Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Le câble de feu : FireWire (Tanuki / Mémoire, 2016)

le câble de feu firewire

Si j’ai bien compté / tout compris, ils sont trois à se bouger sous le nom (ou l’emblême) du Câble de feu : Olivier Meyer, Laurent Berger & Aymeric de Tapol. Et si j’ai bien suivi la prose qui accompagne la k7, l’enregistrement devait avoir lieu dans un théâtre (Christiane Stroë) mais l’un des trois est malade et les deux autres partent sur les routes d’Alsace à la recherche d’un câble qui leur manque, ils le trouvent, reviennent au théâtre où ils bidouillent avec plein de trucs pendant plein (3) de jours… Six mois plus tard, les trois se retrouvent et voilà la bidouille repartie.

Si j’ai résumé les péripéties de nos héros, c’est qu’à Bouxwiller on doit encore parler de leur passage. Se souvenir en se bouchant les oreilles de leurs drones en perte de tension, des larsens qui piquent et des field recordings qui prouvent soniquement la vérité crasse, des borborygmes d’un piano pourri, des grands coups de batterie christique, etc., etc. Au rond-point qui précède l’entrée du village, j’imagine d’ailleurs qu’un artiste local a élevé une statue qui représente un immense jack fiché dans le fondement du patelin. Bien fait !



firewire

Le câble de feu : FireWire
Tanuki / Mémoire
Edition : 2016.
Cassette : A1/ Contre sens A2/ Gueule de bois A3/ Plan incliné A4/ Mantra Express – B1/ Douche dorée B2/ Rodéo sauvage B3/ Post Scriptum B4/ Pied plat
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Suboko, Ute Völker : Le lune, la soleil (Ritte Ritte Ross, 2015)

suboko ute völker le lune, la soleil

Après avoir improvisé en 2009 avec Carl Ludwig Hübsch et Roland Spieth (K-Horns), les trois percussionnistes sur objets divers de Suboko (DJ Bouto, Laurent Berger ou Regreb, Pascal Gully ou Yllug) sont retournés à l’écurie Schraum. Et c’est l’accordéoniste Ute Völker qu’ils ont cette fois attrapée.

Le temps d’improviser quatre pièces et de faire avec le romantisch épanchement de l’instrumentiste qui les accompagne, d’abord, puis avec son endurance – combien d’éclats métalliques et de rumeurs difficiles à avaler fait-elle siens dans un souffle et en souriant peut-être ?

Jusque-là ayant tenu le cap, l’accordéoniste montre des signes de faiblesse en début de seconde face, et c’est tant mieux : cette fois les percussions ont raison de son aimable balancement et l’étouffent même comme pour être sûr de s’en débarrasser définitivement. Les sons qu’on trouve alors sont autrement intéressants mais, malheureusement, c’est déjà l’éclipse : est-ce dû au mouvement de le lune ou à celui de la soleil ?, c’est là un phénomène en demi-teinte.


suboko völker

Suboko, Ute Völker : Le lune, la soleil
Ritte Ritte Ross / Metamkine
Edition : 2015.
LP : A1/ Glückliche Nacht A2/ Surplomb – B1/ Cumulus Humilis B2/ Steigung
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>