Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Georges Aperghis : Avis de tempête (Cypres, 2005)

avisdegrisli

« Tempête dans les esprits, dans les textes, dans les musiques, entre instruments / voix / sons électroniques qui écrivent et effacent à tour de rôle comme une vaste respiration. Construire - raconter puis perturber - effacer. Comme une histoire sans cesse recommencée. Le corps du spectacle mis à mal par des perturbations internes. Moby Dick, Le Roi Lear, l'Homme au paratonnerre, ne sont que des allégories de la tempête mentale qui déchire le texte et le spectacle de l'intérieur. Tempêtes immobiles aussi. Sorte de nouveauté de notre siècle. Tempêtes verticales - quasi calmes - beaucoup plus effrayantes que les tonnerres de campagne. » Georges Aperghis – Notes de travail (livret du CD).

Avis de tempête est probablement la pièce de théâtre musical la plus achevée du compositeur Georges Aperghis. Afin de créer une image du phénomène de la tempête intérieure, « mentale », le livret alterne extraits de Melville, Kafka, Shakespeare, Baudelaire ou encore Hugo et phonèmes déclamés, chantés et invectivés. La musique comprend une partie instrumentale acoustique et une électronique. Pour cette dernière, Sébastien Roux, de l’Ircam, a trouvé un processus compositionnel proche de la technique de cut-up employée pour le texte en fragmentant des échantillons sonores avant de remonter les grains obtenus de manière aléatoire.

Mis en présence, tous ces éléments s’unissent en une entité dont les aspects musicaux dépassent avec bonheur toute idée d’action traditionnelle. Car le texte n’est pas là pour raconter. Il est là parfois pour évoquer, mais le plus souvent pour sonner. La performance des vocalistes est à cet égard très impressionnante. Leur travail rappelle d’autres compositions d’Aperghis, comme Récitations ou Jactations, où la tension naît d’une parole dont l’emballement apparent est régi par une partition stricte et précise.

Cette prédominance de la voix, tantôt plaintive et trébuchante, tantôt presque hystérique, confère au spectacle une grande sensualité, renforcée par la texture granuleuse et le sens du mouvement de l’accompagnement électronique. Cette partie revêt les attributs de la tempête : elle gronde avant d’éclater et de bousculer chants et instruments. Si la représentation inclut également vidéos, chorégraphies et autres éléments visuels, l’écoute de son enregistrement constitue une expérience hautement jubilatoire. Œuvre d’art totale, Avis de tempête fait de la perturbation, du déséquilibre et de la faille des principes directeurs dont la gestion contrôlée impose un ensemble d’un souffle et d’une énergie imparables. « Soufflez vents à crever vos joues ! faites rage ! soufflez ! feux de souffre immédiats comme l'idée, avant-coureurs de foudres fendeuses de chênes, venez. » (extrait du livret)

Georges Aperghis : Avis de tempête (Cypres / Amazon)
Livret de Georges Aperghis et Peter Szendy. Opéra créé en 2004 à l’Opéra de Lille par les chanteurs Donatienne Michel-Dansac, Johanne Saunier, Lionel Peintre et Romain Bischoff et l’orchestre ICTUS.
Enregistrement : 2004. Edition : 2005.
Jean Dezert © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Georges Aperghis: 14 récitations (Col Legno - 2006)

apersliDepuis les années 1970, le compositeur Georges Aperghis interroge comme nul autre le rapport de la musique au théâtre, faisant du texte et des possibilités de la voix humaine les enjeux majeurs de son œuvre. Preuves en sont ses opéras, bien sûr, mais aussi ces 14 récitations, écrites entre 1977 et 1978. Défendues à l’origine par Martine Viard, elles étaient interprétées plus récemment au Wien Modern Festival par Donatienne Michel-Dansac.

Expérimentaux et ludiques, les textes et pièces défilent, jetant la soprano dans des imbroglios récréatifs et ardus – faits de ruptures de rythme, de fulgurances extravagantes, d’installations de boucles déviantes et d’une batterie d’onomatopées provocatrices. Théâtrales, les récitations invectivent, commandant quelques cris ou lâchant un rire indéterminé.

De ses lectures et chants,  la vocaliste construit, selon le bon vouloir d’Aperghis, un langage torturé, forcément incompréhensible, au débit récalcitrant, à la répétition grotesque. En guise de complément, le jeu d’acteur, qui pousse la soprano à redire un dialogue sans espoir jusqu’à incarner une des folles enchaînées jadis à la Salpêtrière.

L'habileté de Michel-Dansac donne ainsi une actualité à ces 14 récitations, et redit la singulière expérience que sont leur écoute.

CD: 1-14/ 14 récitations

Georges Aperghis - 14 récitations - 2006 - Col Legno.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>