Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

GIASO : - (Fibrr, 2014)

giaso fbrr

GIASO est un orchestre. Un grand orchestre même. Et international, qui plus est (« s’il en est », auraient précisé quelques médias de grande marque). Car GIASO c’est pour « Great International Audio Streaming Orchestra » (dans l’Orchestra, j’ai ouïe entendu personnellement Joachim Montessuis et Julien Ottavi). Quoi, du streaming dans l’air ? Alors comment comprendre ces bouts de concerts à Bourges, Nantes et Bergen, alors que tout se passe sur la toile (comme auraient dit quelques médias…) ?

Passé 30 ans, j’ai de toute façon arrêté d’essayer de tout comprendre. Je m’en tiens à une ignorance sympathique et j’écoute. Un drone (tendu, le drone), le drone du grand vaisseau qui prend l’espace et que ses soupapes lâchent tout net. Mais, quoi ? Autant de musiciens pour de simples fumerolles ? Que nenni ! Car tous les parasites du monde (nos amis) qui tenaient à quitter la Terre se sont trouvés sur ce « courant ». Désertion toute : l’orchestre s’exprime vraiment une fois la stratosphère passée. Rythmes, larsens, infrasons et insectophones s’en donnent à cœur joie : c’est la fête (= le rêve), on est à la fois tous ailleurs et éloignés les uns des autres !

GIASO : - (Fibrr / Metamkine)
Enregistrement : 2013-2014. Edition : 2014.
CD : -
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Emmanuelle Gibello : Labyrinthe

emmanuelle_gibello_labyrinthe

Pour Emmanuelle Gibello, l’eau est de tous les plans. Chez elle, l’eau est matière scintillante, vibratoire et presque toujours d’une lente navigation. Et souvent, ludique ou fatale (toutes les eaux sont couleur de noyade écrivait Cioran). Les sources (sonores et soniques) jaillissent sans brutalité.

Dans Random Erratum, la plage la plus convaincante – et audacieuse – du CD, les brouillages gagnent du terrain et balaient tous les arrière-plans. Le choc n’est pas violent mais entrevu puis argumenté jusqu’à son total épuisement. Viendra alors un autre monde fait de sourdes résonnances et de grésillements radio. Plus qu’une bibliothèque de sons, une aventure singulière et attachante.

Emmanuelle Gibello : Labyrinthe (Bruit Clair)
Enregistrement : 2009-2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Bamboo Cry 02/ Crashtest # 10 03/ Pour faire peur aux enfants dans le noir 04/ Random Erratum
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>