Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Jesper Løvdal & Günter Baby Sommer (Ilk, 2012)

jesper lovdal gunter baby sommer

Quel que soit le contexte, la résonance sera toujours au centre du jeu de Günter Baby Sommer. De la même manière qu’un Pierre Favre, Sommer refusera toujours le trop plein, les fulgurances inutiles. Ici, on respire. On distribue les  cartes sans tricher. Le geste est précis, mesuré, adapté à la situation. La grave des peaux se libère, les balais fourmillent, la sécheresse est interdite de séjour.

Ainsi, Jesper Løvdal n’a plus qu’à se laisser guider par cette bienveillance. Sa flûte et sa clarinette, idéalement offensives, éclipsent quelque peu un ténor éraillé, souvent microtonal. Leader ou observateur avisé-engagé, il rejette, lui aussi, le spectaculaire au profit d’un dialogue entretenu, captivant. Vite, la suite.

Jesper Løvdal & Günter Baby Sommer (Ilk / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Real Tartare 02/ First Movement 03/ Maultrommel 04/ Voice from Beneath 05/ Billy Strayhorn 06/ Bird Call 07/ Story 08/ Fight of the Flutes 09/ Second Movement 10/ Let’s Continue 11/Goodbye
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Günter Baby Sommer : Live in Jerusalem (Kadima Collective, 2010)

babygrisli

Il n’y aurait pas grand scandale à rapprocher Han Bennink et Günter Baby Sommer : même euphorie du jeu et du rythme, même facilité à embarquer ses partenaires en des crescendos carnassiers. Et c’est bien ce qui arrive, ici, à Jérusalem.

Quel que soit le format abordé (du solo au quartet), Günter Baby Sommer, toujours aux abois, embarques ses fûts dans une transe épique. D’abord, la liberté d’errer et d’instruire une improvisation éclatée. Puis, très rapidement, décider d’une pulsation qu’on ne va pas desserrer. Seulement ouvrir vers d’autres perspectives que se chargeront d’enfanter les souffleurs. Et ici, Assif Tsahar, ne se prive pas d’enchaîner de longs et vif phrasés, contaminant par ailleurs le baryton frondeur de Steve Horenstein (Bast). Le rythme pour Baby Sommer mais aussi les mélodies ; celles qu’il fredonne en solo (Sommertime), perd et ressuscite alors qu’on les croyait éteintes. En trois mots : vitalité, décision, intensité. Bonheur aussi !

Günter Baby Sommer : Live in Jerusalem (Kadima Collective / Metamkine)
Enregistrement : 2008. Edition : 2010.   
CD : 01/ Bojoh 02/ Jassek 03/ Sommertime 04/ Bast 05/ Yo Yo Yo 06/ Sabada
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Peter Kowald: Off The Road (Rogue Art - 2007)

kowaldoffgrisli

Deux ans avant sa mort, en 2000, le contrebassiste Peter Kowald sillona les Etats-Unis en compagnie de Laurence Petit-Jouvet, caméra au poing. Dans une Chevrolet achetée sur place, le couple relie les endroits où le contrebassiste est attendu, pour donner concerts auprès d’autres personnages de la Creative Music.

Sur le premier film, les à-côtés d’un périple marqué par les collaborations musicales : avec Kidd Jordan, William Parker, George Lewis, mais aussi Eddie Gale, Marco Eneidi ou Anna Homler. A chaque fois, la simplicité et l’humilité de Kowald densifient les échanges, tous tranquilles, presque tous précis. Au hasard d’autres rencontres, le contrebassiste en apprend sur la vie des déclassés, la politique d’éducation des Etats-Unis ou les discriminations toujours bien présentes.

Plus axé sur la musique, le second film donne à voir Kowald à Chicago : en studio auprès de Ken Vandermark, ou sur scène aux côtés de Günter Baby Sommer et Floris Floridis, ou de Fred Anderson et Hamid Drake. Tous musiciens s’entendant sur les origines du jazz et sur l’importance qu’aura eu sur sa forme actuelle une musique improvisée ayant profité des pratiques différentes, notamment européenne et américaine. En guise de conclusion, un disque reprend les thèmes que le contrebassiste aura abordés durant son voyage, bande-son originale d’un road movie unique et passionnant, complément indispensable de l’hommage élégant.

DVD 1: Off The Road - DVD 2: Chicago Improvisations - CD: 01/ Introduction 02/ New York March 17 2000 03/ New Orleans April 6 2000 04/ Houston April 9 2000 05/ San Diego April 14 2000 06/ Los Angeles April 15 2000 07/ Berkeley May 3 2000 08/ Chicago May 10 2000

Peter Kowald, Laurence Petit-Jouvet - Off The Road - 2007 - Rogue Art.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Wadada Leo Smith, Günter Baby Sommer: Wisdom in Time (Intakt - 2007)

wadasliSur Wisdom in Time, le percussionniste Günter Baby Sommer – membre du Zentralquartett et partenaire occasionnel de Peter Brötzmann, Irène Schweizer ou Cecli Taylor - retrouve le trompettiste Wadada Leo Smith, ami de trente ans qu’il a jadis fréquenté aux côtés de Peter Kowald.

Alternant trompette et bugle, Smith fait preuve d’une extravagance assurée (Tarantella Rusticana) ou d’un lyrisme charmeur (Pure Stilness), perturbant de temps à autre son propos à coups de traitements électroniques plus (Rain Cycles) ou moins sauvages (Bass-Star Hemispheres). De son côté, Sommer tient le dialogue, décidant d’accents légers (Pure Stilness) ou emmenant le jeu du duo sur un swing approprié (Old Times Roll - New Times Goal) ou sur un mode incantatoire (Gasire's Lute).

Dans les pas du duo Don Cherry / Ed Blackwell, Smith et Sommer font déroute ensemble en éternels camarades certains de leur complicité. Preuve la plus récente à ce jour, ce Wisdom in Time.

CD: 01/ A Sonic Voice Inclosed in the Wind 02/ Tarantella Rusticana 03/ Pure Stilness 04/ Gasire's Lute 05/ Woodland Trail to the Giants 06/ Bass-Star Hemispheres 07/ Rain Cycles 08/ Old Times Roll - New Times Goal 09/ A Silent Letter to Someone

Wadada Leo Smith, Günter Baby Sommer - Wisdom in Time - 2007 - Intakt Records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Peter Brötzmann: Pica Pica (Atavistic - 2006)

pislipisli

Parce qu’Han Bennink - avec lequel ils avaient l’habitude de jouer - s’adonnait au jazz d’avant-garde avec Misha Mengelberg, Peter Brötzmann et Albert Mangelsdorff trouvèrent en Günter Sommer un percussionniste de substitution, certes, mais aussi de taille. Cet enregistrement de 1982 au Jazzfest Unna en est la preuve.

Dès Instant Tears, les trois musiciens exposent leurs différences, tout en courant derrière la même méthode instinctive: Sommer déployant un jeu tendu, proche d’un rock chargé ; Mangelsdorff ayant recours à la répétition discrète et à l’usage de silences ; quand Brötzmann façonne à son image un free déambulatoire au gré des saxophones qu’il utilise – alto, ténor et baryton.

Baryton avec lequel le saxophoniste sonnera la charge du trio dans la dernière partie d’Instant Tears, qui contrastera avec l’allure de Wie du Mir, So Ich Dir Noch Lange Nicht, même si le saxophone et le trombone y soufflent encore le chaud et le froid sur le rythme alangui décidé par un Sommer ici plus subtil.

Plutôt à l’aise sur chacune des progressions, le trio construit peu à peu un free jazz singulier mis au service d’une fronde complice. Terminée au son de Pica Pica, pièce courte qui imbrique les courts rebonds des vents sur cadence soutenue, et simule une danse de Saint Guy en guise de conclusion conciliatrice.

Peter Brötzmann : Pica Pica (Atavistic / Orkhêstra International).
Enregistrement : 1982. Réédition : 2006.

CD : 01/ Instant Tears 02/ Wie du Mir, So Ich Dir Noch Lange Nicht 03/ Pica, Pica
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>