Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Thymolphthalein : Mad Among the Mad (Immediata, 2015)

thymolphtalein mad among the mad

Après Ni Maître, Ni Marteau, Mad Among the Mad – titre du second enregistrement publié de feu Thymolphtalein – atteste peut-être la distance que l’association d’Anthony Pateras, Natasha Anderson, Jérôme Noetinger, Clayton Thomas et Will Guthrie, avait prise avec la réalité. Avec ses habitudes et ses obligations, notamment.

Improvisations et compositions partagées (Pateras, Guthrie, Thomas), prises studio ou extraits de concerts : l’intention était la même (qu’une sentence ampoulée, « ouvrir les portes de l’inconnu et se risquer dans l’inouï », résume dans la pochette du disque) mais les formes pouvaient changer : électroacoustique sur le feu (même si l’électronique prend rapidement l’ascendant malgré les efforts des percussions), sonorités suspendues, minimalismes en décalage, timbres déformés, moteurs sifflants et feux de Bengale…

Jusqu’à ce qu’un gimmick de contrebasse emporte tout, si ce n’est ce dernier effet de bande qui décidera du terme et qui nous fait espérer qu’Immediata – dire ici l’élégant objet que le label a confectionné pour l’occasion – conserve d’autres trésors de Thymolphthalein à changer en disque(s).



Thymolphthalein : Mad Among the Mad (Immediata / Metamkine)
Edition : 2015.
CD : 01/ Awareness Of Time Is An Assault On Time [Prague] 02/ You Cannot Escape the 20th Century 03/ Supreme Nothingness 04/ Mad Among The Mad 05/ It Doesn’t Kill You, It Stops You Living 06/ Awareness Of Time Is An Assault On Time (Ljubljana)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

le son du grisli

charles_plymell_lenka_lente copy

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jérôme Sabbagh: One Two Three (Bee Jazz - 2008)

sabbagrisli

Avoir gagné New York aurait-il enfin permis à Jérôme Sabbagh de trouver enfin à dire de façon plus originale l’intérêt qu’il porte au jazz ? Peu convaincant jusque-là en quartette, le saxophoniste opère un passage en trio qui pourrait changer la donne.

Sur One Two Three, il s’attaque ainsi à quelques standards (autre changement de taille et opérant) signés Thelonious Monk, Billy Strayhorn, Bud Powell ou Bill Evans, qui révèlent chez lui un penchant certains pour les pianistes et lui permettent de mieux s’en sortir. Avec le soutien du contrebassiste Ben Street et du batteur Rodney Green, s’il lui arrive encore de frôler la transparence (Body and Soul), il fait le plus souvent preuve d’un tact capable de mettre au jour un middle jazz d’un genre nouveau : influences plus anciennes que celles généralement avancées par les musiciens de sa génération revues à la lumière d'usages post-coltraniens maintenant digérés, qui n'arrêtent pas de fleurir un swing attentionné à coups d’instabilités et d’approximations provocantes. Encourageant.

CD: 01/ Conception 02/ Work 03/ Body and Soul 04/ Just in Time 05/ Turn Out the Stars 06/ Boo Boo’s Birthday 07/ Tea for Two 08/ Monopoly 09/ Chelsea Bridge >>> Jérôme Sabbagh [écoute] - One Two Three - 2008 - Bee Jazz - Distribution Abeille Musique.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>