Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

David Rothenberg, Korhan Erel : Berlin Bülbül (Gruenrekorder, 2015)

david rothenberg korhan ehrel berlin Bülbul

Cette suite de clarinette chiante. Pardon, reprenons.

Cette suite de clarinette voluptueuse

pour laquelle des oiseaux (allemands – papiere, bitte !) ont imaginé une chorégraphie (qu’en sais-je, de l’imagination des oiseaux ?).

Regardez donc comment vole sur ce son la pie-alouette ou la flouffe-de-goulette (svp, ne cherchez pas dans le dictionnaire de la LPO). De toute façon, on lui plumera le bec (de clarinette, ah !) et la tête, et la tête (de veau).

Dans le sillon ECM, David Rothenberg et Korhan Erel ont accouché d’un œuf.

Oui mais alors quoi à l’intérieur ?

Non gars, non : ni Ginette-des-Abruzzes ni Chiatique-des-prés (quoique) ! Mais une IPad-fadasse et une clari-fastoche. Mais tout ça enregistré à Berlin… Alors ? Berlin-Heureuse ?

Non, plutôt Bülbül fâché !

David Rothenberg, Korhan Erel : Berlin Bülbül (Gruenrekorder)
Edition : 2015.
CD : Berlin Bülbül
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Pauline Oliveros, David Rothenberg, Timothy Hill : Cicada Dream Band (Gruenrekorder, 2014)

pauline oliveros david rothenberg timothy hill cicada dream band

Dans la besace de David Rothenberg, des animaux de toutes tailles (sauterelles, cigales, merles, grenouilles, une baleine à bosse même), auxquels le trio qu’il forme avec Pauline Oliveros (accordéon) et Timothy Hill (voix) devra répondre.

Naïf peut-être, le projet manque surtout d’inventivité : ainsi Oliveros se contente-t-elle de souffler quelques notes en improvisatrice nerveuse, Timothy Hill de donner dans le chant de gorge ou d’en appeler à jadis plus inspirés que lui (Stephan Micus, Nana Vasconcelos…) quand David Rothenberg (dont l’Ipad fantasme parfois le synthétiseur datant) verse sans mesure dans un folk naturaliste (& découverte souvent). Soit : comment une gentille idée devient, pour contrefaire le titre d’une des dix pièces de l’enregistrement, The Longest Disc in the World.
 
Pauline Oliveros, David Rothenberg, Timothy Hill : Cicada Dream Band (Terra Nova / Gruenrekorder)
Enregistrement : 2013. Edition : 2014.
CD : 01/ Who Said That? 02/ Arc Hive 03/ Room at the Inn 04/ Last Night in the Holocene 05/ Information National Forest06/ Several More Happened 07/ All Creatures Get It 08/ Three of a Mind 09/ As Many Inside as Outside 10/ The Longest Song in the World 11/ How We Got Here
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Marilyn Crispell, David Rothenberg : One Dark Night I Left My Silent House (ECM, 2010)

onedarkgrisli

C'est une histoire que nous racontent la pianiste Marilyn Crispell et le clarinettiste David Rothenberg. Une histoire qui commence par ces mots : « One Dark Night I Left My Silent House »… Deux voix susurrent et plantent les éléments du décor : la nuit, la solitude, la fuite de la maison et l’abandon de son silence.

Marilyn Crispell progresse à la vitesse à laquelle tout le monde avance lorsqu’il tâtonne dans le noir : prudemment, légèrement même. Sur son clavier, elle effleure les touches ; sur son instrument, elle fait pleuvoir des coups alors qu’à l’intérieur, elle trouve un peu de plaisir à pincer ses cordes jusqu’à la note. David Rothenberg, lui, se fait plus impressionniste, comme s’il était le fil auquel sa partenaire pourra toujours se raccrocher. Oreilles ouvertes, on écoute la suite de l’histoire, ses dissonances assassines et son lyrisme digressif / régressif, ses prises de décisions étranges (cette histoire est celle d’un jeu de rôle dans lequel Marilyn Crispell n’arrête pas de faire des choix personnels).

La musique qui illustre l’histoire qui nous est contée pourrait être celle d’un folklore déterré après avoir été enfoui sous des mousses vieilles de plusieurs siècles. Loin, très loin, de l’esthétique ECM tout en s’y rattachant quand même quelque part, Marilyn Crispell et David Rothenberg ont fait d’une histoire un beau projet discographique, sans les larmes de façades et la mélancolie forcée qui ont fait les bénéfices de ce même label. One Dark Night I Left My Silent House

Marilyn Crispell, David Rothenberg : One Dark Night I Left Mi Silent House (ECM / Universal)
Enregistrement : 2008. Edition : 2010.
CD : 01/ Invocation 02/ Tsering 03/ The Hawk and the Mouse 04/ Stray, Stray 05/ What Birds Sing 06/ Companion: Silence 07/ Owl Moon 08/ Still Life with Woodpeckers 09/ grosbeak 10/ The Way of Pure Sound (for Joe Maneri) 11/ Motmot 12/ Snow Suddenly Stopping Without Notice 12/ Evocation
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>