Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Corpulent: Wolfwalk (Umlaut - 2005)

griswolf

Trio construit autour du saxophoniste Gary Thomas (jadis sideman de Miles Davis ou Jack DeJohnette), Corpulent défend sur son premier album un jazz dérivant au gré d’intentions contraires pas forcément conciliables.

Réconciliables, voire, tant nous est familière l’opposition entre tenants d’un jazz novateur et aboutis d’un classicisme morne. Sur Wolfwalk, le trio a décidé de ne pas se poser de questions, ni de rien estimer. Alors, naturellement, il trimballe l’auditeur entre un jazz n’ayant que faire des codes (Free Piece) et un autre, propre et surpoli, même s’il tient à coup de changements de rythme à nous faire croire le contraire (Ingen Dalig Kapp Att Axla).

Répétée, l’erreur, sur Used To Be ; excusée ensuite, au son d’une pièce atmosphérique élégante, partie d’un gimmick de contrebasse imposé par Joel Grip. Entre les inspirations convaincantes et les pièces sans raison d’être, Corpulent instaure des compromis aimables : progression mesurée rappelant Gul 3 sur Gryphus Medley ou efficacité faite Who’s in Control ?, même si la carrure du morceau gagnerait à révéler un ou deux accrocs.

Soit, un résultat en demi-teinte, dont l’origine (erreur ou fait exprès) reste inconnue. Reste à attendre le prochain enregistrement du trio, qui relativisera soit cette première interrogation, soit les quelques qualités repérés sur Wolfwalk.

CD: 01/ Gryphus Medley 02/ Slow Bluuesss 03/ Who’s In Control? 04/ Free Piece 05/ Ingen Dalig Kappa Att Axla 06/ Used to Be 07/ Vanishing Time

Corpulent - Wolfwalk - 2005 - Umlaut Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>