Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Nagual : Nagual (Ergot, 2013)

nagual nagual ergot records le son du grisli

Consignée jusque-là sur cassettes autoproduites (estampillées Pidgin Records), la musique de Nagual – association de Ian McColm (guitares, basse, piano, batterie, électronique) et de David Shapiro (guitare, basse, électronique) – passe sur vinyle sous pavillon Ergot (au catalogue du label, trouver, publiés ou sinon annoncés, disques et cassettes d'Aaron Dilloway, Adrian Rew, Jeph Jerman et Master Musicians of Joujouka…).

Ainsi Nagual, le disque, est-il une carte de visite à deux faces qui impressionnent pareillement. Au son d’un minimalisme à la traîne, d’abord, qui fait silence pour se préparer à tomber à pic et ce jusqu’aux abysses. Après avoir foré les profondeurs, le duo refait surface et expose sa pêche miraculeuse : crescendo, attise même les plaintes d’animaux fabuleux (d'autant que pas tous poissons) avec un art de la mise en scène que la batterie de McColm – qui, à l’instrument, prit quelques leçons de Billy Hart – finira de rendre colossal.  

En seconde face, c’est un ouvrage de drones plus retenu en apparence mais en apparence seulement. Car cette fois, appliqués sur un horizon frémissant, des notes longues, des boucles et des prises inversées, s’accordent et composent un paysage dont les effets vous poursuivent longtemps après que se sont tues les guitares électriques étendues qui marquent ses frontières. Autrement impressionnant, précisera-t-on.

EN ECOUTE >>> Honey River Lacquer

Nagual : Nagual (Ergot Records)
Edition : 2013.
LP : A1/ Honey River Lacquer A2/ Sweat Raag – B/ Continuous Becoming
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

I.G.M. : Virgin Skins (Pidgin, 2013) / Chait / McColm : Solo / Solo (Pidgin, 2013) / Nagual : Clear One: Ether(s) (Pidgin, 2012)

igm virgin skins

Voilà de l’expérimentation (tale?) qui se moque bien de rentrer dans des cases (comme toute expérimentation qui se respecte, normalement, mais celle-ci y arrive bel et bien). Derrière I.G.M., il y a Ian G. McColm, multi-instrumentiste du duo Nagual, et derrière Virgin Skins

… il y  a par exemple un solo de batterie que des cris de cymbales plongent dans le noir, un synthé qui habille la vieille carcasse d’un monstre sonore ou encore des harmoniques qui envoûteraient le plus réticent des résistants à l’hypnose. Car chez McColm la ruine menace toujours la cadence. Des relents d’indus, de minimalisme, de B.O. de films de série B, accélèrent la mue de ces « peaux vierges ». Comme sur la couverture du CD, c’est bien du muscle qu'il y a derrière !

écoute le son du grisliI.G.M.
Plus/Minus

I.G.M. : Virgin Skins (Pidgin Records)
Edition : 2013.
CD : 01/ Punctuation Alpha 02/ Gasping for Air 03/ Plus/Minus 04/ The Wind That Blows the Birds 05/ Gamelandria 06/ Blood Memory 07/ All Ways Bounce 08/ Virgin Skins 09/ Psychic Risk 10/ Punctuation Omega
Pierre Cécile © Le son du grisli



ross w shait ian g mccolm solo

On peut retrouver McColm sur la face B d’une cassette Pidgin. En face A, Ross Wallace Chait trempe ses micros dans un piano bar qu’il met à sac avec une furie fantastique (du grand noise !). Quant à McColm, il attrappe une guitare pour faire cracher à un ampli une ambient flippante, prête à servir au prochain exorcisme. Attention encore : cinquante copies seulement !

Ross W. Chait / Ian G. Malcolm : Solo / Solo (Pidgin Records)
Edition : 2013.
Cassette : A1/ Ross W. Chait : In an Airport, etc. A2/ Ross W. Chait : Constrictor B/ Ian G. McColm : En femmes nues
Pierre Cécile © Le son du grisli

nagual clear one ethers

De retour avec David Shapiro et Nagual (dont c’était la première sortie) et dans le drone pour guitares version ambient bruitiste. Le compromis est d’ailleurs épatant, le delay des guitares étirent la musique jusqu’à ce que la batterie parte et tout devient… spatial. Attention encore : cent copies seulement !

Nagual : Clear One: Ether(s) (Pidgin Records)
Edition : 2012.
Cassette : A1/ Clear One A2/ Future Tongues B1/ Beating Demons B2/ Blossming Debris
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>