Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

James Plotkin, Paal Nilssen-Love : Death Rattle (Rune Grammofon, 2013)

james plotkin paal nilssen-love death rattle

Au fil d’un passé de métal (OLD) et de collaborations ombreuses (Mick Harris, Lotus Eaters) ou expérimentales (Jon Mueller, Brent Gutzeit), James Plotkin s’est forgée une science des effets qui relève son art féroce de la guitare. Ayant un faible pour l’instrument batterie – 8 improvisations avec Tim Wyskida l’avait déjà révélé –, Plotkin semblait attendre de rencontrer ce Paal Nilssen-Love que Stephan O’Malley lui fit découvrir un jour. Et la chose arriva, dont témoigne Death Rattle.

Malgré le titre, on n’entendra là pas le moindre effet de gorge. A la place, grondant quand même, Plotkin et Nilssen-Love s’accordent sur tumulte ou progression contrariée avec toujours la même inquiétude : varier leur ouvrage. Répétition d’arpèges, domptage de feedbacks ou extraction (voire retournement) de plaintes pour le premier ; déclenchement d’avalanches, battage de tambours et extraction de sanglots sur cymbales pour le second: voilà de quoi retourne Death Rattle sur quatre chants d’agonie qui ont en commun de savoir bien frapper.

James Plotkin, Paal Nilssen-Love : Death Rattle (Rune Grammofon)
Edition : 2013.
CD / LP : 01/ The Skin, The Colour 02/ Primateria 03/ Cock Circus 04/ Death Rattle
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Lotus Eaters : Wurmwulv (Taiga, 2011)

lotus_eaters_Wurmwulv

Alors que Taiga sort sur vinyle et Sub Rosa sur CD le nouvel album d’House of Low Culture, projet solo d’Aaron Turner, on peut retrouve le monsieur dans Lotus Eaters (c'est-à-dire en trio avec Stephen O’Malley et James Plotkin) avec la réédition de Wurmwulv, produit à l’origine par Troubleman Unlimited en 2007, accompagnée de celle de Lotus Eaters (le EP), sorti par Drone Records en 2002.  

Enregistré au début des années 2000, ce qui n’a l’air d’être, au tout début, qu’un disque d’abstract dark drone metal ambient etc. de plus renverse rapidement toutes nos échelles de valeurs (pour peu qu’on en ait). Car le trio nous abreuve de sons divers et variés, de guitares sibyllines et de freinages « expressionnants », en ménageant les surprises. Bien obligé de suivre quand même ces montagnes russes aux boucles torturées, ces couloirs de labyrinthes mouvants et ces autoroutes où freiner pour le seul plaisir de faire du bruit.

Un fois sorti de tout ça, on réalise que le moindre événement de notre voyage sonore était planifié. Oui, planifié. Car cette réédition n’est pas une réédition comme les autres : elle a été réarrangée par Plotkin, qui s’est servi pour ce-faire des chutes de l’enregistrement. On ne peut que saluer l’actualisation de Wurmwulv selon de magnifiques plans-séquences.

Lotus Eaters : Wurmwulv (Taiga Records)
Enregistrement : 2000-2003. Edition : 2011.
2 LP : A/B/C Wurmwulv D/ Silence (et un dessin d’Aaron Turner)
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>