Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Guillaume Laurent : Inside the Great Northern Hotel (La base du mouvement, 2012)

guillaume_laurent_la_base_du_mouvement

Le saxophone commence seul et jusqu’au bout le demeurera. Ainsi nous apparaît d’abord ce disque : une traversée en solitaire, à travers des paysages changeants, mais intérieurs (comme nous le suggère son titre Inside the Great Northern Hotel). Le vent y souffle en de longues plaintes désolées (Douglas Fires) comme en de plus aériennes circonvolutions (Double RR Diner). Et  s’engouffre dans le saxophone de Guillaume Laurent qui se fait alors shakuhachi (le merveilleux The Log Lady) ou didgeridoo (The Great Northern Hotel).

Les six premiers morceaux du disque chemineront ainsi : d’explorations sonores en mélodies trouvées, un souffle patient et recueilli, libéré parfois, pointant la direction. Si le disque s’en tenait à ces six-là, on conseillerait déjà vivement l’écoute de cet Inside the Great Northern Hotel, pour sa beauté pure, son ascétisme qui conduit finalement, et contre toute attente, à une musique plus charnelle qu’il n’y paraît. Une musique si sincère que, très vite, on y est étrangement et indéfectiblement attaché.

Mais le disque ne s’en tient pas là. Il y a Red Room,  rêverie de douze minutes, merveille d’équilibre fragile, désert qui ondoie imperceptiblement, opiniâtre motif mélodique qui se déplace presque douloureusement. Red Room, pièce rouge, cœur du disque, pulsant son énergie vitale, battant régulièrement pour doucement, tendrement presque, mettre en branle des mondes immobiles. Cherry Pie & Coffee, dernier titre, nous ramène enfin délicatement au monde et achève de dissiper les brumes rouges précédemment traversées. Le ciel est clair, l’air limpide, on l’avale à grandes goulées. On se sent bien et bientôt la gémellité de ce dernier titre avec celui qui ouvrait cet opus nous apparait. Et nous invite à remettre le disque sur la platine. A retourner arpenter les terres foulées.

Guillaume Laurent : Inside the Great Northern Hotel (La base du mouvement)
Enregistrement : 14 et 15 novembre 2011. Edition : 2012.
Téléchargement libre : Inside the Great Northern Hotel
Pierre Lemarchand @ Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>