisent la musique au silence et, ensuite, augmentent le silence en musique.

Le trompettiste et le guitariste semblent souvent ne pas aller dans la même direction. Le premier pose une note et le second prend la tangente. Que la guitare soit électrique et sous effets ou qu’elle soit folk, Miguel réagit de la même façon. Il attrape une sourdine et débite un post-cool qui calme les algarades.

Turbina Anthem n’en est pas moins pour autant un disque audacieux. Et véloce en plus de ça… Un disque de musique zen qui de temps en temps troque sa sérénité pour une rage de vivre bien plus urgente. Voilà donc un bel hymne.

EN ECOUTE >>> The Pale Star I >>> The Pale Star II

Sei Miguel, Pedro Gomes : Turbina Anthem (NoBusiness)
CD / LP : 01/ The Pale Star I, Manha da noite 02/ Spoon 03/ Two Faces : O Deus-Martelo 04/ Ascent 05/ The Pale Star II, Cânone 06/ African Raincoat 07/ primeira Cançao 08/ Blue Blade Raga Rag 09/ The Pale Star III, Imaginary Grass 10/ Bright Star Anyway 11/ The Pale Star IV, Das Cinzas 12/ Jura 13/ Segunda Cançao 14/ The Pale Star V, Firmamento
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>