Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Full Blast & Friends : Sketches and Ballads (Trost, 2011)

full_blast___friends_sketches_and_ballads

Pour Full Blast (Peter Brötzmann, Marino Pliakas, Michael Wertmüller), l’impasse est toujours possible : convulsions à répétition, étouffement de la forme, énergie fournie en pure perte de sens ; autant d’éléments pouvant être entretenus jusqu’à l’épuisement. Ici, en compagnie de quelques amis (Ken Vandermark, Thomas Heberer, Dirk Rotbrust), Full Blast délivre une composition double-face.

La première est collective. Par petits blocs contrapunctiques, le groupe choisit de ne rien développer des formes abordées, d’où une forte impression de zapping, heureusement balayée par les arrangements soignés et ultra-précis de Michael Wertmüller. La seconde partie (avant final fort d’une sauvagerie consommée) laisse les souffleurs délivrer des pistes plus solitaires (Heberer rond puis salivaire, Vandermark grognant une agitation ouverte, Brötzmann soyeux jusqu’à l’extase).

A noter : une heureuse utilisation des timbales proposée par Dirk Rotbrust et n’ayant de cesse de moduler – et consolider – une harmonie toujours fiévreuse. En trio ou avec d’autres partenaires, Full Blast reste fidèle à lui-même : puissant et  féroce.

Full Blast & Friends : Sketches and Ballads (Trost / Instant Jazz)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD / LP : 01/ Sketches and Ballads
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Full Blast : Black Hole

fullgrisli

Est-il donc encore nécessaire de chroniquer un disque de Peter Brötzmann ? Un rapide coup d’œil sur les crédits et l’on pourrait (presque) écrire la chronique sans écouter le CD. Car Brötzmann est Brötzmann et quel que soit le contexte dans lequel il évolue, il ne fera jamais que du Brötzmann…Ceci en toute logique puisqu’il est Brötzmann. Alors, que lui reprocher ? Rien finalement car de cette furie convulsive, jamais prise en défaut depuis des décennies, on n’arrive pas à se lasser.

De Brötzmann, certains voudraient autre chose : « de la douceur, balbutient-ils. Trop de déluges depuis trop d’années, qu’il s’adoucisse maintenant ! » Oui, convenons-en : on entend souvent de drôles de choses dans le cercle des initiés. Et ici, Peter Brötzmann va encore les décevoir de son souffle unique, insatiable, malin. Et ici, avec lui, une sacré paire de voyous soniques. Marino Pliakas & Michael Wertmueller : deux rockers (sic) qui ne savent pas tempérer. Une masse qui fait front et s’oppose au souffleur. Du fiel à tous les étages (Large Hadron Collider), de sournoises accalmies (Atlas), des crescendos ébouriffants (Protoneparcel), des brûlots et encore des brûlots. Et aucune raison pour que ça s’arrête. Alors : nécessaire ou pas la chronique ? L’écoute du disque, elle, l’est totalement.


Full Blast, Higgs. Courtesy of Orkhêstra International.

Full Blast : Black Hole (Atavistic / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008 / Edition : 2009   
CD : 01/ Black Hole 02/ Suzy 03/ Ellis 04/ Alice 05/ String 06/ Atlas 07/ Protoneparcel 08/ Higgs 09/ Teilchencrash 10/ Large Hadron Collider 11/ Quarks Up-Down
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>