Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Mikkel Mark Trio Featuring Luther Thomas (JaZt TAPES, 2012)

mikkel mark featuring luther thomas

Soit Mikkel Mark, Guffi Pallesen, Kresten Osgood et Luther Thomas aux prises avec Straight Not Chaser, Groovin’ High, All Blues, Equinox, Misty et Tenor Madness.

Soit un happy gig pour reprendre l’expression du producteur Jan Ström (Ayler Records). Soit un concert (1er décembre 2007, Christiana Jazz Club, Copenhague) où le jazz ne veut pas se taire. Soit Luther Thomas et sa manière si dolphienne de torsader le phrasé. Soit Misty, possible petite sœur du grand Albert et de son immortel Summertime. Soit un concert et son lot d’aléatoire, de ratés et d’extravagances. Soit des tempos s’éteignant et d’autres se doublant. Soit un saxophoniste, parfois cavalier seul mais toujours impeccable dans son placement. Soit le jazz, tout simplement.

Mikkel Mark Trio : Featuring Luther Thomas (JaZt Tapes)
Enregistrement : 2007. Edition : 2012.
CD-R : 01/ Straight No Chaser 02/ Groovin’ High 03/ All Blues 04/ Equinox 05/ Misty 06/ Tenor Madness
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Øyvind Skarbø : Die, Allround Handwerker! (+3dB, 2012)

oyvind_skarb__die_allround_handwerker

Øyvind Skarbø est batteur de son état. C’est pourquoi on peut imaginer qu'est représentée sur la couverture de Die, Allround Handwerker ! une batterie étendue au maximum des possibilités permises par la (raisonnable) taille humaine. Ou encore une ville réduite et prête à résonner (un hommage à John Cage, encore ?). Ou un atelier au bois épais pour mieux supporter les coups.

La musique de Skarbø (et de Kresten Osgood qui joue avec lui) est pourtant minimaliste, tout du moins d’aspect. Les frappes et les constructions sont minces, la lutherie électronique craquèle contre le bruit de conques et un goût pour l’électronique s'impose. Grâce à elle, le batteur propulse des billes qui tournent dans un plateau ou repasse à l’envers une cymbale agressive. Elle contrastera avec la charley coincée en fin de parcours, comme sont coincés de beaux moments dans la volubilité de cet enregistrement explosif.  

Øyvind Skarbø : Die, Allround Handwerker! (+3dB)
Edition : 2012.
CD : Die, Allround Handwerker!
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

John Tchicai : Coltrane in Spring (Ilk, 2008/2010)

grislinspring

En ouverture de Coltrane in Spring, John Tchicai dit un poème de John Stewart qui célèbre un autre printemps et adresse à l’auteur d’Ascension – enregistrement auquel Tchicai participa – son vœu de l’entendre chanter encore Alabama. Hier, Coltrane servait aussi la mélodie de Spring Is Here ; en 2007, son ancien partenaire retrouvait le Danemark pour l’évoquer en compagnie de jeunes compatriotes – le pianiste et cornettiste Jonas Müller, le contrebassiste Nicols Munch-Hansen et le batteur Kresten Osgood.

De son passage de quelques mois à New York dans les années 1960, Tchicai a gardé ses suspicions vis-à-vis de formes musicales arrêtées ainsi qu’un instinct farouche pour la remise en cause des convenances musicales. Malgré tout, il ne peut nier l’intégralité des choses qu’il y a apprises : sur Melodic Seven, il fait ainsi état de l’éternelle vivacité de se verve déstabilisatrice ; au son d’Ude I Det Fri, aux côtés du cornet de Müller, rappelle ce que lui a enseigné la fréquentation d’Albert Ayler et de Don Cherry (ici, le cri du premier et le détachement du second s’entendent sur un hymne minuscule) ; sur Dashiki Man, enfin, il profite une autre fois du swing de ses partenaires pour déraper encore en insatiable virulent.

Ailleurs que sur ces trois morceaux convaincants, des éléments d’un folklore ombreux investissent le domaine du jazz sans déranger vraiment si ce n’est pour se faire remarquer quand même le temps de surenchères passagères auxquelles se livrent Tchicai et Müller. En conclusion, un exercice de style réinvente sur Modoc les manières amples du free insistant du dernier Coltrane. Et la boucle est bouclée de l’hommage de Tchicai à son ancien mentor.

John Tchicai : Coltrane in Spring (Ilk / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2007. Réédition : 2010.
CD : 01/ Coltrane in Spring 02/ Dahiski Man 03/ Ude I Det Fri 04/ Angel Wing 05/ Melodic Seven 06/ On Top of Your Head / Lat’s Hear What We Can See 07/ Row Your Love Boat 08/ Double Arc Jake 09/ Modoc
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Michael Blake, Kresten Osgood: Control This (Clean Feed - 2009)

blakecontrolgrislii

En compagnie du batteur danois Kresten Osgood – de ses partenaires fréquents –, le saxophoniste Michael Blake revient à Clean Feed au son de Control This, ouvrage d’un jazz porté par la tradition mais transcendé aussi par l’entente de deux réformateurs.

Une avant-garde de l’épure se met alors en place, pas provocante mais qui tire plutôt sa différence de la place inconfortable qu’elle réserve au swing sur Control This, à tous penchants mélodiques sur  Top Hat autant qu’à toute tentation de débordement sur Elephants Are Afraid of Mice. Passant d’alto en ténor, Blake évolue avec habileté sur l’accompagnement revêche de son partenaire, lorsqu’il ne plaide pas, à la suite de celui-ci, au changement d’allure insatiable et inspirant (Cotton Mouth). Le tout, soumis quand même à la grande leçon tirée par le saxophoniste de son passage au sein des Lounge Lizards : qui lui impose de ne jamais rien perdre de son efficience sous prétexte de laisser sa verve céder entièrement à l’énergie.

CD: 01/ Salutations 02/ Control This 03/ Creole Love Call 04/ Top Hat 05/ Elephants Are Afraid of Mice 06/  Cotton Mouth 07/ Cheryl >>> Michael Blake, Kresten Osgood - Control This - 2009 - Clean Feed. Distribution Orkhêstra International.

Michael Blake déjà sur grisli
Right Before Your Very Ears (Clean Feed - 2005)
Interview

Commentaires [0] - Permalien [#]

>