Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Julius Hemphill : The Complete Remastered Recordings on Black Saint (CAM, 2012)

julius hemphill on black saint and soul note

Au tour donc de Julius Hemphill d’être mis en boîte marquée « The Complete Remastered Recordings on Black Saint and Soul Note » pour avoir sorti jadis quelques disques sur l’un des deux labels italiens. Cinq, en l’occurrence, tous estampillés Black Saint.

Le premier d'entre eux est Raw Materials and Residualsredirection. C’est ensuite Flat-Out Jump Suite, enregistré en quartette en 1980 à Milan. Les balais de Warren Smith délivrent rapidement l’intention qui mène le projet : concentration, voire réserve, avec laquelle Hemphill, le trompettiste Olu Dara et le violoncelliste Abdul Wadud – cordes subtilement mises à mal et soupçon d’électricité – filent un jazz à reliefs que transforme sous cape la fantaisie des solistes.

Onze ans plus tard, Hemphill enregistre Fat Man and the Hard Blues. A la tête d’un sextette de saxophones – quelques mois auparavant, Hemphill quittait le World Saxophone Quartet, sujet d’une autre rétrospective éditée dans la même série –, il fomente un blues un brin roublard pour jouer d’unissons efficients et conforte dans leurs acquis loustics James Carter et Marty Ehrlich. En 1993, un sextette du même genre – dans lequel Tim Berne s’est fait une place – se laisse diriger par un Hemphill sans arme. Le rapport entre les voix s’est corsé, et la musique de Five Chord Stud y gagne, portée par un goût affirmé pour la cascade et par quelques thèmes de choix (Mr. Critical, par exemple, dédié à Ornette Coleman).

En guise de conclusion, retour en 1980 : date de l’enregistrement de Chile New York. Sound Environment, que Black Saint publia bien tardivement. Là, entendre Hemphill à l’alto, au ténor et à la flûte, faire face avec aplomb aux percussions multiples de Warren Smith. De One à Seven, sept pièces se succèdent (trois grands dialogues et quatre miniatures) au son d’un free jazz appuyé ou de compositions de mystère. Comme sur Raw Materials and Residuals, c’est à New York qu’Hemphill rend ici hommage : aux espoirs que la ville fait naître et aux désillusions auxquelles parfois elle condamne. La réédition, émouvante, était attendue.

Julius Hemphill : The Complete Remastered Recordings on Black Saint and Soul Note (CAM)
Enregistrement : 1977-1993. Réédition : 2012.
5 CD : Raw Materials and Residuals / Flat-Out Jump Suite / Fat Man and the Hard Blues / Five Chord Stud / Chile New York. Sound Environment
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Hamiet Bluiett : Orchestra, Duo & Septet (Chiaroscuro, 2011)

hamiet_bluiett_orchestra_duo_septet

Ce texte est extrait du premier volume de Free Fight, This Is Our (New) Thing. Retrouvez les quatre premiers tomes de Free Fight dans le livre Free Fight. This Is Our (New) Thing publié par Camion Blanc.

Dès le titre, l’affaire est entendue. Deux jours de 1977, Hamiet Bluiett essaya trois combinaisons. Hamiet Bluiett et Don Pullen s’y essayèrent ensemble, pour être juste. La pièce du duo n’est pourtant pas la plus marquante des trois que l’on trouve sur Orchestra, Duo & Septet – ce Nioka qui avoue sa faiblesse sur piano romantique avant d’abandonner tout désir d’audace aux promesses des formations plus épaisses.

A l’orchestre rendant Glory (Symphony For World Peace) et au septette combinant Oasis et The Well, donc. Entre le baryton et la clarinette de Bluiett et le piano de Pullen s’immiscent ainsi >>>

bluiett_dos

Le sous-titre de « Glory » prévenait de l’emphase du projet orchestral. Sa théâtralité est évidente, mais la forme de son propos n’est jamais arrêtée. La « symphonie » de moins d’un quart d’heure traverse un champ récitatif nébuleux avant d’accorder deux emportements à la traîne desquels l’orchestre brode : écarts dissonants d’un Pullen tissant des liens avec l’art de Chris McGregor période Blue Notes et impétuosités barytones de Bluiett. Et puis, la machine se grippe : les cuivres œuvrant au changement de décor les font tomber tous, événement que l’entier groupe reprend à son compte pour vociférer sur ruines fantastiques.

bluiett_disque

The Well is there for all. La seconde face est celle d’un septette bon enfant d’allure et pourtant tranchant net en faveur d’une rosserie musicale jouant de contrastes. Bluiett divague dans les hauteurs de son baryton avant de répéter une note grave à laquelle les cordes opposeront des sifflements descendants : l’« Oasis » faite fontaine de jouvence, comme le laisse concevoir ce court texte au dos de la couverture.

La même année, Hamiet Bluiett s’essaya aussi au solo. Birthright fut enregistré en loft, à New York encore. Il y fait preuve d’une instabilité qui le détache une autre fois de toutes conventions (de style, notamment). Le label India Navigation publia ce solo. Un rapprochement avec Chiaroscuro aurait permis l’édition d’un disque double célébrant le grand art d’Hamiet Bluiett, toujours égal, qu’il ait été seul ou diversement accompagné.

bluiett_assis

Commentaires [0] - Permalien [#]

Charles Brackeen: Worshippers Come Nigh (Silkheart - 2005)

brackeengrisli

Défenseur remarquable du premier free jazz new-yorkais, le saxophoniste Charles Brackeen aura édifié sa carrière sur un amas d’heures somptueuses et de zones d’ombre. Entre des collaborations avec Don Cherry, Charlie Haden ou Paul Motian, des silences se sont imposés, radicaux et étranges, jusqu’au retour en tant que leader, dans les années 1980, pour le compte du label Silkheart.

Aujourd’hui réédité, Worshippers Come Nigh est sans doute l’album le plus à même de prouver aux dubitatifs stoïques le talent excentrique de Brackeen. Aux côtés de musiciens accomplis, il mène un enregistrement iconoclaste, qui alterne les morceaux tourmentés et les motifs chatoyants.

Car, si c’est bien dans les vieux pots cubains qu’on fait la meilleure soupe exotique, Brackeen, en connaisseur, préfère les nectars. Ainsi, la langueur tropicale de Bannar assied un lyrisme confronté aux facéties du cornettiste Olu Dara, quand Cing Kong convie un Extrême Orient qui, d’évocation, devient prétexte aux phrases impeccables de solos distribués

Plusieurs fois, les thèmes sont joués à l’unisson. Histoire, sans doute, d’affirmer l’importance d’interprétations souvent bousculées : par des interventions échevelées (la contrebasse de Fred Hopkins sur Ible), ou par quelques décalages instrumentaux aux portes du free (Tiny Town). Dans les phases de concentration comme de dépression, l’ensemble est indéniablement porté par la batterie d’Andrew Cyrille. Discret et sophistiqué, il fait de ses interventions le liant efficace de l’entier enregistrement. Indéfectible, même : à la fois sage, ingénu et irrévérencieux, Worshippers Come Nigh se moque avec emphase de l’épreuve du temps. Jusqu’à la faire disparaître.

CD: 01/ Worshippers Come Nigh 02/ Bannar 03/ Tiny Town 04/ Ible 05/ Cing Kong 06/ News Stand (Take 1)

Charles Brackeen Quartet - Worshippers Come Nigh - 2005 (réédition) - Silkheart. Distribution orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>