Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Nicolas Wiese : Living Theory Without Anecdotes (Corvo, 2013)

nicolas wiese living theory without anecdotes

A l'index, il faudra ajouter une entrée sous le patronyme de Wiese : prénom, Nicolas. Toutefois pas dans le même tiroir que le bruyant John, parce qu'à l'efficiente perte d'audition Nicolas Wiese préfère l'ambient... “bizarre”.

La première face de ce vinyl jette toutes les cartes (et d'ailleurs : les meilleures) : de quoi joue N. Wiese ? Peu importe, car avec l'Ensemble Adapter ou Thorsten Soltau, il signe des morceaux d'une ambient... “bizarre” (donc) au noise confiné, aux instruments irrepérables (on y reconnaît bien des à cordes mais ils font l'effet de guitare jouet sur une molle électronique), aux voix d'outre-bombe discrètes mais envahissantes, mais néanmoins au balancement estival.

Avec Tom Rojo Poller, suit une collaboration audiovisuelle sans véritable intérêt, encore ambient, avec quelques effets parasites qui interviennent mais trop tard, avec une transparence qui ne doit surtout pas nous fair oublier que, seul ou presque, Nicolas Wiese a prouvé qu'il était l'homme d'une face et d'une seule, la première, la stupéfiante.

Nicolas Wiese : Living Theory Without Anecdotes (Corvo Records)
Enregistrement : 2009-2011. Edition : 2013.
2 LP : LP1 : A1/ Due to Idle A2/ Subterfile A3/ Der Elefant Im Porzellankäfig – LP2 : B1/ El jardin revisitado
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

John Hugues, Lars Scherzberg, Nicolas Wiese: Discard Hidden Layers ? (Schraum - 2009)

Hughesli

Entre Berlin et Hambourg, John Hugues (contrebasse), Lars Scherzberg (saxophones alto et soprano)  et Nicolas Wiese (ordinateur) ont élaboré un langage électroacoustique dont Discard Hidden Layers ? sut recueillir une preuve sur le vif.

En concert, donc, Hugues et Scherzberg échangent tandis que Wiese s’occupe du devenir de leurs phrases (découpages et ordres inversés) lorsqu’il ne trouve pas plus judicieux de confectionner une armée de perturbations capables de diviser les acteurs de l’improvisation, et de dérouter l’ensemble jusqu’à l’édification d’un manifeste séditieux.

De mouvements instables d’archets en effets de cordes qu’il envisage en percussionniste, Hugues permet au trio de trouver son équilibre sur terrains glissants, qui le soulèvent bientôt, son anxieuse musique d’atmosphère avec.

CD: 01/ Neither shivering nor calm 02/ Lungwire 03/ Infraredemption 04/ Infra_texture 2.0 05/ Discard? 06/ Choke chamber revisited 07/ Choke chameleon choke 08/ Exit choke chamber 09/ Hidden disbalance >>> John Hugues, Lars Scherzberg, Nicolas Wiese - Discard Hidden Layers ? - 2009 - Schraum.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>