Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Anti Rubber Brain Factory & Hmadcha : Dhöl Le Guedra (arbf, 2016)

yoram rosilio anti rubber brain factory hmadcha live 2013

Présentons rapidement ce package de noms inconnus (de moi) : 1/ Anti Rubber Brain Factory est un combo emmené par le bassiste Yoram Rosilio 2/ Hmadcha est un autre combo que le bassiste Yoram Rosilio a rencontré à Essaouira, Maroc (pays de certains de ses ancêtres).

Terre de contrastes (la puissance spirituelle contre la branlitude des surfers-touristes), le voyage à Essaouira était risqué. On pouvait craindre la main tendue par un branchouilli-cultureux au premier gnawa qui passe et / ou un échange de bons sentiments et de musique baltringue (c’est courant, n’est-ce pas ?). Or, ce CD enregistré en concert à l’Anis Gras d’Arcueil commence plutôt bien.

Pour la bonne raison que l’auditeur en perd son folklore et chope le tournis. A ce point qu’il rêve d’avoir affaire au retour de l’âme du fantôme du festival panafricain d’Alger. Mais le soufflé retombe vite car l’association ne tarde pas à ronronner : on fait tourner le gimmick, on accélère le rythme, on soloïse ou on unissonne… Bref bref, passés les deux premiers titres, c’est toujours la même chose = de la musique d’ambiance exotique loin d'être désagréable mais en-deçà de ce qu'on espérait…  



live 2013

Anti Rubber Brain Factory & Hmadcha : Dhöl Le Guedra
arbf / Souffle Continu
Enregistrement : 20-22 novembre 2013. Edition : 2016.
CD : Dhöl Le Guedra
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [1] - Permalien [#]

Joëlle Léandre : Can You Hear Me? (Ayler, 2016) / No Comment (Fou, 2016)

joëlle léandre can you hear me

Déjà rôdé ailleurs et avec d’autres musiciens, Can Your Hear Me? nous permet de redécouvrir la compositrice Joëlle Léandre. Cette face trop souvent cachée – et tout sauf obscure – de la musicienne mérite clarté et premiers plans. Régénéré par les jeunes musiciens dont on cause aujourd’hui (et cela avec juste raison), Can Your Hear Me? s’avance en plein soleil.

Qu’y trouve-t-on ? Beaucoup de choses et d’abord une évidence, celle d’une écriture souple et jamais cadenassée. Qu’y entend-t-on ? Beaucoup de choses et ceci par ordre chronologique : le leitmotiv de Taxi, de sombres chuchotements, des juxtapositions, des alertes et des effleurements, une trompette en solitaire (Jean-Luc Cappozzo), des unissons, une clarinette modulante (Jean-Brice Godet), des jeux ludiques entre cordes et cuivres, un violon microtonal et particulièrement véloce (Théo Ceccaldi), des harmonies et des consonances, un saxophone rauque (Alexandra Grimal), un tutti acharné, un trombone d’attaque (Christiane Bopp), une tendre contrebasse (Joëlle L.), des drums cataclysmiques (Florian Satche). Et des mots commençant par g. Comme grave, grinçante, guerrière ? Comme Joëlle Léandre ?


can you hear me

Joëlle Léandre : Can your Hear Me?
Ayler Records / Orkhêstra International
Enregistrement : 2015. Edition : 2016.
CD : 01-09/ Can You Hear Me?
Luc Bouquet © Le son du grisli

joëlle léandre no comment

En 2013, disait à Garrison Fewell : « A partir de quatre musiciens, on est déjà trop nombreux. On ne sait plus où jouer ni avec qui. C’est pour ça que j’adore les duos ou les trios, pour cette musique, c’est parfait » (De l’esprit dans la musique créative). Quitte à passer pour radical, retour à No Comment, disque jadis publié par Red Toucan et réédité aujourd’hui par Fou Records. En solo, Léandre y improvise neuf fois dans le cadre du festival Jazz at Vancouver. Disserte, hâbleuse, bavarde parfois, elle défend là un « No Comment » qui surprendra d’autant : chant de contrebasse et précipité de franglais accordés en tirades magnifiques – plus forte seule qu'à dix, Joëlle Léandre

no comment

Joëlle Léandre : No Comment
Fou Records
Enregistrement : juin 1995. Réédition : 2016.
CD : 01-09/ No Comment n°1 – No Comment n°9
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

AUM Grand Ensemble : Silere (Onze Heures Onze, 2014)

aum grand ensemble silere

Il est des orchestres que l’on ignore et des disques qui attendent longtemps qu’on leur accorde du temps… C’est le cas de l’AUM Grand Ensemble (de Julien Pontvianne) et de Silere, un orchestre et un disque que je n’attendais pas.

Derrière une citation de Walden et des dessins de Yuko Higaki (voilà pour les trois volets du digipack) il y a treize musiciens dirigés par un quatorzième, Dylan Corlay.  Tous inconnus de moi. Et alors ? J’écoute et je tombe sur une grande composition électroacoustique, peut-être inégale (je pense à la quatrième partie de Silere, intitulée justement Walden, qui verse légèrement dans la comédie musicale) mais le plus souvent stupéfiante.

Prenons les guitares électriques (guitares basses ou guitares guitares), par exemple, leurs accords pincés sur l’aphonie des clarinettes ou leurs battements. Prenons évidemment la douce voix d’Anne-Marie Jean, qui dit des mots, leur tire dessus jusqu’à ce qu’ils donnent l’impression de ne pas sortir de sa bouche. Des mots qu’elle ne dit pas : « toys » ? « before » ? « noiseless » ?

Prenons les (oui, « les ») vibraphones, qui tapent en boucle, les embouteillages mélodiques, les sautes d’humeur… Comme si l’on entendait Mark Hollis commenter une partie d’échecs qui opposerait Steve Reich à AMM. Bref, pour conclure plus classiquement, c’est beau comme du Mozart qu’on étouffe !

AUM Grand Ensemble : Silere (Onze Heures Onze)
Edition : 2014
CD : 01-06/ Part 1 – Part 6
Pierre Cécile © Le son du grisli

andré_salmon_léon_léhautier

Commentaires [0] - Permalien [#]

>