Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

John Wiese : Teenage Hallucination 1992-1999 (Troniks, 2005)

john wiese teenage hallucinations

« Connard » est forcément le premier mot qui nous vient lorsque l'on joue Teenage Hallucination sur la platine CD sans avoir pris garde de baisser le volume auquel on écoute d'habitude Simon and Garfunkel. Bien fait, dit le connard en question ?

Alors on s'excuse : ce « connard » n'était pas contre vous, John Wiese, que je respecte étant donné le bruit que vous faîtes (que vous faisiez, devrais-je dire, puisqu'il s'agit ici d'une compilation de vos premiers essais de bruits), mais plutôt contre nous même, qui avons fait confiance ne serait-ce qu'une demi seconde à un hystérique adepte du format court, à un taré notoire et même à un blaireau certain qui remue plus d'un décibel et crache du son perforateur d'oreille (52 fois sur ce CD !!!) comme d'autre leur dernier souffle.

Mêmes compliments à vos aides de camp : GX Jupitter-Larsen, Corydon Ronnau, Lonnie Davis... Comment faire écouter ça, et à qui, quadruple malade ? D'autant que ma copine est partie à cause, et me voilà seul avec votre folie destructrice pour toute compensation...

John Wiese : Teenage Hallucination 1992-1999 (Troniks)
Enregistrement : 1992-1999. Edition : 2005.
CD : 01/ Hwm 02/ Decelerator 03/ Acrobats 04/ Lock 1 05/ Lock 2 06/ Lock 3 07/ Lock 4 08/ Acrobats 09/ Go-Go-A-Go-Go 10/ Cowgirls 11/ Untitled (Batman) 12/ Sixth Dimension 13/ Untitled 14/ Untitled 15/ Astonomy 16. BD 17/ Attack Clouds 18/ Untitled 19/ Harpsichord 20/ Jets 21/ Untitled 22/ Orchestration Coincier 23/ Stars 24/ Casiopia and Apollo 25/ Catwoman-A 26/ Catwoman-B 27/ Un titled CS (28)-A 28/ Untitled CD (28)-B 29/ T2 30/ Hydro 1&2 31/ H3 32/ 90 Chop 33/ Untitled CS (97)-A 34/ Untitled CS (97)-B 35/ Selectric 1 36/ Selectric 2 37/ Selectric 3 38/ Selectric 4 39/ Untitled 40/ Untitled 41/ Untitled 42/ Untitled (Sissy Spacek) 43/ Untitled CD (96)-A 44/ Untitled CD (96)-B 45/ Static Whale 46/ Untitled CS (95)-A 47/ Untitled CS (95)-B 48/ Intro 49/ Untitled CS (94) 50/ Untitled CS (94) 51/ Untitled CS (92)-A 52/ Untitled CS (92)
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Interview de Nate Wooley

nate wooley interview

Lorsqu’il tourne le dos au jazz qu’il peut servir – et même interroger – aux côtés de Daniel Levin, Harris Eisenstadt ou Matt Bauder, Nate Wooley s’adonne à une pratique expérimentale en faveur de laquelle plaident aujourd’hui deux références de taille (The Almond et Trumpet/Amplifier). Sinon, c’est l’improvisation qui l'anime encore, comme l’atteste le non moins indispensable Six Feet Under enregistré avec Paul Lytton et Christian Weber. Ce qui fait trois raisons valables de passer aujourd’hui le trompettiste à la question.

... Mon père est musicien – saxophoniste. Je pense que mes premiers vrais souvenirs de musique viennent des musiciens qui passaient à la maison. Je ne suis pas sûr qu’ils jouaient ou répétaient…  Je me souviens juste de leur présence chez nous, d’eux traînant, buvant un verre et discutant. Je pense que cette impression de communauté est ce qui m’a amené à la musique. Je sentais qu’un lien très fort les unissait et que cela  venait justement de  cette activité qu’ils partageaient.  

La trompette a été ton premier instrument ? Ca a été le piano, en fait. A vrai dire, ça a été assez dur,et je pense que mon professeur et mes parents ont pensé plus d'une fois que ce n’était pas fait pour moi. Je ne pense pas que j’avais décidé de moi-même de faire de la musique, et mon professeur de piano – après que j’ai commencé la trompette, pour être précis – s'est mise à chercher une musique qui pourrait me convenir  ; elle m'a alors amené les « petites pièce pour piano » de Schoenberg. Ca a été la première fois que je me suis senti vivant en musique, et elle a su le remarquer : alors elle m’a apporté un jour un CD de ces pièces interprétées par Maurizio Pollini, et ça a été la clef de tout pour moi. A partir de là, je me suis intéressé au jazz et à la musique contemporaine…

Quels sont les musiciens de jazz qui t’ont influencé ? Mon père, bien sûr, et puis j’ai connu des moments où j’étais obsédé par tel ou tel musicien sans vraiment ressentir leur influence sur le long terme… Ca a été Booker Little, Woody Shaw, Charlie ShaversDolphy ?

Et des trompettistes comme Bill Dixon, Alan Shorter, Charles Tolliver, Jacques Coursil ? J’ai écouté ces musiciens bien après, souvent parce qu’on me conseillait des les écouter, c’est pourquoi je n’ai jamais vraiment senti que mon jeu de trompette tenait des leurs… Avec le temps, je serais, je pense, forcément arrivé jusqu’à eux, mais je crois que j’avais une idée bien précise de la manière dont je voulais sonner, de ce qu’était mon langage, et de ce que j’entendais. En conséquence, quand on me conseillait d’écouter quelqu’un comme Coursil, c’est parce qu’on jugeait qu’il y avait des similarités entre son jeu et le mien, et ce n’est pas si intéressant d’aller entendre un travail qui se rapproche du vôtre ; écouter un musicien vraiment différent aura davantage d’informations nouvelles à vous apporter… Ce qui n’empêche : leur travail est fantastique, je n’y suis tout simplement pas assez entré, celui de Dixon mis à part, même s’il n’a pas été de ces musiciens qui ont pu m’obséder un temps. J’ai pu lui parlé, à deux reprises, et j’y ai puisé beaucoup de choses,  ça c’est indéniable…

Tu touches aujourd’hui autant autpt_ampli jazz qu’à une improvisation abstraite, pour dire les choses rapidement… Fais-tu une différence entre ces deux pans de ta pratique musicale ? Consciemment, je ne change pas ma façon de penser selon que je joue dans l’un ou l’autre de ces domaines. Il y a certaines choses qu’il me faut cependant prendre en compte : qu’elles soient techniques lorsque je joue avec ampli, ou encore dans le cas où j’interprète de la musique écrite, définir quel est mon rôle dans le groupe ou ce dont la musique a besoin… Si je me concentre là-dessus, habituellement le reste suit de lui-même. Les mélanges, les fusions de telle ou telle chose avec telle autre, ne m’intéressent pas. Je joue le jazz tel que je l’entends et ses variations peuvent m’amener à y mettre des plages bruyantes ou à décider de faire disparaître une mélodie sous des tombereaux d’électronique. Ma musique vient simplement de ma façon d’entendre les choses et je fais de mon mieux pour qu’elle puisse s’accorder à celle de chacun de mes partenaires.

A ce sujet, peux-tu revenir sur ton arrivée à New York ? De quelle manière celle-ci a-t-elle été décisive ? J’y suis arrivé en 2001. La chance a provoqué les premières vraies choses que j’y ai faites : je débarrassais les tables dans un restaurant quand j’ai reconnu ce saxophoniste, Assif Tsahar, que j’avais beaucoup écouté sur les disques de William Parker quand j’étais encore au lycée. Je le salue et une semaine plus tard il m’appelle et me propose de jouer dans un de ses orchestres. Ca a été incroyable, pendant les répétitions et les concerts, j’ai rencontré beaucoup de musiciens avec lesquels je continue de jouer, comme Okkyung Lee, Steve Swell… Cette expérience a été fantastique, nous improvisions tous ensemble et sans cela m’aurait pris des années pour me faire entendre de toutes ces personnes.

Penses-tu faire partie d’une génération de musiciens qui ont eu la possibilité d’écouter du fre jazz, de la musique contemporaine, du rock indépendant, etc. et qui profiterait aujourd’hui de ces différentes sources d’inspiration ? Je crois que cela existe en effet, mais pour ma part je n’ai jamais vraiment écouté de rock… Je ne pense pas avoir entendu Led Zeppelin avant d’avoir dépassé la vingtaine, et il y a beaucoup de groupes que je connais simplement parce que j’ai pu partager une date avec eux ou que je connais quelqu’un qui a joué avec eux. Ce n’est pas quelque chose que je recherche, en conséquence on ne peut pas dire que cela influe sur ma musique. Il y a toutefois le noise, avec des gens comme Spencer Yeh et John Wiese, mais peut-on dire que cela soit du rock indépendant ?

Comment es-tu tombé sur les travaux de Wiese ou de Spencer Yeh, dans ce cas ? J’ai découvert leur musique pour avoir joué avec Graveyards et Melee, et en discutant avec Ben Hall et John Olson… A cette époque, je m’intéressais beaucoup aux bandes et aux drones, mais davantage au travers de gens comme Eliane Radigue et William Basinski, Tudor, Mumma, Oliveros… Ces types ont attiré mon attention sur le fait qu’il y avait, parmi mes pairs, des jeunes qui travaillaient à une nouvelle version de cette musique, vivante et davantage basée sur la performance, à laquelle j’ai tout de suite souscrit.

Qu’écoutes-tu ces jours-ci ? J’écoute beaucoup de choses en lien avec mes travaux, comme la League of Automatic Music Composers, Doron Sadja, Mario Diaz de Leon, BSC… A la maison, c’est surtout Messiaen et 13 Japanese Birds de Merzbow

Ton approche expérimentale de la musique pourrait être qualifiée de constructiviste et/ou minimaliste – prenons par exemple ta collaboration avec Gustafsson sur Bridges ou évidemment sur Almond et Trumpet/Amplifier. Quand as-tu commencé à enregistrer ce genre de choses et quels sont les musiciens que tu écoutes qui peuvent s’en approcher ? J’ai toujours été intéressé par ce genre de musique mais je ne pense pas avoir commencé à travailler sur bande avant 2003 ou 2004 quand je fabriquais des CD-R que j’emmenais avec moi en tournée. C’est là-dessus que sont apparues pour la première fois mes premières pièces construites, bruyantes, parfois bancales ; ensuite, j’ai conçu The Boxer pour EMR, qui doit être ma première pièce dérangée vraiment réfléchie et le début de cette sorte de langage que je développe aujourd’hui dans ce genre. J’adore écouter n’importe quelle musique pour bande. J’ai longtemps été un grand fan des travaux sonores de Walter Marchetti, des pièces d’Ablinger (celles pour enceintes), Phil Niblock, Eliane Radigue, John Wiese, Lasse Marhaug, et des tonnes d’autres personnes… C’est ce genre de choses que j’écoute la plupart du temps, bien plus que n’importe quoi d’autre.  

tpt_ampli_bridges

Les disques que tu signes dans ce genre sont-ils une façon de documenter tes recherches sur le son ? Disent-ils la même chose de toi que les enregistrements qui ont davantage à voir avec le jazz ? Tous mes disques participent de la même chose. Ce n’est pas tant mes recherches que je documente là que mon évolution, mais sans doute parlais-tu de cela… En fait, écouter un de mes disques doit me mettre dans un état totalement différent de celui dans lequel j’étais lors de son enregistrement. Pas forcément confortable, d'ailleurs... J’aime les disques qui donnent une sensation d’inconfort autant que les disques joyeux, romantiques, héroïques – n’importe quoi, pourvu qu’ils aient un effet sur ma façon de sentir les choses. Il m’importe peu que ça puisse être qualifié d’expérimental, de jazz ou de je ne sais quoi, à partir du moment où mes poils se dressent sous l’effet de la musique ou si elle me laisse totalement désemparé après son passage – toute réaction viscérale est la bienvenue !

Les techniques dites étendues sont d’un apport indéniable… D’où est né ton intérêt pour elles ? Je me suis intéressé aux techniques étendues et à ce genre de choses lorsque j’ai commencé à m’interroger sur la provenance de chacun des sons que j’émettais en travaillant ma technique à la trompette. Je ne m’y suis jamais mis avec l’idée de développer d’éventuelles techniques étendues. C’était plutôt comme entendre un son étrange né d’un déséquilibre à l’embouchure, m’en souvenir et le garder à l’esprit pour le mêler à ma technique « traditionnelle », laisser ce son se développer en parallèle à cette technique et envisager l’ensemble comme un élément de mon langage…

wooley_weber_lytton

Pour étoffer celui-ci, tu as trouvé un partenaire stimulant en la personne de Paul Lytton… Néanmoins, en écoutant Six Feet Under, il semblerait que tu fasses de plus en plus cas du silence… Le silence a toujours été important pour moi. C’était plus évident sans doute à entendre il y a encore cinq années de cela, lorsque j’ai dû faire face à pas mal de problèmes techniques à la trompette et ai ressenti le besoin de me pencher sur le silence pour façonner mon improvisation ; et puis, avec l’apport de la technique, je suis passé par une période davantage tournée vers la saturation et la densité parce que, tout à coup, j’en étais capable... et l’enfant qui était en moi s’est mis à me conseiller de jouer un million de notes… Cette phase est passée assez vite, et je pense que Six Feet Under a vraiment été le premier enregistrement qui attestait que j’étais sorti de cette phase et que je trouvais de nouveau du plaisir à phraser.

La musique contemporaine (de Cage à Feldman en passant pas Scelsi) comme l’improvisation récente ont montré que le silence pouvait être aussi dérangeant qu’un beau bruit… Silence et bruit sont liés… Je pense que se concentrer sur le silence lorsque l’on pense à la musique de Feldman, Cage ou à celle des compositeurs du Wandelweiser, et une solution de facilité. Bien sûr que ces musiques sont pleines de silence mais si elles n’étaient faites que de cela alors elles ne seraient que des pièces conceptuelles qui feraient effet une fois (4’33'’) et une fois seulement. La raison pour laquelle nous continuons de parler de Feldman (dont l’œuvre ne fait d’ailleurs pas tant que ça de place au silence) est qu’il arrange à sa manière et en silence le monde sonore qu’il habite. Même chose pour le bruit : il n’est puissant que pris dans un contexte plus large. Quatre-vingt-dix minutes de bruit, c’est stupide, tout comme quatre-vingt-dix minutes de silence est stupide, et pourtant nous ressentons encore le besoin de parler de l’un ou de l’autre séparément, de les comparer en tant qu’éléments imposés… Quand tu obliges des éléments musicaux à une hiérarchie, alors cela devient de la théorie, du concept, et cela cesse d’être de la musique...

nate wooley cd

Nate Wooley, propos recueillis mi-juin 2012.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sissy Spacek : Grisp / Freaked with Jet (Gilgongo, 2011)

sissy_spacek_grisp

Improvisations bruitistes, collages, noise core primitiviste, musique industrielle, musique concrète… Enregistrés par Aaron Hemphill, Jesse Jackson, John Wiese, Mitchell Brown, Peter Kolovos et Rick Potts, réinjectant sur une partie du disque des fragments sonores de Smegma et The Haters, les huit titres de Grisp forment une matière explosive – décidément instable.
 
Sifflements, grésillements, raclements, crissements, crépitements sont quelques-uns des modes phénoménaux de ces expérimentations sonores, procédant par abrasions et par électrocutions, par fissures et par fissions, par scissions brutales.
 
La musique de Sissy Spacek naît de l’agencement de déchets sonores – larsens, bruits blancs, bruits métalliques – et d’opérations sauvages à même le support enregistré : une exploration excitante des puissances de l’hétérogène !

EN ECOUTE >>> Grisp

Sissy Spacek : Grisp (Gilgongo Records)
Edition : 2011.
CD : 01/ Real Trash 02/ Lipstick 03/ Tribulation 04/ Jerk Loose 05/ Fontellabass 06/ Teenage Kick (Anti-Anxiety) 07/ Grisp 08/ Mono No Aware 2
Samuel Lequette © Le son du grisli

sissy_spacek_freaked_with_jet

Compilation de titres enregistrés en 2008 par John Wiese (électronique), Charlie Mumma (batterie) et Corydon Ronnau (voix), Freaked with Jet assemble 75 pièces-projectiles. Publiées plus tôt sur 45 tours (Gutter Splint, Fortune b/w The Eyes Of Men, Epistasis, Vacuum, Agathocles, Vanishing Point), ce sont pour l’essentiel des miniatures que se disputent saccades vocales et batterie hachée menu, autres miniatures remontées que sectionnent pauses et nouveaux départs et ultimes miniatures frappées aux cris d’angoisse supérieure. L’électronique – de Wiese y est à la peine tant la rage du duo Ronnau / Mumma fait de foin...

EN ECOUTE >>> Freaked with Jet

Sissy Spacek : Freaked with Jet (Gilgongo Records)
Enregistrement : 2008. Edition : 2011.
CD : 01-15/ Gutter Splint 16-39/ Fortune b/w The Eyes of Men 40-54/ Epistasis
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sissy Spacek : RIP + Dash/Anti-Clockwise (Gilgongo, 2011)

sissy_spacek_rip

Enregistrés en 2008 (pour certains en compagnie de membres de Yellow Swans, Paul Costuros ou Peter Kolovos), les dix titres de RIP disent assez bien de quoi retournent, malgré leur formes diverses, les travaux de Sissy Spacek.

C’est que John Wiese, Corydon Ronnau et Jesse Jackson, rendent ici hommage à leurs ambitions dérangées au son d’un lot d’expérimentations aussi sévères qu’illuminées. De collages inquiets aux larsens étouffés en grandes déflagrations, d’effusions acoustiques (ici des cordes de piano, là des éléments de batterie) en vociférations instrumentales (Wiese) et expectorations (Ronnau), Sissy Spacek invente dans le bruit et la fureur ; fulmine en espérant bien ne jamais devoir reposer en paix.

Sissy Spacek : RIP (Gilgongo)
Enregistrement : 2008. Edition : 2011.
CD : 01/ Intro 02/ Open Fire 03/ Mystery Drummer 04/ The Drummer 05/ Terminal 06/ Mono No Aware 07/ Face Glue 08/ Plush 09/ Ruse 10/ Did You Ever Try Sleeping
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

sissy_spacek_dash_anti_clockwise

La réédition sur un même disque de Dash et Anti-Clockwise rassemble 58 miniatures (allant de 4 à 39 secondes) que John Wiese et Corydon Ronnau ont enregistrées avec Lasse Marhaug et Will Stangeland. C’est-là une noise à l’emporte-pièce qui fait défiler en frénétique des cris terribles et des coups qui les ignore. De grandes déchirures à entendre. Why do tou need to sound like a human if you don’t feel like one ? disait récemment John Wiese à Lasse Marhaug (in Personal Best #1)... 

Sissi Spacek : Dash/Anti-Clockwise (Gilgongo)
Réédition : 2011.
CD : 0-20/ A 21-37/ Anti-Clockwise 38-58/ B
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

John Wiese : Seven of Wands (PAN, 2011)

john_wiese_seven_of_wands

Pour présenter ce CD de John Wiese, le label PAN use d’un terme étrange : « listenable ». D’aucuns en déduiront qu’il y a des disques de Wiese qui ne sont pas « écoutables » ; d’autres, bien mal informés, que Seven of Wands serait le seul à l’être ?

Ce qui est sûr c’est que, en effet, son parti pris est moins radical que ceux dont Wiese a l’habitude. Moins brut de décoffrage, l’homme y apparaît appliqué à soigner le fond plus encore que la difformité. D’abord ce sont des larsens et des clics qui font leurs affaires pendant de grands glissements de terrain. C’est un John Wiese inspiré par Solaris qui se penche ici sur le son, le rend artificiel et artificieux. Seven of Wands est une œuvre de no-noise ou de noise à sourdine et/ou une musique concrète signée Tristan Tzara et/ou un collage de sons de batterie (celle de Julian Gross de Liars) et de field recordings (collection Angus Andrew) et encore un CD aussi farfelu qu’ingénieux et, pour couronner le tout… écoutable. Bien plus qu’écoutable !

EN ECOUTE >>> Scorpio Immobilization Sleeve

John Wiese : Seven of Wands (PAN / Metamkine)
Edition : 2011.
CD : 01/ The New Dark Ages 02/ Scorpion Immobilization Sleeve 03/ Alligator Born in Slow Motion 04/ Burn Out 05/ Corpse Solo 06/ Don’t Move Your Finger 07/ Don’t Stop Now You’re Killing Me
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

John Wiese : Circle Snare (No Fun, 2010)

circlesli

John Wiese s’est déjà montré plus convaincant en ouverture d’un disque : ici donc, une courte pièce d’abstraction jouant de la stéréo se donne des airs de musique sans principe qui demande en plus à qui l’entendra de lui trouver de l’intérêt…

Mieux, ensuite. Et même : plus long. Une basse joue les référents, un drone naît sur des bruits parvenant vraisemblablement d'appareils à tubes emboîtés. Le discours est toujours abstrait, voire défait, mais fait autrement cas du silence derrière lequel se lève bientôt une noise tremblante propulsée par une suite de sifflements irrésistibles. A son paroxysme, l’ensemble a beau tenter de faire machine arrière, il est trop tard : la consistance et la colère ont repris le dessus pour bientôt emporter l’ensemble.

John Wiese : Circle Snare (No Fun Productions / Metamkine)
Enregistrement : 2008. Edition : 2010.
CD : 01/ Circle Snare
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Evan Parker, John Wiese : C-Section (Second Layer Records, 2009)

C_grisli

La Free Noise, genre aux frontières floues (comme souvent), serait caractérisée par le mariage et/ou la collision de la noise et du free jazz. Les collaborations d’Anthony Braxton et de Wolf Eyes ou de C. Spencer Yeh avec Paul Flaherty et Chris Corsano en seraient de bonnes illustrations. En 2007, ce style a en outre donné son nom à une tournée commune en Angleterre de certains des ses plus illustres expérimentateurs : le groupe Yellow Swans, le batteur Paul Hession, C. Spencer Yeh, le contrebassiste John Edwards, mais aussi Evan Parker et John Wiese. Une fameuse affiche qui a dû en secouer plus d’un et qui a certainement donné l’occasion à ces deux derniers de s’apprivoiser.

Ce dernier terme n’est pas choisi au hasard, tant les sonorités du saxophone d’Evan Parker et celles des dispositifs électroniques de John Wiese ne semblent a priori pas faites pour s’entendre. Le premier offre son jeu de voltige, acoustique et sensuel, à l’aide de son inimitable technique du souffle circulaire. Le second sculpte, littéralement, des strates de sons purs et métalliques (formant trilles, pulsations et distorsions) prodigués souvent avec de la retenue et presque de la délicatesse et à d’autres moments avec beaucoup plus de nervosité. Assez vite, on se rend compte que l’association fonctionne. L’essentiel bien sûr n’est pas de repérer un dialogue aisément compréhensible entre les deux musiciens, mais de ressentir leur production conjointe comme un acte musical unique et indivisible.

Par moments pourtant, John Wiese semble se laisser emporter par la fougue du saxophoniste. Ainsi, le tour de force que constitue ce dernier morceau de plus de 24 minutes, véritable orgie où les masses sonores mouvantes se transforment progressivement pour emporter l’auditeur dans un maelstrom le laissant au final complètement pantois.

Evan Parker, John Wiese : C-Section (Second Layer Records)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009.
CD : 01/ The Jist 02/ Little Black Book 03/ No Shoes 04/ Dog Cesarean
Jean Dezert © Le son du grisli

Archives Evan Parker

Commentaires [0] - Permalien [#]

>