Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Disappears : Pre Language (Kranky, 2012)

disappears_pre_language

Parce qu’il faut bien qu’il s’occupe, Steve Shelley donne du fût et de la cymbale dans Disappears, qui sort aujourd’hui Pre Language. Comme on avait déjà pu l’entendre sur Lux et Guider, Disappears est très influencé par… Sonic Youth. Mais pas que.

C’est ce sur quoi insiste Pre Language. Dedans, rien de neuf ni de surprenant, mais un rock accessible, gimmicks et distorsions, en un mot marketing comme en cent : efficace. Pour différencier les morceaux, les intonations changent comme les influences (on entend celles du Velvet, de Joy Division, Pavement, Charlatans, et même parfois Oasis (oui), surtout quand le chant ne se contrôle plus).

De bon ton, mais Disappears sait se faire plus ténébreux : Love Drug (qu’est-ce à dire ?) est ainsi le titre qui fait qu’on peut espérer que le groupe fasse plus original, et donc (encore) mieux, sur son prochain album…

Disappears : Pre Language (Kranky)
01/ Replicate 02/ Pre Language 03/ Hibernation Sickness 04/ Minor Patterns 05/ All Gone White 06/ Joa 07/ Fear of Darkness 08/ Love Drug 09/ Brother Joliene
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>