Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Christophe Deniau : Downtown Manhattan 78-82 (Le Texte Vivant, 2015)

christophe deniau downtown mahnattan de la no wave aux dancefloors

Je dois dire que de la No Wave aux Dancefloors ma préférence va à la première, il y a bien longtemps que j’ai déserté les pistes pour avoir fini la dernière fois la tête aux sanitaires comme qui dirait. Bien. L’époque qui nous intéresse (quatre ans) va de (19)78 à (19)82, c’est court et ça m’arrange.

Quoique. Plus de 250 pages pour quatre années new yorkaises (d’accord, l’auteur raconte quand même toute l’histoire de la Grosse Pomme en quelques pages et ne parle pas que de musique mais aussi d’art & de cinéma), mais OK, je m’y colle. On reprend : le Velvet qui passe au Café Bizarre, Suicide et le punk version US, les origines du hip-hop, le disco et la No Wave… On ne refait pas le match (des punks contre les arty par exemple) mais toute l’histoire et si tant est qu’on ne la connaît pas alors ce sera bienvenu.

C’est surtout quand Christophe Deniau (l'auteur du livre) prend Arthur Russell pour exemple qu’il fait preuve de personnalité. Eh oui, le Russell qui passe de la musique contemporaine au disco raconte à lui tout seul tous les rapprochements de cet âge d’or culturel. On peut bien nous servir du free jazz et du post-punk, nous réchauffer The Clash ou Malcolm McLaren, le début des 80's c’est (à mon avis) déjà plus ça. Heureusement qu’overdoses, hépatites et SIDA ont mis un terme à la fête sinon quoi j’en étais reparti pour 250 nouvelles pages ! Ce qui ne m’empêchera pas d’aller picorer de temps en temps dans le Deniau en réécoutant No New York ou Marquee Moon

78 82

Christophe Deniau : Downtown Manhattan 78-82. De la No Wave aux dancefloors
Le Texte Vivant
Edition : 2015.

Livre : Downtown Manhattan, 259 pages
ISBN : 978-2-36723-097-9
Pierre Cécile © le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Neil Campbell, Robert Horton : Trojandropper (Zum, 2012)

neil campbell robert horton trojandropper

Deux expérimentateurs touche-à-tout, Neil Campbell (Astral Social Club, Vibracathedral – faire apparaître entre parenthèses le nom de groupes ne signifie pas que le rédacteur les connaît vraiment) et Robert Horton (vieux briscard de The Appliances ou Plateau Ensemble), s’attaquent au disco en rendant hommage au virus qui infecta l’ordinateur personnel d’Horton

C’est dire de quelle nature est le projet et que le disco dont on parlera ici ne sera pas celui de Monsieur Toulemonde. En effet, cette musique dansante là est foutraque, tour à tour rétrofuturiste, noise, big beat, impulsive, mécanique, débordante d’instruments (basses et guitares électriques, casios et harmoniums, etc. et le saxophone soprano de Dan Plonsey). D’un expérimental magnifique et efficace en diable, Trojandropper se réserve sur sa fin un sample de disco (le vrai celui-là) et nous convainc que Campbell et Horton avaient raison dès le début : c’est bien là du disco ! Mais un disco d’un nouveau siècle. Et on en redemande !

Neil Campbell, Robert Horton : Trojandropper (Zum)
Edition : 2012.
LP : A1/ Child's Tongue Flicks A2/ Three-Wave Virtual Heart A3/ Slush Flotsam Bunny A4/ Panharmoni Particle Radio – B1/ Multi-Colored Canopy Dropper B2/ Cut-Free Taste Death B3/ Utterly Free World Without God's Curse - Multi-Sky Wave Joy
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>