Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Progetto Guzman ‎: If Not - Omaggio A Mario Schiano (Terre Sommerse, 2012)

progetto guzman if not omaggio a mario schiano

L’hommage qu’adressaient en 2011, sur scène à Rome, le trompettiste Angelo Olivieri et le saxophoniste Alípio C. Neto à l’œuvre de Mario Schiano aurait pu sonner creux, voire faux. Or, une fois n’est pas coutume, l’hommage est juste et ne trahit pas la figure de l’agitateur de l’Italian Instabile Orchestra.

En groupe d’instrumentistes délicats, le Progetto Guzman entame l’exercice sur une composition d’Olivieri, dont l’agencement ne souffre la comparaison avec les compositions de Schiano, complexes souvent mais encore ludiques. Ainsi, le jazz flirte avec la chanson – ici, c’est la voix de Maria Pia De Vito –, l’un acceptant l’escalade mélodique, l’autre avertie des rythmes entreprenants avec lesquels il faudra faire. Et quand le savant délirium fait le plus grand effet – grand guignol virant free –, c’est comme si Schiano « en personne » dirigeait le Progetto Guzman à la baguette molle.

Progetto Guzman ‎: If Not - Omaggio A Mario Schiano (Terre Sommerse)
Enregistrement : 28-29 mars 2011. Edition : 2012.
CD : 01-13/ If Not – Omaggio A Mario Schiano
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Giancarlo Schiaffini, Sebi Tramontana : Wind & Slap (Rudi, 2011)

giancarlogrisli

Jadis, le tromboniste Sebi Tramontana quitta la Sicile pour aller suivre les cours que Giancarlo Schiaffini dispensait au Conservatorio Casella de l’Aquila, à Rome. Depuis, il se sera notamment fait entendre dans l’Italian Instabile Orchestra sinon aux côtés de Mario Schiano, Georg Graewe, Paul Lovens, Joëlle Léandre. Le goût de Tramontana pour la formule du duo est prononcé ; peut-être moins cependant que ne l’est celui qu’il avoue avoir pour les rencontres de graves – avant ce dialogue avec il Maestro, il s’entretint avec d’autres collègues trombonistes (Vinko Globokar, Johannes Bauer, Jeb Bishop). A noter, ici : Tramontana et Schiaffini délaissent parfois l’instrument de prédilection qu’ils ont en commun pour l’euphonium ou le tuba.

En studio treize fois et en concert trois autres, le duo improvise (ou non) et compose à coups de références (swing, blues, déconstruction, rapport pas plus contrarié que contrariant à la mélodie) et d’inventions (vocalisation, technique étendue, expérimentation ludique). A chaque fois, le dialogue est serré et ses voix se mêlent avec évidence. Avec harmonie, même, en public à Rome : au son d’improvisations qui trahissent un intérêt commun pour la chanson : en spectacle, l’accointance fait de l’audace un des champs envisageables de la musique populaire.  
 

Giancarlo Schiaffini, Sebi Tramontana : Wind & Slap (Rudi Records)
Enregistrement : Mai 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Quiet as a Bone 02/ As Tone lies Lost 03/ As the Heartless Ghost 04/ As they Dive 05/ As in my Bones 06/ This Shade 07/ Beautiful Roots 08/ Holy Leaves 09/ In the Wind's Wakes 10/ As a Purple Sofa 11/ She was Still Stoned 12/ As an Empty Stone 13/ As a Strange Tongue 14/ About Sleepwalkers and Wind 15/ Stones and Deadwood 16/ Wind and Slap
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>