Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Jazz en MarsA paraître : le son du grisli #5En librairie : Bucket of Blood de Steve Potts

Werner Dafeldecker, Christof Kurzmann, John Tilbury, Stevie Wishart : s/t (Mikroton, 2009)

mikro4sli

Sans doute est-ce par la couleur violette de sa pochette que les amateurs désigneront ce troisième volet des aventures de Werner Dafeldecker (contrebasse, electronics) et Christof Kurzmann (ordinateur, clarinette) : en 1999, sous jaquette orange et pour l’étiquette Charhizma, leur cellule s’augmentait d’O’Rourke, Drumm et Siewert ; en 2003, le pavillon vert du même label signalait l’adjonction d’eRikm, Died13, Noetinger et Drumm

En 2007, c’est à John Tilbury (piano) et Stevie Wishart (vielle à roue) que l’invitation fut faite ; si le premier se fond aisément – n’était-il pas aussi l’hôte de Polwechsel cette année-là ? – dans des densités qu’il vient hanter avec subtilité, la seconde apporte élan et invention. Sous ses doigts, la vielle gagne une dimension concrète & abstraite (organique guitare à plat & passionnant synthétiseur médiéval) ; tout en participant au tressage collectif et au tramage des sept paysages reproduits ici, elle apporte une qualité toute tactile à l’hypnose déployée ; ses bourdons magiques ont une vie propre qui démultiplie frottements harmoniques et résonances collatérales. Crêpages et élégants rainurages, Wishart anime l’univers posément architecturé de ses comparses.

Werner Dafeldecker, Christof Kurzmann, John Tilbury, Stevie Wishart : s/t (Mikroton)
Enregistrement : 2007. Edition : 2009.
CD : 01/ Wien 1 02/ Wien 2 03/ Wien 3 04/ Wien 4 05/ Wien 5 06/ Wels 1 07/ Wels 2
Guillaume Tarche © Le son du grisli



Polwechsel, John Tilbury : Field (HatOLOGY, 2009)

poltilsli

Ah, voilà un de ces disques qu’on repère avant sa sortie, qu’on prie son disquaire de commander, qu’on se prépare à écouter avec l’envie de « reconnaître » (un son de groupe façonné, une géologie unique) et de « découvrir » ; il faut avouer que, d’album en album, Polwechsel a su créer, par les ajustements de son effectif et la documentation de ses évolutions esthétiques, un désir chez l’auditeur avide de « l’épisode suivant »…

Cette sixième* publication marque, à plusieurs égards, une importante étape dans l’histoire de l’orchestre après la récente intégration des percussionnistes Burkhard Beins et Martin Brandlmayr aux côtés des membres fondateurs Werner Dafeldecker (contrebasse) et Michael Moser (violoncelle) : saxophoniste soprano & ténor du groupe depuis dix ans, John Butcher a choisi de le quitter après cet enregistrement. L’invitation faite, pour ce disque, à John Tilbury, signale également un infléchissement musical et confère à sa contribution une portée significative ; le pianiste n’apporte pas cette suspension caractéristique d’AMM – écoutez-le avec Prévost et justement Butcher, dans Trinity, sur Matchless – mais plutôt un art somptueux du « placer & déposer » les objets sonores. Les deux compositions de Moser et Dafeldecker y gagnent une belle ampleur, dans une sorte de dépassement de l’austère ascétisme (qui culminait sur le disque Durian et se formalisait chez Erstwhile) par une rêverie nouvelle qui n’est pas sans rappeler certaines options des premiers scénarios du groupe. Séquences & jeux de structures, alternances & bascules de polarités, élégance & obstination, c’est tout Polwechsel, mais taillé dans des tissus plus piqués, frotté dans des essaims d’une autre légèreté…


Polwechsel, John Tilbury, Place (extrait). Courtesy of HatOLOGY.


Polwechsel, John Tilbury, Field (extrait). Courtesy of HatOLOGY.

*après Polwechsel (hat[now]ART 112), Polwechsel 2 (hat[now]ART 119), Polwechsel 3 (Durian 016-2), Wrapped Islands (avec Fennesz, Erstwhile 023), Archives of The North (hatOLOGY 633)

Polwechsel, John Tilbury : Field (HatOLOGY / Harmonia Mundi)
Enregistrement : 2007. Edition : 2009.

CD : 01/ Place / Replace / Represent 02/ Field

Guillaume Tarche © Le son du grisli


Keith Rowe, John Tilbury : Duos for Doris (Erstwhile, 2003)

grisliforDoris

Des enjeux en commun et des similitudes fortes firent que les notes longues qui couraient du piano de John Tilbury à la guitare de Keith Rowe s’emmêlèrent un jour hors d’AMM. Exemple daté de 2003 : ces Duos – arrangés ensuite en bouquet offert à la mémoire de la mère du pianiste – for Doris.

Par touches délicates, la paire investit Cathnor dont le seul corridor est un champ nébuleux où traînent déjà quelques rumeurs et attendent qu’on les frôle un lot de suspensions-obstacles. Ravis par la découverte d’un chant preuve d’existence, Rowe et Tilbury creusent ensemble, et profondément : les cordes tendues de guitares rejettent des boucles de piano (trois notes, parfois deux, un mince accord lors des moments de confiance) lorsque les outils-instruments ne sont pas méconnaissables. Feldmanien, Tilbury l’est encore davantage quand Rowe se charge seul de chasser les silences. Et pour ce faire, lève une armée de sonorités parasites.

De bruits du monde (radio aidant et puis oiseaux) et de notes étouffés naît ensuite Olaf, paisible morceau d’atmosphère qui devra puiser dans ses propres ressources pour éloigner une zone de dépression gangrénant son centre : des vibrations diffuses commanderont une danse réconciliatrice, d’autres notes éparses et même le début d’Oxleay. Là, une autre histoire d’arpèges délayés, une autre symphonie défaite qui n’a d’autre direction que celle que lui fera prendre l’abandon des règles et des normes, l’épanchement antinaturel de sons de toutes natures.

Keith Rowe, John Tilbury : Duos for Doris (Erstwhile)
Enregistrement : 7 janvier 2003. Edition : 2003.
CD1 : 01/ Cathnor – CD2 : 01/ Olaf 02/ Oxleay
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur