Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Lettre ouverte de Joëlle Léandre aux Victoires du jazzle son du grisli #3Conversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Objets trouvés : Fresh Juice (Intakt, 2013)

objets trouvés fresh juice copy

Se libérant d’une lévitation inaugurale, nos Objets trouvés (Gabriela Friedli, Co Streiff, Jan Schlegel, Dieter Ulrich) observent quelques plats terrains avant de se délivrer par quelque trait compositionnel hardi. Mais ne pas croire pour autant que ce Fresh Juice ne trouve son salut que par la seule écriture.

Car, à vrai dire, cette écriture n’est là que pour baliser un itinéraire  aux tracés intimes. Presque pas d’éclats fanatiques ici mais une mise en espace de blocs (duo ou trio, rarement quartet) intensifiant sa force en des crescendos entretenus. A ce petit jeu, la saxophoniste gagne la mise : timide au début, elle fore des tracés onctueux qu’elle magnifie  avec un aplomb remarquable. De même, le jeu modal de la pianiste ne s’embarrasse d’aucune rupture mais impose assurance et souplesse au récit emprunté. De ces Objets trouvés – et faussement fragiles – on admirera la sage pertinence, le paysage familier.

Objets Trouvés : Fresh Juice (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2011. Edition : 2013.
CD : 01/ Gessang der nacht 02/ Terris Hut 03/ Weisser Zwerg 04/ Equilibre tendu 05/ Faden der Ariadne 06/ Straying Horn
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Quatre têtes : Figuren (Creative Sources, 2009)

quatregrisli

De deux duos (Gabriela Friedli - Priska Walss / Claudia Ulla Binder - Susann Wehrli) est né Quatre têtes, quartet exclusivement féminin. De l’étrangeté de l’orchestration (deux pianos, flûte et trombone) émerge une intensité confondante. Car plutôt que de n’explorer qu’une seule piste, ce sont en multiples chercheuses de sons et de sens que se sont postées nos quatre musiciennes. Dans cette musique, se croisent l’attente et le tâtonnement, la curiosité et l’inquiétude. On y découvre des enchâssements de timbres singuliers (la grave palette de l’imposant cor des Alpes, un mélodica sorti des sentiers battus), des arithmétiques audacieuses (quartet et divers duos), des fugues et des courses-poursuites haletantes. Bruissements, glissandi, horizontalité inquiète, dialogues ludiques et affranchis s’entrecroisent sans tourment et avec une décontraction naturelle. Stabilité, classicisme des phrasés et cassures abruptes ne s’opposent nullement car on sent les quatre musiciennes durablement soudées et toujours en demande de nouvelles situations. Une réussite totale pour nos quatre têtes pensantes et si magnifiquement jouantes.

Quatre Têtes : Figuren (Creative Sources)
Enregistrement : 2006. Edition : 2009
CD : 01/ Beauty’s Biest 02/ Falmingo 03/ Lavtina 04/ Laüfer und Turn 05/ Penelope 06/ Myriapoda 07/ Voyageurs 08/ Waiting for Cary Grant 09/ Knopf und Knopfloch 10/ Anaphora
Luc Bouquet © Le son du grisli

Archives Gabriela Friedli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Omri Ziegele, Billiger Bauer: Edges & Friends (Intakt Records - 2006)

bilisliEmmené par le saxophoniste et chanteur Omri Ziegele, le collectif suisse Billiger Bauer – qui compte parmi ses rangs le batteur Dieter Ulrich et la pianiste Gabriela Friedli – met au jour une Zurich sous influence africaine, capable aussi d’élans singuliers.

Si Edges & Friends se contentait de servir un jazz hésitant entre swing et postures free (Africa Now), un funk porté par l’unisson de l’alto de Ziegele et du soprano de Jürg Wickihalder (Nursery Rhyme), ou encore, un décorum permettant au leader de déclamer Robert Creeley ou Dylan Thomas (Two Ways to No Answer, If We Were Children), son seul panache ne suffirait pas à rendre la chose originale.

Mais Billiger Bauer aère son bouquet d’influences au moyen d’un vocabulaire hérité d’une sérieuse pratique improvisée et de quelques tournures contemporaines. Divertissants, alors, les motifs répétés par le violoncelle de Bernhard Göttert (Two Ways to No Answer), les insistances irritantes du piano de Friedli (Be There), ou encore, les virulences collégiales qui emportent, finalement, Edges & Friends.

Insultants premiers de la classe que l’on aurait décoiffés, Billiger Bauer accommode avec efficacité son jeu classique et sa découverte d’un souffle libertaire et ardent. Assez rare pour être ignoré.

CD: 01/ Prologue 02/ Nursery Rhyme 03/ Two Ways to No Answers 04/ Edges & Friends 05/ Be There 06/ If We Were Children 07/ Holes of Time 08/ Africa Now

Omri Ziegele, Billiger Bauer - Edges & Friends - 2006 - Intakt Records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Objets trouvés: Fragile (Intakt - 2005)

fragilegrisli

Emmené par la pianiste Gabriela Friedli, le quartette Objets trouvés investit, sur Fragile, quelques compositions de son leader. Mais à sa façon, toute particulière, qui ménage l’interprétation et l’improvisation la plus libre, trouvant souvent l’accord parfait entre les envies auxquelles on ne résiste pas et la petite dictature des nécessités.

Provoquant la rencontre des musiques sérielle et cubaine – donc, au rythme des gestes répétés d’une rouleuse de feuilles de cigares -, les musiciens introduisent Pugglig, thème sophistiqué et flottant, qui s’éloigne peu à peu du parallèle repéré plus tôt. La batterie de Dieter Ulrich provoque le changement et mène subtilement à Fledged sous les lavis abstraits du soprano de Co Streiff.

Ulrich et Streiff, toujours, sur Avra - Velum - assemblage qui s’occupe de fondre les airs, bousculés par une improvisation énergique -, pour un duo remarquable de profondeur. Qui a aussi le mérite de rattraper les incidents de parcours, plus tôt rencontrés sur Kulan - No Way Out - Kulan, où les interventions du piano se sont faites plus convenues, les inspirations heureuses du quartette plus rares.

Avec élégance, Co Streiff s’offre enfin le luxe de l’expérimentation lorsqu’elle ouvre Luculus - Ursa Maj. Bientôt transformé par un riff de basse qu’impose délicatement Jan Schlegel, le morceau tire avantages du choix de l’unisson sur une rythmique étudiée auxquels s’opposent les éclats discrets du piano, les ribambelles mélodiques du saxophone. Sorte de conclusion en majesté d’un album sournois d’accessibilité, plein d’avant-garde qu’on dissimule.

CD: 01/ Pugglig - Fledged 02/ Kulan - No Way Out - Kulan 03/ Avra - Velum 04/ Lucullus - Ursa Maj

Objets trouvés - Fragile - 2005 - Intakt. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>