Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Marc Behrens : Queendom Maybe Rise (Crónica, 2013)

marc behrens queendom maybe rise

Outre une apparition sur l’excellentissime HD de son compatriote Atom™, Marc Behrens est surtout connu pour son œuvre électroacoustique, qu’il développe depuis plus de vingt ans avec une constance qui n’a d’égale que son inifni sens de la recherche. Son nouveau bébé, Queendom Maybe Rise, ne fait nullement exception à la règle, bercé qu’il est entre field recordings ovipares et traitement numérique soigné.

En de nombreux instants, on a l’impression d’assister à un documentaire animalier sur le monde des airs et/ou de l’inifiniment petit mis en ondes par Nicolas Bernier, avant qu’un violent orage ne vienne tout bouleverser ; à d’autres instants, on retrouve les excellents échos de Thomas Köner, voire de Jana Winderen, pour quarante-et-une minutes de bravoure captivante. Second et dernier titre, Quuendom repose entièrement sur la voix de Yoko Higashi (déjà aperçue chez Lionel Marchetti), directement ou régénérée digitalement telle la rencontre entre Luciano Berio et Machinefabriek. Pourquoi se priver ?

EN ECOUTE >>> Maybe Rise >>> Queendom

Marc Behrens : Queendom Maybe Rise (Crónica / Metamkine)
Edition : 2013.
CD : 01/ Leafer Maybe Rise 02/ Queendom
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Marc Berhens, Paulo Raposo : Hades (and / OAR, 2006)

hadesli

Après avoir disposé leur matériel d’enregistrement à l’intérieur d’embarcations évoluant en rade de Lisbonne, Marc Berhens et Paulo Raposo montent leurs field recordings en vue de fantasmer une traversée du Styx, puis une approche du Royaume d’Hades.

Ingrédients concrets de l’ambient expérimentale proposée ici, le souffle des vents et quelques vagues, les craquements du bois des nacelles puis des chocs métalliques. Relevant l’ensemble concret, le traitement électronique se charge d’amasser les nappes grondantes, d’allonger les enregistrements brefs offrant la possibilité de leur propre changement en bourdon hésitant.

Aux portes d’Hades, donc, la tempête est simulée, qui marie les zones d’ombres portées aux menaces des flammes, et transporte l’auditeur de l’appel étrange d’une soufflerie inquiète à l’abîme abstrait de silences troublants. Le tout déposé lentement, conseillé paisiblement ; imposé avec confiance et audace.

Marc Berhens, Paulo Raposo : Hades (and / OAR)
Edition : 2006.

CD : 01/ - 02/ - 03/ - 04/ -
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>