Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Olaf Rupp : AuldLangSyne (Dromos, 2011) / Tetuzi Akiyama : Moments of Falling Petals (Dromos, 2010)

olaf rupp auldlangsyne

Sur AuldLangSyne, la guitare peut-être électrique ou acoustique. Sur AuldLangSyne, les morceaux peuvent durent de deux à vingt minutes. Sur AudLangSyne, c’est toujours Olaf Rupp que l’on entend. Il passe le temps en accoucheur de merveilles.

AuldLangSyne est un disque aux multiples facettes que Rupp a enregistré en 2010 à Berlin. Il peut recéler de sons peu ordinaires sous l’agitation d’un ustensile (une baguette de bois, par exemple), assister au combat d’arpèges ou d’accords grattés au médiator, broyer des notes noires, jouer sur les volumes, avec un feedback ou toutes les techniques étendues d’hier et d’aujourd’hui.

Une chose égale la dextérité d’Olaf Rupp : son imagination. J’en ai fait le constat à chacune de mes écoutes d’AuldLangSyne, qui ont été nombreuses car l’objet est plus qu’originale, il prend de la place. Pour sa qualité et pour ne pas pouvoir le ranger sans qu’on le voie encore, on est obligé d’y revenir. Et on ne le regrette jamais.

Olaf Rupp : AuldLangSyne (Dromos / Gligg)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Every 02/ Dog 03/ Has 04/ His 05/ Day 06/ And A 07/ Good Dog 08/ Just Might Have 09/ Two Days
Héctor Cabrero © Le son du grisli

akiyama carrasco kaplan moments of falling petals

La rencontre, enregistrée en concert, est celle du guitariste Tetuzi Akiyama, du saxophoniste Eden Carrasco et du trompettiste Leonel Kaplan. Moments of Falling Petals est le nom qui lui a été donné à l’occasion de son passage sur disque – première référence de l’étiquette Dromos. L’improvisation est faite d’interventions en perte de vitesse toujours, mais qui se régénèrent : d’un trio de cordes pincées en égrenage de cordes au médiator, la guitare est l’instrument qui découpe et donne à la musique des formes dans lesquelles on peut voir la silhouette de Bailey ou la main de Satie. L’exercice d’Akiyama, Carraso et Kaplan est celui de souvenirs et d’influences en commun.

Tetuzi Akiyama, Eden Carrasco, Leonal Kaplan : Moments of Falling Petals (Dromos)
Enregistrement : 24 septembre 2008. Edition : 2009.
CD-R :  01/ Moments of Falling Petals
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Weird Weapons : 2 (Creative Sources, 2011)

Weird_Weapons_2

Je pensais, jusqu’à cette écoute, pouvoir reconnaître la guitare d’Olaf Rupp. Mais au début de Buckram, est-ce elle qui gratte ou la contrebasse de Joe Williamson ? Et aussi, est-ce elle qui gonfle ou la peau de la caisse claire de Tony Buck ? Impossible à dire.

Heureusement, la guitare de Rupp me revient, répétitive et acharnée sur les trois ou quatre cordes qui suffisent à ses arpèges. Cette fois nul doute c’est bien là Williamson alors que Buck s’escrime à enfoncer ses baguettes plus profond dans les fûts. Je reconnais donc la guitare de Rupp parce que je m’aperçois que ses deux partenaires sont occupés ? Soit, qu’importe. Ce qui importe c'est que tout tourne et que les arpèges dansent avec un drone et un bruit de métaux. La guitare classique de Rupp ne lâche rien, elle tient bon sous la pression conjointe de bassiste de Trapist et du batteur de The Necks. Le premier Weird Weapons était sorti sur Emanem. Le second ne trahit aucune de ses promesses.

EN ECOUTE >>> Shantung & Buckram

Weird Weapons : 2 (Creative Sources / Metamkine)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Shantung 02/ Buckram
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Tristan Honsinger, Olaf Rupp : Stretto (FMP, 2010)

strettosli

Le duo de cordes que forment Tristan Honsinger et Olaf Rupp pose une question huit plages durant : Can You Imagine A Conversation Between A Table And A Chair ? Louanges à l’auditeur qui se posera alors la question de savoir qui, du violoncelliste ou du guitariste, fait la table, sachant que l’autre devra en conséquence « remplir » le rôle de chaise.

Faire fi des réponses même si la réflexion peut occuper les moments creux et les longueurs qu’on trouve ici ou là : non pas des blancs dans la conversation promise, mais des banalités que l’on s’échange sous couvert de politesse. Ceci n’empêchant pas le duo d’intéresser le plus souvent, notamment lorsque les instruments à cordes échappés de l’orchestre se proposent de faire autant de bruit que lui mais à deux seulement.

Les arpèges de Rupp dévalent alors à grande vitesse la pente dessinée par l’archet d’Honsinger et puis remontent sous les effets d’un gimmick porteur. Rupp jamais plus habile que lorsqu’il provoque et Honsinger jamais plus efficient que lorsqu’il tranquillise. Échevelées presque toutes, les miniatures jouent le contraste en forêt : quelques chants d’oiseaux font état d’une improvisation en extérieur en conséquence plus posée. Ici, l’archet feint l’aphonie et la guitare le retrait. En forêt le duo s’est donc retiré et impressionne davantage : pour être sur ses gardes en attendant que le conseillent les bruits du monde.

Tristan Honsinger, Olaf Rupp : Stretto (FMP / Instant Jazz)
Enregistrement : 2010. Edition : 2010.
CD : 01/ Can 02/ You 03/ Imagine 04/ A Conversation 05/ Between 06/ A Table 07/ And A 08/ Chair ?
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>