Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Bill Dixon : The Complete Remastered Recordings on Soul Note (CAM, 2010)

billdixsli

Neuf fois Bill Dixon : The Complete Remastered Recordings on (Black Saint &) Soul Note réunit les albums enregistrés par le trompettiste et pianiste, pour le label italien entre 1980 et 1998.

Après avoir inventé auprès de Cecil Taylor et Archie Shepp puis au Cellar Café de New York, Dixon remit donc à plat – influence sur le musicien du peintre qu’il était aussi ? – les reliefs vertigineux du premier free. Pour objectif : l’horizon, ligne sur laquelle il n'est pas interdit de faire naître d’autres reliefs. La réécoute de ces neuf disques – pour les citer tous et dans l’ordre chronologique : Bill Dixon in Italy (Volumes I et II), November 1981, Thoughts, Son of Sisyphus, Vade Mecum (Volumes I et II) et Papyrus (Volumes I et II) – dresse un portrait nébuleux de l’artiste en Sisyphe ayant assez d’idées pour transformer chaque nouvel enregistrement en expérience de nouveautés.

En formations différentes, Dixon remet ainsi son métier sur l’ouvrage au son d'échanges qui, lorsqu’ils ne se limitent pas à de courts dialogues défaits, adoptent les contours d’un lyrisme traînant voire y accrochent chacune des notes auxquels ils donnent naissance. Dans l’invention et l’indolence, Dixon profite en plus d’autres souffles que le sien : tuba de John Buckingham (Son of Sisyphus), trompette d’Arthur Brooks (Bill Dixon in Italy), saxophones de Marco Eneidi (Thoughts) pour n'en citer que trois. Autre élément d’horizontalité, l’archet auquel Dixon fait souvent confiance lorsqu’il s’agit de composer de grands pans d’atmosphères soumises à dépression : la contrebasse d’Alan Silva, chaotique, au début des années 1980 ; celles de Mario Pavone, Peter Kowald et William Parker (triple archet de Thoughts) ; celle encore de Barry Guy sur Vade Mecum. Enfin Tony Oxley, qui fit peu à peu pencher la balance en faveur du rythme, et apparition qui commanda une autre fois à Dixon de subtilement changer d’angle de création.

Bill Dixon : The Complete Remastered Recordings on Soul Note (CAM / Amazon)
Enregistrement : 1980-1998. Edition : 2010.
9 CD : Bill Dixon in Italy I, Bill Dixon in Italy II, November 1981, Thoughts, Son of Sisyphus, Vade Mecum I, Vade Mecum II, Papyrus I, Papyrus II
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Mario Pavone: Ancestors (Playscape Recordings - 2008)

Pavquinsli

En nouveau quintette – Double Tenor Quintet qui donne à entendre les saxophonistes Tony Malaby et Jimmy Greene,  le pianiste Peter Madsen et le batteur Gerald Cleaver –, Mario Pavone retourne sur Ancestors à ses travaux de musique neuve élaborée sur de plus anciennes : hard bop et free jazz sur Ancestors ; constructions plus complexes, puis défaites, sur Strata Blue ; marche exacerbée d’Arc for Puppy portée par un gimmick de contrebasse imposant sur lequel court l’unisson d’un ténor et d’un soprano.  Lêchée, l’expérience peut se faire moins convaincante (Tomes), écart oublié au son du seul Andrew, pièce implacable écrite par Pavone en hommage à Hill.


Mario Pavone, Ancestors. Courtesy of Playscape Recordings.

CD: 01/ Ancestors 02/ Strata Blue 03/ Tomes 04/ Iskmix 05/ Arc for Puppy 06/ Beige Structure 07/ Pachuca 08/ Andrew >>> Mario Pavone Double Tenor Quintet - Ancestors - 2008 - Playscape Recordings. Distribution Orkhêstra International.

Mario Pavone déjà sur grisli
Trio Arc, Playscape, 2008

Commentaires [0] - Permalien [#]

Mario Pavone : Trio Arc (Playscape, 2008)

pavonegrisli

De 1968 à 1972, Mario Pavone fut le contrebassiste du trio de Paul Bley, pianiste qu’il invite aujourd’hui à improviser en sa compagnie et celle du batteur Matt Wilson.

Trio Arc,  d’être formé d’expériences différentes qui s’entendent sur l’instant : dialogue interrogatif commandé par les retrouvailles (Hello Again), déconstruction inspirée sur laquelle Bley ose une mélodie de rien (Miro) ou discours auto-rénégéné capable de mauvais conseils, qu’il arrive au pianiste de suivre, quitte à lasser un peu à force de vouloir trop en faire (Slant).

Les erreurs, inévitables mais rarement imputables à Pavone, qui a usé ses cordes auprès d’improvisateurs convaincus (Bill Dixon, Anthony Braxton, Wadada Leo Smith, Tony Malaby), et sait quand ménager les pauses et les expérimentations – fantasme des allées et venues d’un métronome sous les cordes étouffées de Lazzi – pour le bien de l’ensemble.

CD: 01/ Slant 02/ Hello Again 03/ Quest 04/ Miro 05/ Lazzi 06/ Sweet 07/ Solo Bley >>> Mario Pavone - Trio Arc - 2008 - Playscape Recordings. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>