Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : Sorcière, ma mère de Hanns Heinz Ewers & Nurse With WoundInterview de Quentin RolletEn librairie : Pop fin de siècle de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Johnny Dyani, John Tchicai, Dudu Pukwana : Witchdoctor's Son (SteepleChase, 1978)

DoctorGrislisSon

Cet enregistrement – belle production – offre déjà un atout important avec la présence de John Tchicai et Dudu Pukwana ; par ailleurs, il est intéressant d'entendre Johnny Dyani entouré d'un guitariste brésilien, Do Nascimento, et d'un batteur également brésilien, Carlos de Sequaira, qui apportent une « touche » vraiment réussie à ce disque. Mais un morceau en particulier attire mon attention : il s'agit de Magwaza (traditionnel sud-africain + arrangements de Johnny Dyani) : 13:20 qui clôturent la face B. L'interprétation par l'ensemble est particulièrement émouvante et également pleine d'énergie. Un morceau dont l’écoute « en boucle » procure de la joie et même plus !

Johnny Dyani, John Tchicai, Dudu Pukwana : Witchdoctor's Son (SteepleChase)
Enregistrement : 1978. Edition : 1987.
CD : 01/ Heart With a Minor’s Face 02/ Ntyilo Ntyilo 03/ Radebe 04/ M’Bizo 05/ Eyomzi 06/ Magwaza 07/ Radebe (Take 1) 08/ Heart Woth Minor’s face 09/ Ntyilo Ntyilo (Take 1) 10/ Magwaza (Take 1)
Jean-Noël Cognard © Le son du grisli

tankjisli

Percussionniste efficient, Jean-Noël Cognard multiplie les projets vigoureux : Salmigondis, Empan, Tribraque. On l’entendait encore récemment en Tankj.



TankJ : Puissance 36KW (Bloc Thyristors, 2010)

tankjisli

Tankj va la cruche à l’eau… Non, ce n’est pas qu’on n’oserait pas, c’est plutôt qu’on ne pourrait pas se le permettre. Car même après avoir écouté plusieurs fois Puissance 36KW de Tankj (cette fois : Chicco Gramaglia au trombone et Arnaud Rivière à l’électrophone et aux tables, Titus Oppmann à la contrebasse et Jean-Noël Cognard à la batterie), on n’en est pas fatigué.

Car ce serait comme se lasser de mauvaises humeurs (mauvaises mais formidables) et nier que certaines d'entre elles font beaucoup de bien. La fureur de ce disque est à leur image : les musiciens se battent et il pleut des coups durs. Le trombone se plaint et la batterie s’acharne. Les larsens de Rivière font tâche dans le free rock mais les taches sont belles et le free rock en sort vainqueur.

En vérité, Tankj est une fanfare dont les membres s’éparpillent au moindre coup de sifflet (comprendre : au moindre larsen). Lorsqu’ils se retrouvent, ils s’affrontent jusqu’à ce que retentisse un nouveau coup de sifflet : ces sauvages respectent au moins ce code-là.

Tankj : Puissance 36KW (Bloc Thyristors / Metamkine)
Enregistrement : 2007. Edition : 2010.
LP : Puissance 36KW
Pierre Cécile © Le son du grisli


Tribraque : Tribraque (Bloc Thyristors, 2010)

trislaque

Ces jours-ci, le même disque sort deux fois : en version LP sur le label Bloc Thyristors [voir illustration] et en version CD sur le label Trace [voir ici]. Ce disque, c’est Tribraque de Tribraque. « Tribraque » est peut être le mot-valise né du rapprochement de « tribu » (qui est un trio formé par Jean-François Pauvros aux guitares et à la voix, Patrick Müller à l’électronique et Jean-Noël Cognard à la batterie) et de « foutraque » (adjectif qui prévient de la folie qui opère sur la longue improvisation des musiciens).

Quitte à ce qu’on se méprenne sur mon compte, j’avoue que, dès le début, j’ai choisi de me laisser faire : Pauvros m’installe sans précaution dans la nacelle, rabat la barre de protection à grand coup de guitare et actionne die groß maschine : mon périple en montagnes russes commence à peine et je ne sais pourquoi je m’accroche déjà. La musique est sans cesse déstabilisante (électrique, rugueuse, aliénée) si tant est qu'elle ne ménage pas l’auditeur grâce à des plages moins dérangées : comme si Kieran Hebden & Steve Reid avaient été poussés dans les brancards ;  comme si le post-rock de Between renaissait de ses cendres. En un mot : sauvagement émancipatoire !

Tribraque : Tribraque (Bloc Thyristors / Metamkine)
Enregistrement : 2009. Edition : 2010.
LP/CD : 01-06/ Part I-Part VI
Pierre Cécile © Le son du grisli


Michel Pilz, Peter Kowald, Paul Lovens : Carpathes (FMP, 1975)

carpatheslis

Disque de trio / duo / solo de trois musiciens vus et entendus au sein du Globe Unity, formation incontournable des années 70. Pourquoi ce vinyle ? Michel Pilz à la clarinette basse – quel son et quel talent (à écouter : le morceau Krebsauel en solo) ! Monsieur Peter Kowald – toujours indispensable à ce jour grâce aux nombreux enregistrements. Paul Lovens – sa Grande période (à écouter le morceau Pikolo für den Glöckner von Notre Dame en trio) et aussi pour son label de vinyles Po Torch Records (fin 70 / fin 80). Ce disque est également issu du merveilleux catalogue de vinyles de Free Music Production de l'époque Jost Gebers et Dieter Hahne, avec des pochettes « bien trempées ».

Michel Pilz, Peter Kowald, Paul Lovens : Carpathes (FMP)
Enregistrement : 1975.
LP : 01/ Un peu d’ail 02/ Krebsauel 03/ Inno Chika Chow 04/ Billiger Willi 05/ Willige Billie 06/ Carpathes 07/ Pilolo für den Glöckner von Notre Dame 08/ Zythum
Jean-Noël Cognard © Le son du grisli

empansli

Percussionniste efficient, Jean-Noël Cognard multiplie les projets vigoureux : Salmigondis, Tankj, Tribraque. On l’entendait encore récemment en Empan.


Empan : Entraxes inégaux (Bloc Thyristors, 2009)

empansli

Il est des groupes de studio et d’autres de scène et, à l’écoute d’Entraxes Inégaux, on peut se demander dans quelle catégorie ranger Empan (l’association du batteur Jean-Noël Cognard, de la chanteuse Judith Kan, de la violoncelliste Béatrice Godeau et des multi instrumentistes Jac Berrocal et Dan Warburton).

Sur les deux faces d’un beau vinyle, on trouve le groupe improvisant et mélangeant les genres (les mélanges sont parfois heureux, d’autres fois maladroits) : rock et électro-jazz patentés, musique électronique déjantée et la voix de Kan sur le tout, qui rappelle souvent celle de Sainkho. L’improvisation rend tout cela dans un torrent fécond mais pas très regardant et si l’on prend plaisir à entendre l’archet de violoncelle tourner sans fin ou ailleurs les piaillements d’aigus électroniques, on regrette de temps à autre des sons de synthés datés et pompeux ainsi que des postures immatures (à en croire les intervenants bloqués en pleine adolescence). Alors au final on hésite, et pour se faire une idée, on ne manquera pas le prochain concert…

Empan : Entraxes inégaux (Bloc Thyristors / Metamkine)
Edition : 2009.
LP : A01/ Trompette-des-morts (1) A02/ 5 figures possibles A03/ Et mesurer l’équilibre A04/ Entrée d’air A05/ Coulées successives en attente d’utilisation A06/ Phalanges et branches terminales - B01/ En un tour de main B02/ Liens totémiques B03/ Ajouter le bruit B04/ Poussières B05/ Trompette-des-morts (2)
Pierre Cécile © Le son du grisli



Commentaires sur