Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Ute Völker: Anthrazit (Free Elephant - 2006)

volkergrisliRares, les enregistrements improvisés au son de l’accordéon. Et pourtant. Si Anthrazit n’est pas le disque le plus joyeux à avoir été enregistré ces derniers mois, Ute Völker défend là une esthétique aussi véritable que personnelle.

Echappée de Partita Radicale
, Völker dresse ici en solo des pièces d’allures changeantes : mélanges angoissés de graves divers mais grouillant tous (Obsidian, Graphit), fantasmes de drones déliquescents (Basalt, Anthrazit), ou progressions chaotiques permises par une intensité sous dépression (Gabbro).

Moins convaincante lorsqu’elle sacrifie l’essentiel au profit de l’emportement dramatique (Antimonit, Svenit), l’accordéoniste trouve l’issue qui la sauve dans des gestes contraires : jouant des silences et de notes allongées sur Magnit, ou évaluant patiemment la construction de Diorit.

Curieux d’abord, Anthrazit a donc des avantages. Qui excusent ses ratés. Et emporteront sans doute n’importe quel frileux aux musiques improvisées.

CD: 01/ Hämatit 02/ Obsidian 03/ Basalt 04/ Gabbro 05/ Antimonit 06/ Bleiglanz 07/ Svenit 08/ Lava 09/ Diorit 10/ Magnit 11/ Anthrazit 12/ Graphit

Ute Völker - Anthrazit - 2006 - Free Elephant.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Partita Radicale: Frutas azules (Free Elephant - 2005)

partitagrisli

Quintette dévoué depuis 1991 à une musique de chambre improvisée, Partita Radicale pose, avec Frutas azules, les bases d’un art déluré empruntant autant qu’il invente. En évoquant, d’abord, les figures incontournables d’une musique contemporaine sophistiquée : les violons aidant au rapprochement avec le Kronos Quartet, la façon de s’en servir avec Alexander Balanescu (Cancionero VI).

Adepte des grincements en tous genres, le groupe glisse en ouverture pizzicatos et chuchotements sur les oscillations d’un accordéon rappelant la vitesse des pales de l’Helikopter de Stockhausen (Cancionero I). Prenant de l’altitude, l’ensemble suit la trajectoire décidée par les clarinettes, postant haut sur la grille absente les harmoniques voluptueuses (Cancionero III).

S’accordant plus facilement pauses et répit lorsque leurs interventions ont été plus vives, les musiciens se retrouvent sur le rythme d’une valse dingue emmenée par l’accordéon (Cancionero II) ou dans l’ivresse d’une fête champêtre peinte par Breughel (Cancionero VI). Parfois plus expérimental, le quintette dessine des parallèles visant l’ultrason (Cancionero IV) pour avancer ensuite plus prudemment dans les brumes faites de basses retrouvées (Cancionero V).

Bande-son adéquate d’un étrange carnaval - flamand dans l’âme, mais rêvant d’Espagne -, Frutas azules prouve qu’on peut fantasmer de mille façons un seul et même pays. Selon les genres et les modes. Selon, aussi, la lumière qu’on y était venu chercher.

CD: 01/ Cancionero I 02/ Cancionero II 03/ Cancionero III 04/ Cancionero IV 05/ Cancionero V 06/ Cancionero VI

Partita Radicale - Frutas azules - 2005 - Free Elephant. Import.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>