Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Labradford : Mi media naranja (Kranky, 1997)

labradsli

Si je ne me trompe pas, j’ai dû passer quelques heures de ma vie. Au même endroit. À la même époque. C’était en 1997 à Richmond, Virginia. C’est d’ici que viennent les cigarettes du vacher. Quelques heures, seulement. Romain et moi, nous nous étions perdus. Nous avons pris un petit-déjeuner dans l’une de ces échoppes où l’on vend de la nourriture à consommer rapidement. Nous avons parlé à une fille. À elle plutôt qu’avec elle. Elle nous a dit qu’elle reviendrait plus tard. Plus tard, elle n’était toujours par revenue. Nous avons voulu partir. J’ai demandé notre route à un vieil homme noir, pas loin de la gare des autobus : "Quelle direction pour Atlanta ? Atlanta, Georgia ?". Il ne connaissait pas d’Atlanta. Normal : c’est deux États plus au sud. Un autre monde, en somme, aux États-Unis d’Amérique. Aussi, nous avons quitté Richmond, Virginia. J’aurais dû oublier jusqu'à l'existence même de Richmond, Virginia. Ce disque m’y reconduit. Avec Romain. Mais sans lui.

Je pourrais dire qu’il faut avoir été à Richmond, Virginia, pour comprendre quelque chose de ce disque. Non. En plus d’être péremptoires, ces déclarations sont tout simplement trop bêtes. Cependant, j’entends Richmond, Virginia, dans ce disque. J’entends ce souvenir. J’entends l’atmosphère d’une matinée désœuvrée — désœuvrés, à ce moment-là, nous l’étions, pas sans énergie. J’entends le vide de cette matinée passée à attendre que quelque chose se passe. J’entends aussi la répétition des mêmes gestes, des mêmes mouvements, des mêmes intentions : monter dans le bus "Greyhound" — passer la nuit dans le bus "Greyhound" — passer un certain temps là où le bus "Greyhound" nous a conduits — sans être toujours bien certains que c’est là que nous voulions aller — monter dans le bus "Greyhound" — passer la nuit dans le bus "Greyhound — passer un certain temps là où le bus "Greyhound" nous a conduits — etc. Et comment ces mêmes gestes, ces mêmes mouvements, ces mêmes intentions, comment malgré leur répétition, ou plutôt : comment grâce à leur répétition, ils conduisent toujours un peu plus loin, ils conduisent toujours un peu plus prêt de la destination finale à atteindre. Nous, ce n'était pas la mort. Nous, c’était Austin, Texas. Labradford non plus, ce n’est pas la mort. La mort, personne n’y pense dans la répétition. Dans la répétition, on se croit bien plutôt immortel. Le temps semble disparaître, s’effacer alors même que ce n’est que lui qu’on passe à travers la distance. Je ne pourrais pas dire qu’il faut avoir été à Richmond, Virginia, pour comprendre cette musique. En revanche, il n’est pas totalement faux de dire qu’il faut être de Richmond, Virginia, pour produire pareille musique. Sans doute parce que la musique participe tout autant d'une histoire que d’une géographie. Ce que l’on sent, c’est la passion à laquelle donne lieu la distance. Le temps qu’il faut pour parcourir le paysage avant de revenir à soi. Le travail d’orchestration exigé. Marier le Fender Rhodes avec une guitare slide. Une guitare électrique avec un trio de cordes acoustiques. Marier des corps entre eux dans ce qui semble être un désert. La périphérie de Richmond, Virginia. Là où la ville s'arrête. Là où le trajet commence. Un orgue. Mi media naranja, ce n’est pas triste. C’est toutes ces choses qui se bousculent dans le son. La distance, le vide, l'attente, le fait de refaire les mêmes choses, d’oublier où l’on va en y allant quand même.

Labradford : Mi media naranja (Kranky)
Edition : 1997.
CD : 01/ S 02/ G 03/ WR 04/ C 05/ I 06/ V 07/ P
Jérôme Orsoni © Le son du grisli

couv_1513

Jérôme Orsoni est l'auteur de Tortoise : Standards. Il a récemment entamé la publication d'une anthologie en ligne consacrée au post-rock intitulée Notre galaxie punk-rock.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Pan American : For Waiting, For Chasing (Mosz, 2006)

panisli

For Wainting, For Chasing est le cinquième album de Mark Nelson (Labradford) publié sous le nom de Pan American. En compagnie de Steven Hess (percussions) et David Max Crawford (bugle), il échafaude ici une ambient des derniers jours, bruitiste et enveloppante, qu’il décide d’effriter peu à peu.

Partout, le même canevas de départ : une progression indescriptible de nappes sonores, sur lesquelles viendront se greffer field recordings, constructions d’électronique minimaliste, interventions au bassStation, craquements et aigus divers. D’un morceau à l’autre, les variations sont rares, tenant ici de l’usage de la réverbération (Dr. Christian), là de la redite d’un mini gimmick fait unique option d’évolution (Are You Ready ?).

Au gré de crescendos et de leurs contraires, Nelson donne avec mesure dans une musique atmosphérique loin d’être limpide, assez proche de celle que fabrique Rafael Toral. Pièces climatiques peintes au lavis, toutes sauf Ammuls refusent le recours à une mélodie assumée. Ammuls, où en guise de conclusion Nelson autorise une combinaison discrète de notes reconnaissables à filtrer enfin.

Menée jusqu’à son terme, l’évidence révèle la traversée de zones de perturbations voilées. Expérience insoupçonnable qui rassure autrement qu’en prévenant des risques.

Pan American : For Waiting, For Chasing (Mosz / La baleine)
Edition : 2006.
CD : 01/ Love Song 02/ Are You Ready? 03/ Dr. Christian 04/ Still Swimming 05/ From Here 06/ The Penguin Speaks 07/ Amulls
Guillaume Belhomme © Le son du grisli
.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>