Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Au rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Miguel Prado : Kempelen’s Lesson (On Voice and Tape) (Pilgrim Talk / Heresy, 2013)

miguel prado kempelen's lesson

Iconoclaste et donc forcément touche-à-tout, Miguel Prado semble faire de la musique pour s’en amuser, en tout cas pour relativiser sa portée. Ce qui ne l’empêche pas de raconter des histoires, comme sur ce quarante-cinq tours qui ressuscite Kempelen Farkas, inventeur du 18e siècle à qui l’on doit notamment la première machine parlante

Voilà pour l’histoire, qui n’est en fait qu’une anecdote mais qui explique quand même pourquoi le vinyle craque autant. Il crisse, en plus, tourne & retourne en boucle sur un sillon, bruite, et enfin finit par « parler » lui aussi. Mais sa voix est perturbée (l’histoire ne dit pas si elle est celle de Prado ou celle de Kempelen qui aurait participé d’outre-tombe au projet) et doit lutter en plus contre les (factices) imperfections de l’enregistrement.

Faisant partie d’un travail de longue haleine intitulé « Prado Geotraumatic Evacuation of The Voice », Kempelen’s Lesson (50 copies !) n’en met pas moins la voix en échec face à des bruits tour à tour modernes (ces flying sauceuses de la face A) ou passéistes (les craquements, toujours les craquements). Alors qui l’emporte de la voix ou de la machine ? Me tromperais-je en disant « la machine » ? En tout cas, le concept change de l’expérimental habituel.

Miguel Prado : Kempelen’s Lesson (On Voice and Tape) (Pilgrim Talk / Heresy)
Edition : 2013.
45 tours (7”) : A/ Criptolalia B/ Glossolalia-Laden
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>