Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Cory Allen : Pearls (Quiet Design, 2011)

cory_allen_pearls

Si l’on avait perdu la trace de Cory Allen, c’est qu’il était parti dans la neige vêtu de blanc et que le vent s’était levé derrière lui. C’est Pearls qui nous permet de le retrouver aujourd’hui.

Pearls est la boîte noire qui nous révèle qu’Allen est passé par ce palais de glace (il l’a exploré de fond en comble). Dans chaque pièce il a distribué des basses et des notes cristallines (celles d’un synthé ?). Ses intentions étaient bienveillantes, mais ses pas ont soulevé  des poussières blanches qui maugréaient d’avoir été dérangées (ce sont les grésillements que l’on entend). Jusqu’à sa découverte du Saint des Saints (sur Izsozaki Clouds, il est grandiloquent et même pompier), Allen convainc par sa description de la cathédrale de glace. Sur une ambient en demi-teinte, il a déjà disparu.

Cory Allen : Pearls (Quiet Design)
Edition : 2010.
CD: 01 / Strange Birds 02/ Lost Energizer 03/ Isozaki Clouds 04/ Blue Eyes
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Cory Allen : Hearing is Forgetting the Name of the Thing One Hears (Quiet Design, 2009

corysli

Afin de travailler à son nouveau disque, Cory Allen dit avoir adopté une approche « post-structuraliste », citant en référence le travail de l’artiste Robert Irwin, peintre expressionniste abstrait qui optera ensuite pour l'installation.

Si l’on veut filer la métaphore, l’écoute d’Hearing Is Forgetting the Name of the Things One Hears, d’aspects minimaliste et organique, ferait plus encore penser à l’œuvre de Vasarely puisque quelque chose a bien ici à voir avec les arts visuels : les bulles sonores que Cory Allen dispose tout autour de lui par gouttes infimes qui s’engendrent et se répercutent donnent en effet de beaux reliefs à l'enregistrement. 

En sus, le jeune homme ne ménage pas sa peine pour ce qui est de la qualité du son, qui est d’une pureté remarquable et transmue ce qui n’aurait pu être qu’un disque de pop électronique de plus en une plage d’enchantement patiemment dilué. Minimaliste et organique, vous disait-on. [Extraits en écoute]

Cory Allen : Hearing is Forgetting the Name of the Thing One Hears (Quiet Design)
Edition : 2009.
CD : 01/ Hearing is Forgetting the Name of the Thing One Hears
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Spectra, Guitar in the 21st Century (Quiet Design - 2009)

spectragrisli

Traiter d’une compilation revient à distribuer quelques bons points pour regretter ailleurs la timidité d’un propos ou souligner le creux d’un discours. Proposant huit manières internationales d’aborder l’instrument guitare en ce début de siècle, Spectra, Guitar in the 21st Century n’échappe pas à la règle.

Plus ou moins (quand même un peu) connus, les participants s’affairent donc à en démontrer différemment : peu inspirés, certains se contentent de divagations introspectives qui les satisfont (folk plus enivrée qu’enivrante de Jandek, arpèges cristallins d’Erdem Helvacioğlu qui renvoient le siècle nouveau aux pires heures musicales du précédent : décennie de Francis Lai) ; légèrement plus, d’autres superposent les lignes évanescentes d’un jeu de guitares assisté par ordinateur (tièdes Sebastien Roux et Kim Myhr, Duane Pitre et Mike Vernusky plus méritants).

Alors, les bons points : distribués à Tetuzi Akiyama, dont la guitare folk porte haut des désillusions de cordes lâches et d’accords incomplets en s’autorisant tous les silences ; à Cory Allen, qui poursuit avec Fermion une œuvre de claustrophobie révélée sur The Fourth Way ; à Keith Rowe, enfin, qui transporte râles étouffés et dérapages crachant sur un emblématique Fragment from a Response to Cardew’s Treatise. Trois preuves données de l’art sinon nouveau du moins captivant d’un instrument qui apprend, avec le temps, à faire confiance à ses possibilités non-démonstratives, à ses à-côtés aux ombres expressives.


Cory Allen, Fermion (extrait).


Tetuzi Akiyama, Three Small Pieces (extrait). Courtesy of Quiet Design.

CD: 01/ Tetuzi Akiyama : Three Small Pieces 02/ Sebastien Roux + Kim Myhr : Six 03/ Mike Vernusky : Mylah 04/ Duane Pitre : Music for Microtonal Guitars and Mallets [edit] 05/ Cory Allen : Fermion 06/ Erdem Helvacioğlu : The End of the World 07/ Keith Rowe : Fragment from a Response to Cardew’s Treatise 08/ Jandek : The World Stops >>> Spectra, Guitar in the 21st Century - 2009 - Quiet Design.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Cory Allen : The Fourth Way (Quiet Design, 2008)

cory allen the fourth way

Sourcilleux, le propos musical de Cory Allen, qui n'hésite pas à s'appuyer sur des vérités toutes personnelles pour expliquer – assumer, peut-être – sa démarche de créateur. Artiste sonore texan – puisque partout l'on trouve, maintenant, cette sorte d'artiste là –, Allen avance aussi bien quelques vues métaphysique qu'il feint des préoccupations d'humaniste. Mais pour expliquer quoi ?

The Fourth Way : découpages incessants stimulés par la neurasthénie de leur auteur d'un amalgame de nappes lointaines de claviers, de la répétition de quatre longues notes électroniques ou d'une suite de chocs étouffés. L'actualité d'une ancienne musique industrielle, aujourd'hui attendrie par une ambient électroacoustique et bruitiste. Au fur et à mesure, quelques éclaircies, étape de naïveté gâchant l'inquiétude, forcément de retour pour finir de convaincre l'auditeur de l'intérêt de l'expérience, et de la stérilité des discours qui accompagnent les jolies oeuvres abstraites.

Cory Allen : The Fourth Way (Quiet Design)
Edition : 2008.
CD : 01/ Exedra 02/ Telepathic Solve 03/ Chordata Analysis 04/ In Search of Miracul 05/ All Suns 06/ Chordata Analysis [Animal Aggregation] 07/ We Have Lots of Time
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>