Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Evelyn Petrova : Living Water (Leo Records, 2009)

petrovisli

Ce solo n’est pas puisque duo. Mais le format CD empêchant la vision du travail de la danseuse Tanya Khabarova – et donc par la force des choses –, solo il y a. Etrange sensation d’une présence gommée et néanmoins essentielle à l’émergence de la belle musique d’Evelyn Petrova. Une Evelyn Petrova toujours aussi tonitruante et enchaînant les tableaux sans le moindre temps mort.

Il y a de l’Attila chez Petrova. Une force de frappe qui n’a que faire du doute et de ses questionnements. On ne se ressource pas chez Petrova, on n’observe pas : on agit directement avec diversité et certitude. D’une mélopée se gangrenant et se désagrégeant jusqu’à sa perte finale, il ne restera rien car voici maintenant un accordéon en cascade puis un cri perçant. Ne cherchez pas de lien : il n’y en a pas. Il y a juste ces folklores imaginés, tantôt limpides, tantôt brumeux ; ces chansons hargneuses ici, caressantes là et, toujours, l’expression d’une personnalité entière et magnifiquement entêtée.

Evelyn Petrova : Living Water (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009.
CD : 01/ Mysterious Forest 02/ Lullubye 03/ Play 04/ Lass 05/ Song 06/ Party  07/ Angel 08/ Conversation with Mother 09/ Contest 10/ Lament 11/ Dream 12/ Bride 13/ Market Scrap 14/ Wedding Train
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>