Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Joe Maneri, Masashi Harada : Pinerskol (Leo, 2010)

Pinersli

Même si Pinerskol n’est pas le dernier enregistrement de Joe Maneri, disparu le 24 août 2009, on ne peut oublier que c’est avec Kalavinka en 1989 et avec le même Masashi Harada que commença officiellement la carrière discographique de l’italo-américain.

Le 18 mars 2003, les deux hommes se retrouvèrent à Boston et se lancèrent dans douze duos improvisés. Au japonais, ici presque essentiellement pianiste, l’art d’intensifier un flux en prenant soin de ne jamais noyer réflexion et respiration. Peu à peu, déborder (Tape Stone) jusqu’à frôler le torrent démentiel mais jamais ne s’y soumettre. Diriger parfois mais sans emprisonner l’autre ; garder ouvertes les issues de secours. A l’italo-américain ; sa chère microtonalité, le souffle courbe et jamais rompu. Des sons étendus et fuselés, éparpillés et modulants. Du grave soyeux de son ténor (Threads Melted / Krashnayapicole) en passant par les nervures insensées de sa clarinette (Sand & Play), Joe Maneri n’a jamais rien imposé que la douceur d’un souffle, souvent incompris et pourtant si essentiel. Il nous manque cruellement.

Joe Maneri, Masashi Harada : Pinerskol (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2003. Edition : 2010.
CD : 01/ Threads Melted 02/ Point Contact 03/ Pinerskol 04/ Sand & Play 05/ Bloskafontune 06/ Tulfe 07 Taking a Plange 08/ Tape Stone 09/ Phoenix Rising 10/ Krashnayapicole 11/ Going Through a Tube 12/ Free Track, Barbie Doll
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>