Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Danielle Palardy Roger : Pinta, Niña & Maria (Ambiances Magnétiques, 2011)

danielle_palardy_roger_pinta_nina_maria_

Trois formations pour trois navires en partance vers l’Amérique. C’était en 1492 et un certain Christophe Colomb n’y était pas pour rien. La Pinta est représentée par le GGRIL (Grand Groupe Régional d’Improvisation Libérée). La navigation est lente. Les riffs de cordes sont saillants. On transpire dans l’entrepont.  Les bois crissent. La tension est constante. La Niña bénéficie des brouillages de l’Ensemble SuperMusique. Appeaux et bruissements électroniques ouvrent le bal. Puis, entre craquements et bruitisme, s’immiscent un zeste de rock, de jazz  (Take Five cité) ou de musique ancienne. La Santa Maria sombra le 25 décembre 1492. Pour l’heure c’est l’ECM+ (Ensemble Contemporain de Montréal+) qui guide la galère. Les mélodies sont au centre du voyage : mélodies suaves et sans brûlure ni brutalité ; mélodies douces et rassurantes, n’annonçant en rien le naufrage à venir.

Liant les trois parties, deux musiciens. Le premier se nomme Juan del Encina (1468-1529). Il est le compositeur de Todos los bienes del mundo et guide de sa musique profane ce long voyage. La seconde n’est autre que Danielle Palardy Roger, compositrice, percussionniste, fondatrice et directrice musicale de l’Ensemble SuperMusique. Son désir d’explorer musique ancienne et actuelle, musique écrite et musique improvisée, consonance et dissonance ne manque ni de charme ni d’atouts ici. On vous souhaite une bonne traversée.

Danielle Palardy Roger : Pinta, Niña & Maria (Ambiances Magnétiques / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2007-2008. Edition : 2010.
CD : 01/ Tout le monde en place 02/ Nuit sombre 03/ Réveil brutal 04/ Ah l’aventure 05/ Gloire, fortune, renommée et chance 06/ Tous les biens de ce monde 07/ Prologuo 08/ Todos los bienes del mundo 09/ El mar es bello 10/ Pero agitato 11/ Coraje 12/ Los recifes 13/ El paso 14/ Hacia l’America 15/ Prologue « The Unanswered Question » 16/ The Real Departure 17/ Gale & Crash 1 18/ The Road of Stars 19/ Gale & Crash 2 20/ The Sea Calmed Down 21/ Land Ho 22/ Indian Which Is Not India 23/ Deception…and Melancholy
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

ECM Catalog (Kawade Shobo Shinsha, 2010)

ecmsli

Au Japon, on éditait récemment un livre célébrant (les quarante ans d') ECM. Un catalogue du catalogue, en somme, mais assez précis pour qu’on y trouve un intérêt.

Dans un premier temps, cet ECM Catalog fait défiler en couleurs et sans commentaire aucun les pochettes de disques parus sous l’étiquette – du Free at Last de Mal Waldron, donc, jusqu’au triple Colours d’Eberhard Weber. Dans un second, il publie des réductions en noir et blanc des mêmes images, sous lesquelles on trouve toutes informations nécessaires, voire administratives : nom du disque, date de son enregistrement, identités des musiciens à y entendre, titres et attributions des compositions, nom du studio, du superviseur et du concepteur de la pochette. La lecture se fera en conséquence en plusieurs fois et chaque fois recèlera sans doute de découvertes inattendues.

Ainsi trouve-t-on plaisir à consulter l'annuaire, d’autant que celui-ci nous rappelle qu’ECM n’a pas toujours été ECM, l’esthétique défendue par le label pas toujours celle à laquelle sont attachés pour l’alourdir avec panache Keith Jarrett, Dave Holland, Arvo Pärt, Jan Garbarek ou Stephan Micus… Retour alors à Waldron et puis Paul Bley, Derek Bailey et Hugh Davies, Marion Brown, Anthony Braxton, Barre Phillips, Steve Reich, Wadada Leo Smith, Jimmy Giuffre

Kenny Inoaka, et autres : ECM Catalog (Kawade Shobo Shinsha)
Edition : 2010
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>