Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Premier bruit Trente-six échos
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Coat Cooke, Rainer Wiens : High Wire / Coat Cooke, Joe Poole : Conversations (NOW Orchestra, 2012)

coat cooke rainer wiens high wire

Quand le vancouvérois Coat Cooke choisit de ne plus nuancer ses phrasés et d’aborder une continuité zébrée d’escarmouches, la densité rejoint sa plus haute cime. Quand il se libère d’une stratégie de l’aléatoire peu concluante et quand il choisit de ne plus saupoudrer la ligne mais d’entrer vivement dans la matière, le saxophoniste convainc totalement.

A l’opposé, le guitariste montréalais Rainer Wiens creuse un seul et même sillon : celui d’une guitare marécageuse, stagnante et aux effluves assidûment métalliques. Son mouvement est lent. Il fuit l’événement et demeure impassible aux torsades gangrénées de son compagnon.

Passionnant duo donc, célébrant à sa manière – et en une seule occasion (Elevation) – le couple kalimba-saxophone soprano comme avait magnifiquement su le faire le duo Avenel-Lacy en son temps.

Coat Cooke, Rainer Wiens : High Wire (NOW Orchestra Records)
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Space Landing 02/ Storm Eye 03/ Elevation 04/ Monkey Trails 05/ Dimension x Sound 06/ High Wire
Luc Bouquet © Le son du grisli

coat cooke joe poole conversations

Les vertus du saxophoniste Coat Cooke, découvertes dans le disque précédent, restent toujours présentes ici : sonorité compacte et sensible, phrasé aux forts reflets braxtoniens, convulsion généreuse. La surprise vient donc de Joe Poole, batteur-percussionniste inconnu de nos services jusqu’à présent. Poole est un batteur qui aime à ne pas s’égarer et à explorer longuement l’axe choisi. Foisonnant mais n’oubliant jamais l’importance d’un son et de sa portée dans le dialogue, il ne brise jamais le mouvement quitte à l’entourer de longs silences. Suggérant une valse, ses fûts chantent et gardent une clarté remarquable. Le dialogue des deux n’a donc d’autre choix que d’être profond, épais, épris. Et surtout : amoureusement partagé.

Coat Cooke, Joe Poole : Conversations (NOW Orchestra Records)
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Checkin’ In 02/ Feeling Feint 03/ Morning Story 04/ Bob Weaver 05/ Dancing the Night Away
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>