Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Jasper TX : An Index of Failure (Handmade Birds, 2013)

jasper tx an index of failure

Uniquement disponible en format vinyle, An Index Of Failure marque une fin de cycle pour Jasper TX, dont nombre de précédentes sorties ont trouvé un écho plus que favorable, notamment ses très appréciés Black Sheep et The Quiet Season.

En parlant de calme, les cinq tracks de son indice de l’échec s’étirent parfois dans une semi-langueur étrange – et pas toujours captivante. Entre circonvolutions ambient et souvenirs shoegaze, hybride méconnaissable de Fennesz et Slowdive, l’univers de Dan Rosenqvist refuse de choisir son camp et, malgré tout, ne parvient guère à se créer une identité propre. Non que ça soit mal torché entre deux portes, juste qu’on a du mal à rester branché sur la durée totale de l’objet.

Jasper TX : An Index Of Failure (Handmade Birds)
Edition : 2013.
LP : A1/    Abandon A2/ In All Your Blinding Lights A3/ Rivers Flow B1/ A New Language B2/ Days Above The Tide
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

From the Mouth of the Sun : Woven Tide (Experimedia, 2012)

from the mouth of the sun woven tide

Voyage suspendu au fil de quelques notes entre la Suède de sa première moitié (Dag Rosenqvist aka Jasper TX) et le Kansas de sa seconde composante (Aaron Martin, déjà entendu – en bien – auprès de Machinefabriek), From The Mouth Of The Sun incline très obliquement en direction du minimalisme électroacoustique. Echafaudées sur quelques échos de piano et de violoncelle imprimés sur des sphères electronica nappées, les huit pièces de Woven Tide invitent à un voyage méditatif plaisant, bien que terriblement encombré dans sa catégorie.

Plusieurs morceaux de bravoure hors toute complaisance valent toutefois la peine – notamment un Pools Of Rust et ses éclats post-shoegaze en sourdine montant lentement en puissance ou les traversées fantomatiques de Color Loss et sa voix de sépulture dévoyée dans l’anonymat. Hélas, d’autres instants ne trouvent jamais la faille promise – ou l’indispensable ambiguïté – nécessaire à l’échappée du tout venant ambient, je le regrette d’autant plus que les splendides échos néo-classiques de Sitting In A Roofless Room. Pourtant, quelque part entre Deaf Center et Max Richter, l’espace est vaste et appétissant.



From The Mouth Of The Sun : Woven Tide (Experimedia)
Edition : 2012.
CD : 01/ The Crossing 02/ Pools Of Rust 03/ Color Loss 04/ My Skin Drinks Light That Has Passed Through Leaves 05/ Sitting In A Roofless Room 06/ Like Shadows In An Empty Cathedral 07/ A Season In Waters 08/ Snow Burial (While Blue Skies Gather)
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>