Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Anthony Braxton : GTM (Outpost) 2003 (Leo, 2010)

outpost__grisli_

A suivre les différentes étapes de la Ghost Trance Music d’Anthony Braxton, et parfois dans un pur désordre chronologique – ce double CD a été enregistré voici huit ans –, se crée une proximité à l’œuvre braxtonienne. Comme si ces allers-retours incessants, ces montées et descentes répétitives n’étaient plus empoisonnantes arrêtes mais cérémonial intime.

Ici, Anthony Braxton et Chris Jonas jouent, le plus souvent, la mélodie à l’unisson. Les deux saxophonistes s’engagent avec clarté et entêtement. Avec entêtement surtout. La logique voulant se satisfaire de la transition et de la fluidité entre chaque pièce est mise à mal ici. Chaque bloc musical n’existe pas par rapport au précédent ou à celui qui va suivre mais en une entité distincte et autonome. Ainsi, la cohésion ne passe pas par le crescendo ou des évidences harmoniques mais par des ruptures choisies, assumées, abruptes. On dira alors la nervosité ou la dureté de certaine pièce, les douces et rares nervures de telle autre. On se souviendra de telle inflexion, de ces sifflements aigus et persistants, de ce trait jazz vite abandonné, des ces ondulations rassurantes, de cette marche qui ne trouve pas sa sortie.

Braxton et Jonas sont rejoints sur le second CD (la onzième et ultime pièce de la Composition 265 semble incomplète) par la voix de Molly Sturges. Une voix qui s’immisce d’abord avec timidité puis trouve une assurance qu’elle ne lâche plus. Maintenant la transe est assurée, assumée, maîtrisée. Par moment : impressionnante. Ainsi va la Ghost Trance Music. Sans repli ni retraite et toujours avec entêtement. Toujours.

Anthony Braxton : GTM (Outpost) 2003 (Leo Records / Orkhêstra Intenational)
Enregistrement : 2003. Edition : 2010.
CD1 : 01/ Composition 255 - CD2 : 01/ Composition 265 Part 1 02/ Part 2 03/ Part 3 04/ Part 4 05/ Part 5  06/ Part 6 07/ Part 7 08/ Part 8 09/ Part 9 10/ Part 10 11/ Part 11
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

mJane: Prayers from the Underbelly (Pax recordings - 2004)

mjane

Quelques notes mises en boucle d'un piano hésitant introduisent Prayers From the Underbelly, performance d'mJane enregistré, en 2003, au High Mayhem Festival de Santa Fe. L'enjeu veut que le quintette en place, emmené par Molly Sturges, confronte instruments acoustiques et apports électroniques, tout comme parties musicales écrites et improvisées, pour présenter enfin un exercice vocal ciselé.

Ainsi, Julie West et Molly Sturges interprètent et vagabondent sur des évocations sophistiquées de morceaux en devenir. Ici, on chuchote auprès des descentes d'un oud fatigué des phrases qu'il rejoue sans cesse (Pilgrim). Là, les voix adressent d'étranges incantations portées par des percussions sensibles (Utterance) ou appellent à la révolte sans autre motivation que celle d'obtenir le désordre (Summon).

Parfois, il arrive que la musique évoque les steppes asiatiques, quelques dunes de Syrie, ou un morceau égaré d'Irlande. Or, est offert aux voix le droit d'être de nulle part, et de ne pas chercher l'installation définitive. Les chants nomades doublent la complainte d'un harmonium avant de faire face aux bizarreries électroniques (Edie). Ailleurs, hésitent entre l'accalmie ((dis)solve) et les rythmes soutenus d'envolées superbes (Pilgrim).

De chants de peine en prières perdues, mJane construit une oeuvre importante. Sur le fil, toujours, mais pour s'y promener. On y trouve, enlacées, l'influence de Meredith Monk et la singularité de Marie Boine ; confondus, l'héritage de la musique minimaliste américaine et les témoignages hors-pistes de Stephan Micus. Mais s'il est indéniable qu'on sacrifie ici à ces idoles, Prayers From the Underbelly est aussi capable de libations païennes originales. De celles qui suffisent à singulariser une tribu jusque là inconnue du Nouveau Mexique.

CD: 01/ Utterance 02/ Summon 03/ Pilgrim 04/ (dis)solve 05/ Bones 06/ Birch 07/ Edie 08/ She 09/ (and)

mJane - Prayers from the Underbelly - 2004 - Pax Recordings.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>