Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : Sorcière, ma mère de Hanns Heinz Ewers & Nurse With WoundInterview de Quentin RolletEn librairie : Pop fin de siècle de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Joe McPhee : Remembrance (CjR, 2005)

joe mcphee michael bisio remembrance

Enregistré à Seattle le 27 octobre 2001, Remembrance réunit autour de la personne de Joe McPhee deux de ses partenaires fréquents – Michael Bisio (contrebasse) et Raymond Boni (guitare) - et un poète local – Paul Harding - accueillant le trio dans son monde.

Introduit par l’archet de Bisio et les arpèges nerveux de Boni, Remembrance (opening) est de ces improvisations collectives qui ne mettent pas longtemps à acquérir de l’épaisseur. Au saxophone soprano, McPhee pose des notes indépendantes et longues, avant de suivre l’exemple du guitariste, qui place ses interventions sous le signe du cercle. Eternel retour régénéré par le souvenir : celui d’un duo perpétuel, poussant ici McPhee à l’acharnement flamboyant, derrière lequel il renouera, à la trompette de poche, avec plus de sérénité.

Façon radicale de diversifier le propos, Boni improvise ensuite aux côtés d'Harding, et colorie de ses inspirations suspendues par un delay naturel la lecture – investissant avec élégance la forme musicale - faite par le poète d’un de ses textes (This is Where I Live). Suit un long solo de Bisio : avançant lentement sur une contrebasse grinçante, il modifie l’atmosphère au gré du nombre de cordes qu'emporte son archet, ou selon qu’il s’adonne aux expérimentations bruitistes ou se laisse aller à des moments plus paisibles (In the End There Is Peace).

Le temps de se retourner, et déjà, Remembrance (closing). Cette fois, c’est à la contrebasse de choisir le cadre, respecté par la guitare, puis par la trompette, pondérée - lyrique, voire. Revenu au soprano, McPhee enchevêtre ses phrases et, pendant un solo courant sur 6 minutes, évoque Steve Lacy, à qui le morceau est dédié. Faisant alterner les instants calmes et quelques bribes de swing, poussé jusqu’à la vaillance éprouvée d’un saxophone dans les hauteurs, d’une guitare insatiable et d’une contrebasse sur laquelle on frappe, le dénouement est impeccable. A l’image d’un disque consacré au champ des souvenirs, dont il vient, dans le même temps, grossir les rangs.

Joe McPhee : Remembrance
CjRecords
Edition : 2005.
CD : 01/ Part I: Remembrance (opening) 02/ Part II: This is Where I Live 03/ Part III: In the End There Is Peace 04/ Part IV: Remembrance (closing) For Steve Lacy
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



John Heward: Let Them Pass (Laissez-passer) (Drimala - 2004)

heward

Pour l’enregistrement de son premier album en tant que leader, le batteur John Heward a choisi le trio. Ainsi, Joe Giardullo (anches) et Michael Bisio (contrebasse) accompagnent le Montréalais sur Let them pass (Laissez-passer) et ont, autant que lui, instigué le projet d’un disque-hommage à leurs parents, émigrés dont l’espoir tenait tout entier dans un simple laissez-passer.

Il est convenu qu’il est au leader de montrer la voie, et Heward, qui se veut un batteur servant les changements et les fluctuations du rythme, impose ses points de vues le long de sept morceaux. D’attaques nerveuses en lignes sages, il entraîne ses acolytes comme lui suit ses intuitions, jouant des successions de cadences (Let them pass One) ou soulignant subtilement les progressions de ses partenaires (Let them pass Four). Parfois même discret au point d’évoquer ingénument sa possible absence (Let them pass Six).

Car le talent d’Heward est aussi de savoir laisser le champ libre. A Joe Giardullo, d’une part, qui d’un saxophone ténor, d’une clarinette ou d’une flûte, déploie un jeu rauque aux mélodies ployant sous les improvisations free (Let them pass Three), tout en multipliant les évocations d’un ailleurs fantasmé – qu’il vienne d’Europe de l’Est (Let them pass Four, Let them pass Five) ou pousse jusqu’en Asie (Let them pass Six).

Mike Bisio profite aussi comme il l’entend de ses permissions. Accentuant bien sûr le rythme, mais aussi l’emportant totalement au terme d’un blues revisité (Let them pass Three). Autre part, il entrelace les notes qu’il obtient à l’archet avec celles produites par les anches (Let them pass Five), opération sans faille au résultat bruitiste et sophistiqué (Let them pass Two).

Let them pass, sept fois. Le trio mené par John Heward livre sept improvisations aux carcasses changeantes, parce que l’enjeu qu’il détermine touche l’oscillation en musique. Let them pass (Laissez-passer), album réfléchi, parfois emporté, sauvage, complexe ou poli (comme on l’est par les eaux), est aussi la preuve qu’il est possible de rendre hommage avec élégance, et sans imposer l’ennui.

CD: 01/ Let them pass One 02/ Let them pass Two 03/ Let them pass Three 04/ Let them pass Four 05/ Let them pass Five 06/ Let them pass Six 07/ Let them pass Seven

John Heward - Let Them Pass (Laissez-passer) - 2004 - Drimala. Import.


Commentaires sur