Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Julie Tippetts, Martin Archer : Ghosts of Gold (Discus, 2009)

ghostsofgrisli

L’écho détourné d’une clarinette basse ; un rythme synthétique entêtant ; des voix parlées, chuchotées, chantées ; des mélopées sans fin ; un dépouillement nacré ; voici quelques petites choses offertes par Julie Tippetts & Martin Archer.

Les poèmes de Julie Tippetts ont été écrits entre 1994 et 2004 et les voici aujourd’hui mis en espace(s) par Martin Archer, producteur inspiré et inspirant. Chaque pièce existe autonome et dépouillée, conçue autour et pour la voix-guide de Julie. Rien n’est surchargé et le trouble, le scellé, n’ont pas leur place ici. Délestés du superflu, attentifs, ouverts et gagnés de plein fouet par le duo, nous n’avons d’autre choix que de les suivre jusqu’au bout d’une nuit on ne peut plus idéale.

Julie Tippetts & Martin Archer : Ghosts of Gold (Discus / Instant Jazz)
Enregistrement : 2007 - 2008. Edition : 2009.
CD : 01/ Moonshine 02/ The Bear that Walks at Night 03/ Metamorphic Rocking 04/ Run Another Road 05/ The Winging 06/ The Brink 07/ Parchment Dust  08/ Rainsong 09/ Daydream & Candle-light 10/ Tightrope 11/ The Summons-Brittle Brimstone 12/ The Ghostly Apparition
Luc Bouquet © Le son du grisli

Archives Martin Archer
Archives Julie Tippetts

Commentaires [0] - Permalien [#]

Martin Archer, Hervé Perez: The Inclusion Principle (Discus - 2006)

archersliThe Inclusion Principle. Où l’on voit improviser ensemble Martin Archer (violectronics, claviers analogiques) – multi instrumentaliste anglais influencé autant par John Cage et Morton Feldman que par Magma et Soft Machine – et Hervé Perez (field recordings, laptop) – collecteur de sons environnementaux et Français de passage.

Découpé en quatre parties, l’enregistrement prône à chaque fois une abstraction de principe, assurant l’auditeur que si ce qu’il s’y joue réellement peut sembler mystérieux, il ne peut en ignorer longtemps la dimension : faite de souffles, grincements et frottements, larsens insistants (jusqu’à trop en faire sur Part 4), elle s’insinue lentement, et tire une profondeur inédite des field recordings récoltés par Perez.

Hululements étranges et miaulements infimes, ruissellement d’une eau désormais perdue en méandres artificiels, ou percussions de bois, divertissent les constructions menaçantes. Balançant les effets de reverses agressifs ici, de réverbérations inquiétantes ailleurs. Jusqu’à trouver une stabilité inespérée à cette combinaison d’éléments épars et d’origines contraires.

CD: 01/ Part 1 02/ Part 2 03/ Part 3 04/ Part 4

Martin Archer, Hervé Perez - The Inclusion Principle - 2006 - Discus.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Bass Tone Trap: Trapping (Music à la coque - 2006)

bassonetrap

Formé en 1981 par Martin Archer (saxophones, violon, claviers) et Paul Shaft (contrebasse, voix), le groupe Bass Tone Trap change d’allure à l’arrivée du saxophoniste Derek Saw. Venu du jazz, celui-ci met ses influences au service d’un groupe faisant déjà avec les siennes propres, nombreuses et éclatées. Le résultat : la musique d’une fanfare punk, allant voir, sans se poser de questions, du côté du Krautrock, de la No Wave et du Free Jazz.

Sorti en 1983, Trapping donne à entendre un tel mélange, déjanté et plaidant le long de 13 morceaux en faveur de son émancipation immédiate. Peu importe qu’il s’agisse de le faire au son de progressions expérimentales atmosphériques (Magnetic North) ou bruitistes (Magnetic South), de pop funk délurée (Sanctified), ou de free changeant – virant au swing sur le motif répété des guitares de Safe in The Inner Core, ou plus radical sur Rare & Racy et Afraid of Paper.

Selon l’humeur, les 6 musiciens fantasment les rencontres : celle de Soft Machine et du World Saxophone Quartet (pour l’unisson des instruments à vent auquel il a souvent recours), ou celle de Can et d’Alterations. Le plus souvent convaincantes, ces collisions ne laissent rien en place longtemps et font un puzzle cataclysmique de quelques influences ramassées.

La musique en réaction, confiant à qui veut l’entendre que le domaine n’a rien à faire des leçons. Qui évolua avec Bass Tone Trap 4 années durant au gré d’une énergie impertinente, pour viser aujourd’hui le statut de document démesuré, attestant de l’existence d’un Lower East Side transposé jadis en Angleterre. Forcément moins sourcilleux.

CD: 01/ Sanctified 02/ Safe in The Inner Core 03/ Stay There 04/ Afraid of Paper 05/ Magnetic North06/ Intruder in the Dust 07/ AAK 08/ The Complex Aesthetic of John Jasnoch 09/ Sleep Lights 10/ Magnetic South 11/ Rare & Racy 12/ Africa Calling 13/ Radio Slot

Bass Tone Trap - Trapping - 2006 (réédition) - Music à la coque.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>