Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Sylvain Guérineau, Jean Rougier, Didier Lasserre : Ligne (Improvising Beings, 2012)

sylvain guérineau jean rougier didier lasserre ligne

C’est à volume restreint, pour que les micros attrapent au mieux la contrebasse, que Sylvain Guérineau, Jean Rougier et Didier Lasserre ont improvisé Ligne. Quatre temps (Cîme et abîme sur la même ligne, découpé), qui respectent la retraite engagée par le trio. Sur l’air d’une ballade lasse que le saxophone ténor entame au son de graves célébrant les noces d’Hawkins et d’Ayler, de Webster et de Shepp. Puis, sur les conseils d’une nonchalance, que les trois hommes défendent comme un seul qui revendiquerait non pas son « droit à la paresse » mais son désir de détachement.

Ses roulements sont sages et ses coups portés aux cymbales délicats, mais Lasserre fait figure d’excentrique en sourdine : les virgules, parenthèses et points de suspension, qu’il dépose au creux du discours le portent tout bonnement. A Rougier, alors : son accompagnement est lâche mais sa force n’en est pas moins décisive, l’archet se faisant baroque ou décidant de la vitesse à laquelle tourne la lumière qui donnera ses ombres fantastiques au tableau. Guérineau, enfin : au « Sedimental Mood » de ses partenaires, le ténor préfère inventer In a Sentimental Mood, et l’opposition est heureuse. Voilà pourquoi, pas plus que sa nonchalance – toute contemporaine –, l’atmosphère surannée qui se dégage de Ligne n’est asphyxiante. Elle distille même du nouveau : Free Jazz for Distingués Lovers de facture rare.

EN ECOUTE >>> Cîme

Sylvain Guérineau, Jean Rougier, Didier Lasserre : Ligne (Improvising Beings)
Enregistrement : 16 avril 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Cîme 02/ Et abîme 03/ Sur la même 04/ Ligne
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

 

jazz à luz grisli Didier Lasserre inaugurera ce vendredi 6 juillet, en compagnie de Beñat Achiary, la nouvelle édition du festival Jazz à Luz.

 

 


Commentaires [0] - Permalien [#]

Jean Rougier, Thomas Dubois, Didier Lasserre : Entendus avec l'âme (Petit label, 2011)

rougier_dubois_lasserre_entendus_avec_lame

Dans le trio de Didier Lasserre (Live at l’Atelier Tampon), on a pu entendre déjà la contrebasse chaotique de Jean Rougier. Celle-ci ouvre ces Entendus avec l’âme, trouvant vite un contrepoids dans les phrases fluides du trompettiste Thomas Dubois. Pour faire pencher l’ensemble, ce sont les coups éclatés de Lasserre qui agissent.

Sur caisse claire et cymbales, le batteur indique des chemins de traverses. Empruntés, les prises de risques y seront toutefois rares, notamment lorsque Dubois et Rougier agissent en duo. En conséquence, l’improvisation est de peu de reliefs ; heureusement, elle est polychrome : la belle précarité de l’équilibre du contrebassiste et les ponctuations aiguisées du batteur font que la nonchalance de ces conversations provoque à force d’insistances de beaux effets, salutaires même.

Jean Rougier, Thomas Dubois, Didier Lasserre : Entendus avec l’âme (Petit label)
Enregistrement : 25 mars 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ Cuerpo sin cuerpo 02/ Tiempo sin horas 03/ Raices de tinta
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>