Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Oldman: Two Heads Bis Bis (Low Impedance - 2008)

OldmanTwoGrisliGrisli

Après s’être intéressé à Mathias Delplanque, le label Low Impedance – grand employeur grec de musiciens égarés en pays nantais – publie Two Heads Bis Bis, nouvel enregistrement que Charles-Eric Charrier signe sous le nom d’Oldman.

A force d’hésiter entre une pop atmosphérique et de timides usages expérimentaux, Charrier s’était montré jusque-là plus ou moins convaincant, peinant souvent à convaincre du bien-fondé de vignettes sonores qu’il aurait voulu audacieuses quand elles tournaient seulement en rond avant de rapidement s’essouffler.

Avec Two Heads Bis Bis, les choses, de changer beaucoup : pour voir Oldman concilier maintenant plus adroitement des penchants qui lui font investir le champ d’un krautrock minimaliste autant que celui d’un post-rock étouffant sous ses boucles, et aider à la mue de quelques encombrements instrumentaux en pièces d’une ambient sombre mais apaisée. Quelques naïvetés pop encore – qui pourrait bien lui coûter de percer au Japon –, incapables pourtant d’anéantir une esthétique solidifiée.


Oldman, Dust. Courtesy of Charles-Eric Charrier.

CD: 01/ Broken Teeth 02/ Two Heads Bis Bis 03/ Dust 04/ Sunny Afternoon, African Charge 05/ Noze, Teeth, Eyes 06/ Ghosts >>> Oldman - Two Heads Bis Bis - 2008 - Low Impedance.

Commentaires [2] - Permalien [#]

Mathias Delplanque: Le pavillon témoin (Low Impedance - 2007)

delsliDans son Pavillon témoin, Mathias Delplanque défend une musique électroacoustique pas fâchée de renouer avec une pop légère, auprès d’invités choisis (TG Mauss, Oldman et Martin Gosset).

S’il édifie ici des constructions rythmiques et leur impose les vues mélodiques d’une guitare folk, d’un violon ou d’un mélodica, dans la veine des travaux de Four Tet
ou Nathan Michel (Contre-plinthe), Delplanque peut aussi s’adonner à des collages plus expérimentaux, mais toujours lumineux (Saragosse). Ailleurs, il choisit d’aller explorer son côté sombre sur Le détecteur de mouvements, pièce peu rassurante élevée sur un amas de violons glissants.

Parfois bavard (les agréments électroniques trop nombreux de La trappe), Delplanque aura exposé au final un discours convaincant à force de cohérence. Pour faire de ce Pavillon témoin un exposé heureux d’expérimentations accessibles, voire domestiques.

CD: 01/ Contre-plinthe 02/ Interrupteurs 03/ Anti-reflet 04/ Réduit 05/ Le corridor 06/ Le détecteur de mouvements 07/ Va-et-vient 08/ Parquet flottant 09/ La trappe 10/ Saragosse 11/ It’s Spring on the Moon 12/ Seems Like It’s Like Always Like This 13/ ecrasé sous les pierres 14/ Le regard 15/ Dérivation

Mathias Delplanque - Le pavillon témoin - 2007 - Low Impedance.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>