Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Expéditives expéditives : Daniel Menche, GX Juppiter Larsen, Michael Muennich, Yoshihiro Kikuchi, Ákos Garai...

expéditives expéditives

1_mencheDaniel Menche : Blood of the Land (CD Ferns, 2010)
Ce sont des orages que Daniel Menche a capturés dans l’Oregon et ensuite mis sur disque. Blood of the Land est ainsi fait de rafales, de trombes d’eau et d’objets emportés. Après quoi, les sons amalgamés de nature domptée après coup transforment l’enregistrement en ouvrage de noise extrasensorielle. (gb)

2_larsenGX Jupitter-Larsen, Michael Muennich : Die Arbeiter von Wien  (7'' Fragment Factory, 2011)
Le disque est rouge de colère : celle d’ouvriers viennois de 1927 dont Fritz Bruegel célébra la lutte en prose. Sous les projectiles électroniques de GX Jupitter-Larsen, Michael Muennich lit, interprète, crie le texte en question, « Die Arbeiter von Wien ». Deux faces virulentes, d’un métal… hurlant. (gb)

3_sugimotoFilfla : 10 Songs in 20 Minutes (CD Someone Good, 2012)
Vingt minutes pour dix titres, voilà l’essence de la série 10 Songs in 20 Minutes du label australien Someone Good, subdivision électro-pop de Room40. Œuvre du Japonais Keiichi Sugimoto sous son pseudo de Filfla, Fliptap est une étonnante mignardise folktronica à la croisée de l’IDM, du Casio et de Midori Hirano. Frais et sans prétention, le disque se laisse écouter tel le ruisseau s’écoulant à son rythme de la colline. Beau et innocent comme un haiku (mais pas d’Herman Van Rompuy, svp). (fv)

4_garaiÁkos Garai : Subway Budapest (CD 3Leaves, 2012)
Livré avec son single ticket (vonaljegy), Subway Budapest est le résultat d’une expérience d’Akos Garai. Micro au sol d’un wagon, il recueille des bruits bruts de décoffrage (de transport, de portes, annonces sur les quais, conversations…). Mais il arrive que des bouts de surréalisme (ondes électriques, bris de verre, pas ralentis…) se glissent dans ces 10 minutes de naturalisme : ce CD de field recordings s’en trouve être deux fois plus dépaysant ! (pc)

5_kikuchiYoshihiro Kikuchi : One Intensely Eats Up Another Economic Principle (K7 Fragment Factory, 2012)
Voilà bien deux faces qui ne se ressemblent pas. Sur la première, Yoshihiro Kikuchi jongle avec des bruits sur la cadence d’une machine grippée qui crache mais qui envoie… le bois. Sur la deuxième, la fantaisie perd de l'intérêt avant qu’une guitare (enfin ! une guitare !) et des reverses s’épousent, garces, avec une vraie grâce. Je conseille donc une cassette, mais la cassette est déjà épuisée. (pc)

kitsh fight

Commentaires [0] - Permalien [#]

FourColor : As Pleat (12K, 2011)

fourcolor_as_pleat

Voici quelques années, un projet made in Belgium (le duo Tangtype et son Flake Out pour ne pas le citer) m’avait carrément retourné les tripes du folkeux à lunettes que je suis. Combinant les superbes inflexions vocales de Julie Cambier aux tripatouillages électroniques de Jean-François Brohée, le disque avait tracé un sillon dans lequel je désespérais de trouver un successeur.

Bien que les ingrédients instrumentaux du présent As Pleat diffèrent relativement – ils s’inscrivent davantage dans une micro-tonalité qui laisse globalement de côté un certain bruitisme – ils retrouvent en la douce Sanae Yamasaki aka Moskitoo une vocaliste de tout premier plan, dont on regrette seulement qu’elle ne soit présente que sur deux titres (Quiet Gray 1). Au-delà de la très attendue sympathie que j’éprouve pour les chanteuses japonaises sœurs de toutes les Tujiko Noriko de l’archipel, les déclinaisons électro-acoustiques de FourColor, alias pigmenté du Nippon Keiichi Sugimoto ne surprendront en aucune façon les habitués du label new-yorkais 12K. Un peu comme si un supplément d’âme venait à manquer – à la lecture des lignes qui précèdent, on vous laisse deviner lequel : il finit en o – l’ambigüité de la démarche incite à cocher la case regret éternel – et les Tangtype peuvent dormir sur leurs quatre oreilles.  

Fourcolor : As Pleat (12K)
Edition : 2011.
CD : 01/ Quiet Gray 1 02/ Skating Azure 03/ Bleach Black 04/Frosted Mint 05/ Carmine Fall 06/ Ecru Diver 07/ Snow Petal 08/ Iris (Familiar) 09/ Canary Breath 10/ Quiet Gray 2
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Yoshio Machida: Infinite Flowers (Amorfon - 2003)

machidagrisli

Après avoir confectionné quelques programmations électroniques réfléchies, Yoshio Machida invite Keiichi Sugimoto et Tetsuro Yasunaga à venir fleurir de leurs interventions farfelues un Infinite Flowers hésitant entre ambient lunaire et pop répétitive.

D'emblée, Machida mêle ses structures rythmiques à des touches acoustiques peu communes, rendues par l'usage du steelpan - instrument dont Yann Tomita avait déjà démontré la force d'intervention mélodique. Soutien efficace de l'unique intervention de la voix, traitée à la manière de Laurie Anderson (¡ Hana Mambo!), il peut déposer des tons pastels sous un rideau de pluie simulé par les cordes de la guitare de Sugimoto (Poppy) ou se faire gimmick intentionnel chargé de relever la progression de Fragrance.

Là, on plaidera une deuxième fois pour l'influence évidente des minimalistes américains sur l'oeuvre présentée. Machida et Yasunaga ayant déjà, sur Namagua, investi le champ d'une construction électronique répétitive progressant par à-coups presque insoupçonnables, tout en établissant quelques parallèles avec l'electronica allemande contemporaine. Deux compositions plus évanescentes, enfin, jouent des réverbérations fines (A Small Flower) ou de la lutte sourde avec les tentations mélodiques (Pollen).

A peine plus d'une demi heure est nécessaire à l'écoute d'Infinite Flowers. Ebauche érudite d'un minimalisme électronique prônant le bon usage de l'éphémère. Qui demande la distribution au compte-gouttes de miniatures ouvragées et subtiles.

CD: 01/ pollen 02/ ¡ Hana Mambo! 03/ Namagua I, II, III, IV 04/ A Small Flower 05/ Fragrance I, II 06/ Poppy

Yoshio Machida - Infinite Flowers - 2003 - Amorfon.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>