Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Ochs, Masaoka, Lee: Spiller Alley (Rogue Art - 2008)

Ochsli

L'improvisation à laquelle se livrent Larry Ochs (saxophones ténor et sopranino), Miya Masaoka (koto) et Peggy Lee (violoncelle), en ouverture et fermeture de Spiller Alley, a déjà le mérite d'appliquer à l'exercice une association peu commune d'instruments.

Cordes, pour l'essentiel : koto et violoncelle contre lesquels a choisi d'oeuvrer le saxophoniste à coups d'échanges concentrés. Souvent pris de tremblements, le trio glisse de morceaux de mélodies – archet de Lee à la dérive et saxophone avertissant sur trois de ses compositions – parmi les gages donnés d'une pratique expérimentale aux airs timides pour être toujours à l'affût : d'un passage envisageable dans lequel s'engouffrer afin de changer régulièrement d'atmosphère, et les redistribuer toutes.

CD: 01/ Nobody Knows 02/ NeoNawi 03/ Micro-Mirror 04/ Spiller Alley 05/ Last Light >>> Larry Ochs, Miya Masaoka, Peggy Lee - Spiller Alley - 2008 - Rogue Art.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Maybe Monday : Unsquare (Intakt, 2008)

maybegrisli

Monté il y un peu plus de dix ans par Fred Frith, Miya Masaoka et Larry Ochs, le projet Maybe Monday enregistrait l’année dernière son troisième album, et invitait pour l’occasion quelques musiciens efficients, parmi lesquels le batteur Gerry Hemingway, la harpiste Zeena Parkins et l’électronicienne Ikue Mori.

Improvisé, forcément déconstruit, Unsquare installe des pratiques expérimentales complémentaires, révélant quelques fois un lyrisme inattendu (violon de Clarla Kilhestadt, notamment) mais le plus souvent attirées par ce genre d’intensité que l’on découvre sur le vif. Alors, voici assemblées le japonisme soigné de Parkins, les expériences toujours ludiques de Frith, les couacs et à peu-près sonores d’Ochs aux sopranino et ténor.

Hemingway, pour faire tenir l’ensemble : indispensable lorsque Mori, Frith et Ochs commandent une pièce magistrale d’abstraction bruitiste, bientôt consolidée par l’archet frénétique de Kilhestadt : Unturned, qui referme ce recueil de musique électroacoustique extravagante.

Maybe Monday : Unsquare (Intakt / Orkhêstra International)
Edition : 2008. 
CD : 01/ G 02/ Nitrogen 03/ Saptharishi Mandalam 04/ Septentrion 05/ Unturned
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>