Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Joe Colley : ANTHEM (Misanthropic Agenda, 2012)

joe_colley_anthem

Dépoussiéré par Giuseppe Ielasi à l’occasion de sa réédition (sur vinyle), ANTHEM : Static for Empty Life – publié à l’origine par Crippled Intellect – fait peut-être plus de bruits encore et, couplé à cinq autres pièces assemblées en face B sous le titre Triptych For Paranoia Calibration, démontre que les archives Joe Colley recèlent de trouvailles.

Face A, ce sont donc ces graves tremblants, ces explosifs, torpilles et projectiles, qui perturbent et même changent l’horizon le temps de leurs retentissements, ces crachats d’insectes ou sinon de dragons qui interrogent sur les formes à donner au bestiaire perturbé qu’imagina Colley. D’autres rafales, la face B est faite : une guitare (peut-être), enrouée, balbutie et cherche rengaine en désespérée ; un chant de cinglements en promet sur l’état dans lequel vous sortirez de l’expérience ; un rythme miniature se prend la mesure dans un champ électrique… Enfin, tant que l’auditeur n’interviendra pas, le disque tournera au son d’une boucle infinie.

Joe Colley : ANTHEM (Misanthropic Agenda)
Enregistrement : 1997-2006. Edition : 2012.
LP : A/ ANTHEM B/ Triptych For Paranoia Calibration
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Colley : Hive / Toniutti : Ura Itam... / Toy.Bizarre : Kdi dctb 039 (Ferns, 2007)

 fernsli

Trois disques courts produits par le label Ferns dessinent une carte des destinées changeantes de field recordings.

Ceux de Joe Colley, d’abord, qui utilise sur Hive ses enregistrements d’abeilles (utilisation de micros contacts déposés en ruche). Traité électroniquement, l’ensemble prend la forme d’une ambient aux grésillements et souffles allant crescendo, qu’interrompent quelques basses profondes appelant à céder aux attaques d’un bestiaire digital.

Giancarlo Toniutti, lui, impose d’autres souffles sur le décorum porté par quelques percussions lointaines le long de drones accueillant les interventions de clochettes de métal. Pas satisfait de transformer son matériau sonore, Toniutti interroge sa résonance, décide de reverses décoratifs, avant de choisir l’usage d’un long decrescendo pour mettre un terme à sa pratique.

Cédric Peyronnet, enfin, explore à sa manière, et sous le nom de Toy.Bizarre, des souvenirs mis en boîte. Ayant beaucoup enregistré (du passage d’un avion au chant des oiseaux), Peyronnet élabore un collage brut de vignettes sonores qu’il lui arrive aussi de traiter électroniquement. Eloge de la rupture, Kdi dctb 039 pourrait être la réponse constructionniste aux abstractions troublantes des deux autres références. Alors, la preuve par trois est faite, des possibilités charmantes de récents field recordings.

Joe Colley : Hive (Ferns) 
Giancarlo Toniutti : Ura itam taala' momojmuj löwajamuj cooconaja (Ferns) 
Toy.Bizarre : Kdi dctb 039 (Ferns)
Edition : 2007.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>