Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Lettre ouverte de Joëlle Léandre aux Victoires du jazzle son du grisli #3Conversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Daniel Carter, Alberto Fiori, Tom Abbs, Federico Ughi : The Perfect Blue (Not Two, 2010)

theperfectgrisli

Bien sûr, il arrive souvent qu’on attende plus d’un disque que ce que son écoute lui permettra de délivrer. Dans le cas de The Perfect Blue, la faute revient à quelques détails d’importance et le salut à la présence d’un élément perturbateur, en l’occurrence le contrebassiste Tom Abbs.

Puisque si The Perfect Blue reste un disque encore possible à écouter, c’est grâce aux interventions d’Abbs – en se souvenant encore du brillant The Animated Adventures of Knox, on regrette que celui-ci ait l’emploi rare, et notamment celui de meneur. Et ce, parce qu’il déçoit rarement et invente même beaucoup : qu’il lance le free gaillard d’Underdog ou rattrape en l’enveloppant de son archet la ballade évasive du nom de Brooklyn Basement. Ailleurs, il vocifère comme rarement contrebassiste sur Zero Summer ou titille assez Daniel Carter (trompette, saxophones ténor et alto) pour le réveiller et puis l’inspirer sur To Pass.

Pour ce qui est de Carter, justement, il passe – presque comme à son habitude – d’idées lumineuses en fabrications de solos d’un minimalisme simpliste. Plus dommageable à l’ensemble, le pianiste Alberto Fiori démontre d’un clinquant appliqué à un art sans nuances (celui-ci culmine dès l’ouverture : If You Come This Way) au point qu’il serait possible de dire qu’il « sonne français » si ses origines n’attestaient pas davantage qu’il « sonne, sans hésiter une seule seconde, italien » – dans un cas comme dans l’autre, on parle ici de musique confectionnée exprès par des « jazzmen » subsistant simplement pour remplir de leurs notes superflues les plages d'attente de radios de service public, musiciens grouillant aussi bien d’un côté comme de l’autre des Alpes. Enfin, Federico Ughi agit en batteur discret et adéquat à un propos qui hésite entre soft bop mollasse et free rondement mené. Ainsi donc, le quartette peut remercier Tom Abbs en regrettant tout de même ne pas avoir joué exclusivement sur son conseil.

Daniel Carter, Alberto Fiori, Tom Abbs, Federico Ughi : The Perfect Blue (Not Two / Instant Jazz)
Enregistrement : 2 décembre 2008. Edition : 2010.
CD : 01/ If You Come This Way 02/ Underdog 03/ Brooklyn Basement 04/ Zero Summer 05/ Still Late in the Night 06/ To Pass On 07/ We Was There 08/ Fight In Sight 09/ Identity
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>