Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Premier bruit Trente-six échos
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Otherways and Free Space : Life Amid the Artefacts (Emanem, 2011)

LifeAmidsli

Peu à peu, grâce à Martin Davidson, se dévoile la grande histoire de l’improvisation made in England. En parallèle au Spontaneous Music Orchestra, John Stevens avait mis en place Free Space, groupe d’improvisateurs à géométrie variable (de six à douze musiciens). Outre le fidèle Trevor Watts (noter par ailleurs la présence de John Russell), s’y distinguait l’altiste de la « seconde génération » Herman Hauge, lequel allait créer Otherways autour d’un trio saxophone, contrebasse et batterie (Herman Hauge, Marc Meggido, Dave Solomon) + invités (ici Simon Mortimer, Nigel Coombes).

Ce sont ces deux formations que nous découvrons ici. Sérieuse et impliquée était la recherche de tous ces improvisateurs. Le jazz est absent de Free Space mais retrouve quelques-uns de ses arômes avec Otherways (Unamoured) ; la démarche radicale et collective des premiers s’opposant à celle, plus identifiable (un soliste et des accompagnants), des seconds. Ainsi l’alto d’Hauge brillait de mille feux, à mi-chemin des brûlants souffleurs de la new thing et d’un certain Evan Parker. Mais tout ceci était réversible et d’autres enregistrements le confirmeront sans doute. A suivre donc…

Otherways & Free Space : Life Amid The Artefacts (Emanem / Orkhêstra International)
Enregistrement : 1973 & 1984. Edition : 2011. 
CD : 01/ Intermediate 02/ Altitudes 03/ Unamoured 04/ Gesture 05/ Aranata 06/ Lucid 07/ Zeal
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Beresford, Coombes, Russell, Solomon, Todd : Teatime (Emanem, 2010)

teagrisli

Les noms devraient suffire à faire venir à Teatime un parterre d’amateurs : Garry Todd (saxophone ténor), Nigel Coombes (violon, électronique), Steve Beresford (piano, jouets), John Russell (guitare électrique) et Dave Solomon (percussions).

Enregistrées au milieu des années 1970 à l’Unity Theatre et précédemment éditées sur Incus, les improvisations de Teatime vont voir au-delà du simple souvenir des joutes improvisées du No-Swinging London. Ce sont d’abord cet European Improvised Music Sho’ ‘Nuff Turns on Me en quatre parties, qui donnent à entendre un quartette affûté (tous musiciens cités si ce n’est Todd) donner dans un brouhaha intempestif, beau discours d’une jeunesse londonienne obnubilée par les chants d’instruments que l’on gratte, lutine ou harcèle. « It was a period of trying things out », précise John Russell.

Ensuite, quatre autres parties font I Didn’t Get Up This Morning, (tous musiciens cités si ce n’est Coombes). Soit, un art d’expression directe, voire brute, et des trouvailles sonores valant du trésor oublié. En conclusion et en prime, Low-Fi, enregistré au Little Theatre, oppose Russell et Solomon le temps d’un échange étrangement sévère bien qu’amusé. Gratifié d’un tel inédit, on ne saurait faire autrement que de conseiller l’écoute du Teatime réédité.

Garry Todd, Nigel Coombes, Steve Beresford, John Russell, Dave Solomon : Teatime (Emanem / Orkhêstra International)
Enregistrement : 1973-1975. Réédition :2010.
CD : 01/ Irritating Tapping 02-05/ European Improvised Music Sho’ ‘Nuff Turns Me On (Part 1-4) 06/ Deadbeat 07-10/ I Didn’t Get Up This Morning (Part 1-4) 11/ Graham Shows His Teeth 12/ Low-Fi
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>